Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Franck Bouysse : Pur sang (Éditions Écorce, 2014)

Dans le Montana, Eden Creek est un comté isolé où jadis se réfugièrent des indiens Nez-Percés pourchassés par les Américains. C'est là que vit le jeune Elias Greenhill, au sein d'une population métissée. Orphelin, Elias a été élevé par Mama et Papa Tulssa, un couple d'Indiens ayant hérité de la ferme des parents du garçon. Il fréquente peu de gens, à part ses proches. Sans doute devrait-il cultiver ses amours avec sa voisine, la belle Elisa. Mais Elias est un solitaire, heureux dans la nature et dans les livres. Le décès de Papa Tulssa va rapidement entraîner celui de sa mère adoptive.

Avant de mourir, Mama Tulssa confie son secret à Elias. Charles et Estelle de Montvert, ses vrais parents, étaient des Français originaires du Limousin. Ils ne sont jamais revenus d'un ultime voyage dans leur pays, où ils devaient régler leurs affaires. Élevé dans l'esprit des Indiens, le jeune homme n'a pas d'attaches avec ses géniteurs. Néanmoins, le besoin d'en découvrir davantage sur eux se fait sentir. Elias vend ses biens dans le Montana, puis il prend plusieurs avions vers la France. C'est en train qu'il débarque dans la Haute-Vienne, pour se rendre au village de La Croix du Loup.

Le loup faisant partie de la mythologie indienne, Elias n'est pas trop désorienté, même si le décor est ici moins montagneux que chez lui. Il fait bientôt la connaissance de John Gray et de son chien Help, un Écossais qui exploite un gîte dans sa ferme. Celui-ci peut le renseigner sur la famille de Montvert, qui possédait un château non loin de là. Il y avait le père, Gilles de Montvert, qui trouva la mort dans un accident de chasse face à un sanglier. Il eut trois enfants : Charles, une sœur de deux ans sa cadette, et Philippe, dernier venu. Tous étant décédés, le château a été racheté voilà une douzaine d'années.

Une vive tension régnait entre les héritiers de Gilles de Montvert. Ce qui explique le fait que Philippe ait fait construire sa propre maison face au domaine, sur leur propriété. Et que Charles ait choisi de s'expatrier aux États-Unis, dans un village perdu du Montana. John Gray relate que, en effet, la compagne de Charles de Montvert revint quelques années plus tard, pour s'occuper de tout liquider. Mais personne ne vit trace de Charles lui-même. Elias se demande s'il n'a pas commis une erreur en faisant le voyage jusqu'ici. Et la nuit, dans ses cauchemars, apparaît l'image du loup.

Si l'Écossais, passionné de chevaux comme Elias, peut aider le jeune homme, il a lui aussi son histoire personnelle. John Gray accueille sa fille Suzanne, qui ne semble pas vraiment heureuse d'être là. Elias pourrait tomber amoureux de la jeune femme. Les circonstances ne s'y prêtent probablement pas. Sa priorité, ce sont plus sûrement quelques gestes symboliques à la mémoire de sa défunte famille…

 

Plusieurs notions sont évoquées dans ce roman. On peut placer en premier la rencontre des terroirs. D'une vallée du Montana au paysages du Limousin, la nature garde toujours sa beauté pour le jeune héros. Vient ensuite l'universalité du loup et des mythes liés à cet animal, à sa dangerosité supposée alors qu'il attaque peu l'homme. S'intercale dans le récit, la fuite des Indiens qui autrefois fondèrent Eden Creek. Peut-être pas un paradis mais un espace de tranquillité. Enfin, le parcours de chacun constitue l'élément moteur de cette histoire. Celui des Montvert comme celui de John Gray, pas moins insolite.

Cette quête d'identité nous est racontée avec une souplesse narrative agréable. Qualité essentielle, quand on veut amalgamer les quelques notions citées ci-dessus. Par exemple, l'auteur retrace des époques passées, sans utiliser une chronologie datée trop précise. Ce serait alourdir le sujet, en effet. Dans la nouvelle collection Territori des Éditions Écorce, petit éditeur exigeant, voilà un suspense humaniste qu'on a plaisir à lire.