Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Marco Malvadi : La briscola à cinq (2014, inédit - 10-18 + Christian Bourgois Éditeur)

Trentenaire divorcé, Massimo Viviani est le propriétaire du BarLume, un bistrot de Pineta, station balnéaire proche de Livourne, en Toscane. Dans ce site touristique, sa clientèle estivale se compose de vacanciers parfois prétentieux. Mais il a aussi des habitués, son grand-père Ampelio (82 ans) et des amis de sa génération, Gino (75 ans), Pilade (74 ans) et Aldo. En cette mi-août, sous la chaleur, Massimo veille à ce que son aïeul n'abuse pas des crèmes glacées. Avec eux, il arrive qu'il joue à la briscola, un jeu de cartes typique, où jusqu'à cinq joueurs se confrontent. Toutefois, ce jour-là, les quatre mousquetaires de sa terrasse s'intéressent à l'affaire dans laquelle Massimo vient de jouer un rôle. Ce matin, il a découvert le cadavre de la jeune Alina Costa dans une poubelle.

Selon la population, “l'Illustrissime Commissaire Fusco” est un couillon incompétent. Après avoir constaté les faits, il convoque Massimo comme témoin. Ce dernier connaissait fort peu la jeune fille. Chargé de l'autopsie, le Dr Carli établira bientôt l'heure approximative du crime. Le médecin est un ami de la famille de la victime. S'il n'apprécie guère le monde doré dans lequel évolue son épouse, il a de la sympathie pour Arianna Costa, grand-mère d'Alina. Il n'y aucune chance que Okay, le clodo de Pineta, se confie à la police. C'est à Massimo qu'il confirme que la victime a certainement été déposée dans cette poubelle au petit matin. Une info que Massimo transmet au commissaire Fusco. Le policier pense tenir un bon suspect en la personne de Bruno Messa, un soupirant d'Alina.

Giada, la sœur du jeune homme, ne nie pas qu'il ait été amoureux de la victime, mais elle se servait un peu de lui alors qu'elle avait un ou plusieurs autres amants. Elle fréquentait une des trois discothèques de Pineta, et semblait intime avec un des employés, appelé Le Pousseur. Massimo va se renseigner sur lui et sur les clubs du secteur. Au bar, les quatre vieux habitués commentent volontiers l'affaire. Massimo les convainc que Bruno, s'il se tait sur son emploi du temps à l'heure du crime, ne fait pas un bon assassin. Cela n'empêche pas “l'Illustrissime Commissaire Fusco” d'inculper Bruno. L'indice dont dispose Massimo est trop mince pour innocenter le suspect. Le Dr Carli et certaines réflexions du quatuor de vieux pourraient aider l'enquêteur amateur. Mais c'est le raisonnement qui lui sera très utile pour démasquer le coupable...

 

On avait découvert Marco Malvadi avec “Le mystère de Roccapendente”, délicieux roman ayant pour héros le père de la gastronomie italienne. Les éditions 10-18 et Christian Bourgois publient aujourd'hui conjointement le premier titre de la série qui a fait le succès de cet auteur en Italie. Cette comédie policière est donc bien un inédit. Une bourgade de Toscane, un bistrot dont le patron n'est guère âgé, un cercle de petits vieux qui trouvent leur mot à dire sur tous les sujets, et une affaire criminelle énigmatique : les ingrédients parfaits pour nous proposer une enquête souriante. Massimo n'hésite pas à ironiser avec bienveillance sur ses habitués : “Je suis le seul article du bar qui ne soit pas à vendre. Si vous souhaitez un de ces bibelots en forme de petits vieux, je peux vous satisfaire. Je vous conseille l'exemplaire qui tient une canne, il est bon marché.”

Pineta est le genre de village où les nouvelles vont vite, où l'actualité est commentée dans les lieux publics tel ce bar. Et que la police ne le leur reproche pas, car les habitants ont de la réplique : “Absolument, intervint Aldo, c'est au commissariat qu'on mène les enquêtes. Mais ici, on soumet au jugement de la société civile l'œuvre des forces publiques, que tout citoyen d'un pays démocratique a le devoir moral d'évaluer. Et ce pour éviter de tomber dans une désagréable acceptation passive...” Laissant la sculpturale Tiziana s'occuper de ses clients, s'improvisant détective, Massimo collecte les impressions autant que quelques indices. Il vaut mieux compter sur lui que sur le policier officiel, c'est vrai. Une ambiance franchement séduisante, un roman d'enquête très plaisant, ce qui donne envie de lire les prochaines aventures de ces personnages-là.