Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Hugo Buan : L'incorrigible Monsieur William (Éd.du Palémon, 2014)

Le commissaire Lucien Workan est policier à Rennes. D'origine polonaise, il vit séparé de son ex-épouse et de leur fille Jeanne, quatorze ans, vivant à Toulouse. Workan affiche un caractère assez sanguin, genre énervé par nature. Son équipe se compose de Leila Mahir, jolie Berbère et amante occasionnelle de Workan ; du lieutenant Roberto, transplanté des Ardennes ; du capitaine Lerouyer, et de Cindy Vitarelli. Encore que cette policière homo soit actuellement sur la touche, pour affaire de mœurs. L'équipe de Workan est sous les ordres du divisionnaire Prigent, et missionnée par la procureure Sylviane Guérin. Jeanne Workan vient passer quelques jours de vacances chez son père. Il a intérêt à veiller sur la séduisante ado, par ailleurs bien plus compétente que lui en informatique.

Dans un quartier rennais, “L'Alignement du 21e Siècle” est un ensemble de soixante-douze menhirs en granit taillés tous identiques. On a découvert un cadavre de femme au cœur de cette coûteuse œuvre d'art labyrinthique. Employée chez un notaire, Clarisse Bonnac a été étranglée, probablement avant que son corps ne soit déposé là. Dans une mise en scène vaguement sexuelle, on a déposé un jouet entre les cuisses de la victime, un lapin jouant de la trompette. Inquiet depuis la veille au soir, le mari n'a pas vraiment d'alibi.

Ce crime intéresse bientôt le jeune journaliste Gwenann Le Fur. “Élevé dans la celtitude, les cromlechs et les boules de goémon”, il pense déceler un mystère ésotérique dans cette affaire. Workan est carrément réfractaire à cette théorie du chiffre 9 qui expliquerait tout. Le journaliste serait bien avisé de ne pas insister car, s'il est trop échauffé, Workan risque de lui claquer une “mandale druidique” comme ultime argument.

Chez le notaire employant la victime, Workan rencontre une secrétaire asiatique atypique. S'il n'a pas non plus d'alibi, le notaire nie avoir été harceleur envers Clarisse. Une autre piste conduit Workan jusqu'à Bill Murray. Homonyme du comédien, ce collègue du mari de Clarisse Bonnac est un Afro-américain de New York vivant en France. Il admet avoir été ami avec la jeune femme, mais pas intime. Sans doute faudra-t-il garder un œil sur cette société OWP.

L'enquête avançant au ralenti, Workan prend le temps de s'occuper de sa fille Jeanne. Mais un deuxième corps est retrouvé dans le champ mégalithique, celui d'une blonde. À la place d'un lapin à trompette, c'est un ours en peluche qui a été posé près du cadavre. Restant dans l'ombre, l'énigmatique “Monsieur William” s'est baptisé ainsi en référence à une chanson de Léo Ferré. Dangereux adversaire pour Workan, car le criminel n'hésitera pas à jouer les incendiaires et à s'attaquer à la fille du policier...

 

Publiant depuis 2008, Hugo Buan a glané au fil des ans de belles récompenses. Il s'agit de prix littéraires décernés par des publics de lecteurs : Prix des lycéens Meulière noire 2010 à La Ferté-sous-Jouarre pour “Hortensia blues”, 9e Prix du Zinc de la ville de Montmorillon pour “La nuit du tricheur”, Prix polar des lycéens Michel Lebrun 2010 pour “Cézembre noire”. La quatrième enquête du commissaire Workan, “L'œil du singe” (2011), eût aussi mérité quelques lauriers. C'est dire que cette série séduit un lectorat qui a eu la curiosité de sortir des chemins balisés, pour s'intéresser à d'autres talents. À partir de ce cinquième titre, “L'incorrigible Monsieur William”, notons que les aventures de Lucien Workan sont désormais publiées aux Éditions du Palémon. Il y fera concurrence à Mary Lester, la série à succès de Jean Failler, et à quelques auteurs réputés dans l'Ouest de la France.

Dans cette comédie policière entraînante, on a grand plaisir à suivre les investigations du commissaire et de son équipe. Certes, l'indomptable Workan peut se montrer irascible, s'emporter face à des témoins ou à cause de l'indiscipline régnant parmi ses adjoints. S'il ne manque pas de caractère, il faut avouer que c'est ce qui fait son charme. Avec l'ironique Leila et les autres, son entourage est à l'avenant. Petit exemple de la tonalité enjouée : “Capitaine Lerouyer, vous formez un drôle de duo avec votre pote de la TSF, Gwenann Lefur. «La voix de la Gaule de l'Ouest», sacrée radio ! Le dernier média qui s'adresse encore aux druides et aux glands d'or... En plus de cet assassin, la honte s'abat sur la police rennaise comme de la chapelure sur une escalope milanaise.” De l'humour, et une bonne intrigue criminelle avec son lot de péripéties, voilà un bon moment de lecture en perspective. Y compris pour ceux qui découvriront Workan à cette occasion.