Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Liz Coley : Écoute-nous (Presses de la Cité, 2014)

Trois années plus tôt, Angela Chapman était âgée de treize ans. Elle était partie faire du camping avec des amis, façon camp scout, dans la campagne à quarante-cinq kilomètres de Los Angeles. Ses copines constatèrent sa disparition soudaine le 3 août. Épaulés par l'inspecteur de police Phil Brogan, ses parents mirent tout en œuvre afin de la retrouver. Vains efforts, au point qu'il leur fut conseillé de “faire leur deuil” et d'avoir un autre enfant. Le 18 septembre, trois ans après, Angie regagne la maison familiale. Elle a maintenant seize ans, mais ne conserve aucun souvenir de la période écoulée durant son absence. À peine croit-elle avoir vieilli de trois années. Angie n'a pas vécu dans la rue, n'apparaît pas affamée, se sentant normale à part ses cheveux devenus trop longs.

Toutefois, elle porte des cicatrices aux poignets et aux pieds. Elle est bien plus musclée que par le passé, et sait désormais cuisiner. Un examen médical devrait déterminer si elle a été violée durant cette période. Angie doit se réadapter à son univers : son papy est décédé, sa mère est enceinte, son père culpabilise, sa grand-mère et son oncle militaire Bill ne font que passer. Reste son journal intime interrompu. Le policier Brogan est attentif au cas d'Angie, mais c'est une psy dont elle a maintenant besoin. Car ce n'est pas une amnésie temporaire, le problème est plus profond. La blonde psy Lynn Grant va utiliser l'hypnose. Angie souffre de troubles dissociatifs de l'identité. Comme si elle était plusieurs personnes à la fois, son principal caractère n'étant pas prépondérant.

Il n'a pas que ces “alters” peuplant le cerveau de leur fille qui rendent nerveux les parents d'Angie. Reprendre sa scolarité peut poser problème, aussi. Malgré tout, elle renoue avec ses amis d'avant, sa copine Livvie et son amoureux Greg. Puis avec sa copine Katie, mise à l'écart par les autres depuis l'époque de sa disparition. Ce qui est flippant pour Angie, c'est cette voix qui s'adresse à elle, celle de La Scout, qui évoque un chalet où l'ado aurait été séquestrée par un homme. Entre l'hypnose et ses messages, Angie espère résoudre son amnésie. Il y a bientôt une autre voix, plus jeune, qui communique avec elle via un magnétophone. Elle aborde d'autres facettes de la captivité auprès du ravisseur. Parle-t-elle d'elle-même ou d'Angie ? Bientôt un troisième “alter” intervient à son tour.

Un traitement expérimental incertain avec le Dr Hirsch permettra-t-il de faire disparaître ces envahissants “alters” ? Ou faut-il qu'elle se résigne à les supporter ? Sortir avec Katie, reprendre ses amours avec Greg, faire du baby-sitting en gardant le bébé adopté des voisins Harris, rassurer ses parents, autant d'éléments aidant à revenir à la vie d'avant pour Angie. Pourtant, il reste des secrets enfouis, et un chalet cauchemardesque…

 

Un roman qui correspond à la définition du thriller, étiquette chère aux éditeurs. Pour peu qu'on se mette dans la peau (et dans la tête) d'Angela, il y a de quoi être déstabilisé. Car nous avons là un cas de schizophrénie très particulier. Troubles dissociatifs de l'identité, disent les psys qui ne sont pas avares de formules nébuleuses. On connaît l'amnésie, plus souvent temporaire que définitive. Ici, la situation angoissante longuement traversée par l'adolescente aurait créé des personnages dans son esprit. Telle une autodéfense mentale qui s'apparente à l'amnésie, pour résumer grossièrement.

Le but de cette intrigue n'est donc pas tant de savoir qui était le méchant ravisseur. Se reconstruire, tout en rassemblant les morceaux du puzzle, en essayant d'écarter les voix intruses dans son cerveau : voilà l'enjeu lié au retour d'Angela. La psychologie dans son aspect le moins simple à résoudre, évidemment. Le contexte autour de la jeune fille a son importance, mais c'est à elle de “gérer”. Sans doute est-ce la raison pour laquelle le récit est très réussi, les adultes (parents, soignants, policier) intervenant a minima. Suspense idéal pour les amateurs d'histoires psychologiques originales.