Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Hafid Aboulahayane : 31 février (Éd.Plon, 2014)

Sami est natif de Creutzwald, riante commune de Lorraine frontalière avec l'Allemagne, à côté de Forbach. Quand il part prendre des cours de théâtre à Paris, son père marocain, honnête travailleur, n'est pas du tout convaincu. Sami obtient plus de soutien de sa mère. Tel Rastignac, le voici certain de sa place dans l'univers parisien. À part Fabrice, dépressif venu de Béthune plutôt attachant, Sami ne se fait guère de relations dans le théâtre. Les préjugés attribués aux beurs, entre rap et trafic de drogue, le desservent. De la figuration mal payée, un vague job dans l'immobilier, rien d'excitant. Si, pendant leurs cours, il a cru intéresser la belle Vanessa, c'est raté. Par contre, le père de la demoiselle suggère une piste à Sami : c'est le moment opportun pour les affaires immobilières au Maroc.

Pourquoi ne pas se lancer dans ce bizness, en effet ? Avec son ami Fabrice, Sami retourne à Creutzwald pour y retrouver son copain black Souleymane Diouf. Ce littéraire diplômé est actuellement éboueur. Avec le fichier clients qu'il a piqué à l'agent immobilier qui l'a employé, Sami envisage un projet au Maroc associant Fabrice et Souleymane. Ce n'est ni la dette que Viktor a envers lui, ni les espoirs de gains au casino, qui financeront le projet de Sami. Par contre, le jeu clandestin lui donne des idées. Et voilà les trois complices qui débarquent de l'avion à Agadir : “N'oubliez pas, les poteaux, on n'est pas des touristes, on est des investisseurs.” La chance semble leur sourire, car le commerçant Omar a une belle propriété d'un proche à vendre. Sami ne tarde pas à attirer un acquéreur.

En l'occurrence, Blanche Delavigne est employée d'un agent immobilier français. Elle finit par ignorer sa méfiance initiale. Elle a tort, car cette affaire est bien une arnaque. Un ex-baroudeur nommé le Légionnaire se mêle au jeu, paraissant dangereux. Omar plaide sa bonne foi avec conviction, invoque une erreur. Peu après, Sami réalise que le Légionnaire et le commerçant sont de mèche. Blanche reste la principale victime, risquant de perdre prochainement son emploi. Sami imagine “le coup du bras cassé” afin d'entuber Omar, et de récupérer la somme engagée par Blanche.

Même si ça fonctionne, la jeune femme et le trio d'amis sont encore sous la menace du Légionnaire. Il est prudent qu'ils se mettent au vert. Ils découvrent un village quasiment déserté, appartenant au vieux Mohammed. Il vit avec sa fille Khadija, ex-étudiante à Casablanca, qui s'ennuie sévèrement dans ce bled. Souleymane tombe vite amoureux de la belle Khadija. Il y aurait un superbe projet immobilier à monter ici, en réhabilitant les maisons vides. Mohammed n'y est pas vraiment hostile, mais sous conditions. Si l'Émir Draman pouvait les aider question finances, ce serait l'idéal…

 

Certes, il s'agit d'une comédie et non d'un pur polar, mais quand les arnaques fusent dans une histoire, les amateurs d'intrigues agitées apprécient tout autant. Sachant qu'un film réalisé par l'auteur (qu'on surnomme Hafidgood) est en préparation autour de ce scénario, commençons par nous amuser grâce au livre.

Notre jeune héros franco-marocain est un sacré débrouillard de nature. Si chacune de ses initiatives entraîne un sac d'embrouilles, il parvient à désemberlificoter le problème. Il n'est pas spécialement doué pour l'immobilier, mais ses aptitudes de comédien le servent. Avec les femmes, de Vanessa à Blanche, il est aussi assez moyen pour la séduction. Fabrice le dépressif et Souleymane le contemplatif complètent parfaitement la bande.

Tout en souriant, ce roman apporte aussi un regard sur le monde actuel. Le cas des fils de ceux qui quittèrent le Maghreb pour tenter de s'insérer en France. Les cours de théâtre un peu snob et le dilletantisme de certains apprentis comédiens. Un regard sur le Maroc de notre époque, et sur l'envahissement immobilier avec ses dérapages. Sans oublier un détour par la Lorraine naguère industrielle, dont les habitants travaillent de l'autre côté de la frontière. Soyons clair, tout ça baigne dans la bonne humeur. Voilà un roman très sympathique, à découvrir.