Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Pierre Darcis : Le cadavre et moi (Ed.Arthème Fayard, coll. L'Aventure criminelle, 1960)

Pierre Darcis : Le cadavre et moi (Ed.Arthème Fayard, coll. L'Aventure criminelle, 1960)

Vivant à Nice, Pierre Chanceux est un homme de trente-trois ans, jouissant d'une certaine aisance financière. Une nuit d'août, il fait la connaissance de la belle Gina Gandolfi. La jeune femme espérait trouver refuge chez les voisins de Pierre, faute d'avoir trouvé une chambre d'hôtel disponible. Sous le charme, Pierre offre l'hospitalité à Gina. Il espère la retenir un peu, le temps de lui avouer son coup de foudre amoureux. Le lendemain, Robert Lebreuil – vieil ami de Pierre – s'invite chez Chanceux. Faire cohabiter Lebreuil et Gina ne pose pas de problème, tant que Robert ne cherche pas à séduite la belle. En fait, il semble avoir d'autre soucis, s'affirmant poursuivi par un Marocain.

Au retour de la plage, Pierre et Gina sont surpris par l'énervement de Robert. Écartant Gina, il avoue à son ami qu'il a tué l'assassin venu l'éliminer. Plutôt que de prévenir la police, les deux hommes préfèrent faire disparaître le corps. Robert acquiert une maison dans l'arrière-pays niçois. Après avoir croisé un gênant groupe de naturistes, le duo enterre le cadavre sous un palmier. Pendant ce temps, l'ombre d'un énigmatique Bruno Bontemps plane également sur cette affaire. Gina a discrètement suivi Pierre et Robert. Après avoir perdu puis retrouvé la jeune femme, Pierre réalise qu'elle a certainement été prise en filature par ce détective qu'il avait repéré la veille. Il juge bon d'aller déterrer le cadavre. Il va le jeter à la mer, dans un fût à l'étiquette compromettante. Pierre n'est certes pas au bout de ses tracas...

Brice Pelman fut un des piliers du Fleuve Noir de 1968 aux années 1990. Il débuta sa carrière d'auteur sous un autre pseudonyme, Pierre Darcis. Son épouse Nicolète et lui furent d'abord traducteurs pour la collection L'Aventure criminelle, dirigée par Pierre Nord. Ce dernier lui avait promis de publier ses romans, mais renâclait. Nicolète et Pierre Darcis formaient un couple très actif, dans les traductions. Il fallut qu'ils menacent Pierre Nord de le quitter, pour qu'il accepte enfin le tout premier roman signé Pierre Darcis, "Le cadavre et moi".

Entre 1964 et 1967, quatre romans signés Pierre Darcis furent publiés aux éditions Le Masque : “Un pavé pour l'enfer” (1964) et “L'estompe” (1965) sont de très bons suspenses, “Le syndicat des agents doubles” (1965) et “Les cadavres de l'Elbe” (1967) sont des comédies d'espionnage. Puis Brice Pelman entra au sein de la collection Spécial-Police du Fleuve Noir. Il faillit réutiliser le nom de Pierre Darcis en 1981, quand il proposa “Échec au mage” chez Le Masque. Cet éditeur le refusa, Fleuve Noir le publia. Quelques années plus tard, le pseudo de Pierre Darcis servit une nouvelle fois, pour "L'amour à vif" (Ed.Encre, coll. Étiquette noire, 1985)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :