Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Emmanuelle Petit : Certains attendent, d'autres pas (Éditions Jeanne Courtois, 2013)

Parmi les plus belles chansons de Georges Brassens, il y a un titre dont il n'a pas écrit les paroles. Il mit en musique et interpréta le magnifique poème d'Antoine Pol (1888-1971) “Les passantes” : «Je veux dédier ce poème - À toutes les femmes qu'on aime - Pendant quelques instants secrets - À celles qu'on connaît à peine - Qu'un destin différent entraîne - Et qu'on ne retrouve jamais.» Emmanuelle Petit aurait pu emprunter ce même titre pour ce recueil de nouvelles. Car ce sont les chères images aperçues” d'Antoine Pol qui servent à la majorité de ces vingt-et-un textes.

Un kaléidoscope de portraits, en quelque sorte. Une galerie de ces personnes que, tous, nous croisons peut-être. Que nous n'observons pas, ce serait indiscret. Auxquelles nous restons indifférents, sûrement. Des gens qui, pourtant, ont traversé autant d'expériences, cruelles ou heureuses, que chacun d'entre nous. Femmes ou hommes, ces héros de quelques pages, c'est un peu notre reflet.

Joséphine, l'Antillaise adoptée, qui retrouve si brièvement sa vrai mère dans une gare. La bricoleuse mal fagotée qui possède des affinités avec un homme fort élégant, alors que tous deux ignorent avoir en commun une étincelle du passé. Cette jeune femme qui imagine l'avenir de son enfant. Cette dame mûre qui avait un exaspérant mari, exigeant à l'excès. Une adolescente orpheline qui fouille dans les secrets de sa mère, et découvre l'origine de son prénom.

Shirley, qui ramène la tente à Quentin. Laura et son délirant rêve, avec une gynécologue très spéciale. Valérie, graphiste et mère de famille bricoleuse (aussi), importunée par un démarchage téléphonique aux sérieuses conséquences, pas du tout virtuelles. Sandra et sa relation trop précaire avec Erwan. Une vieille dame observant une famille recomposée sur la plage. Une petite référence à Édith Piaf, l'amoureuse.

Le délicieux triptyque “Transport amoureux”, qui débute dans le TGV Bordeaux-Paris autour d'une charmante lectrice de Madame Bovary («À la compagne de voyage - Dont les yeux, charmant paysage - Font paraître court le chemin...»). L'aventure se poursuit avec une petite annonce de Libération, quelques échanges via Internet entre la jeune Emma et le romantique Rodolphe. Des vies qui se frôlent, avant de poursuivre leur chemin.

Des hommes, il y en a également. Thomas et Samuel, ou la difficulté de devenir père. Jacques, qui se rend en Allemagne pour effacer un douloureux souvenir. Le collégien Frédéric, qui doit masquer un secret familial, au risque de lui-même déraper. Camille qui attend, si peu vivant, mais présent dans la mémoire d'une amie.

Par ailleurs réalisatrice de documentaires et de fictions, Emmanuelle Petit dessine à merveille l'univers personnel, pas forcément étriqué, ni fatalement triste, de ces quelques personnages. Cet ensemble de nouvelles, c'est une façon de porter un regard sur notre société, à travers une série de cas individuels. Sans omettre de nous faire partager les sentiments humains, par nature contrastés. Voilà un recueil de très belle qualité, qui mérite un large public.