Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Thomas Raab : Metzger voit rouge (Éd.Carnets Nord, 2014)

Thomas Raab : Metzger voit rouge (Éd.Carnets Nord, 2014)

Restaurateur de meubles anciens, Willibald Adrian Metzger est un peu expansif de nature. Néanmoins, sa relation amoureuse avec Danjela Djurkovic progresse peu à peu. Croate de naissance et fan de football, la gardienne de l'ancien lycée de Metzger réussit même à le traîner à un match des Kicker Saurias Regis, équipe pro au budget conséquent. “Metzger, que son apparence physique suffit déjà à estampiller objecteur de conscience sportive est assis tout perdu” dans cet univers d'excités. Une ambiance survoltée, où cris et chants racistes visent le gardien de but remplaçant, Kwabena Owuso. Celui-ci reste stoïque, et se montre même un goal brillant, sûr d'avoir mérité sa place. À l'entame de la seconde mi-temps, il tombe bientôt raide mort sur le terrain.

Tandis que son ami le policier Eduard Pospischill s'occupe de ce décès suspect, Metzger se soigne de façon approximative suite au refroidissement qu'il a chopé lors du match. Il s'informe tant soit peu sur ce club de football composé de joueurs mercenaires. Malgré la pompe à finance de la société de BTP Regis, les résultats restent à confirmer. En interne, le climat n'est pas serein. Pospischill annonce une mauvaise nouvelle à Metzger : Danjela a été sévèrement agressée, elle est hospitalisée, dans le coma. Son ami Petar Wollnar sert heureusement de chauffeur à Metzger pour rallier le service de traumatologie. “Une rage monumentale” anime désormais le petit ami de la victime. Mais pour commencer, il doit se charger d'Edgar, le chien de Danjela, lui qui n'a pas d'affinités avec les animaux.

Metzger interroge Zusanne Vymetal, la désagréable et hostile meilleure amie de Danjela. Bien informée, elle sait qu'entre joueurs, “on s'étripait, dans l'équipe comme à l'extérieur”. Le goal titulaire Kreuzberger et Kwabena Owuso échangeaient des coups bas. Après une visite clandestine au vestiaire du club, Metzger se rend à l'Alte Mülhe. Il est préférable que son ami Pospischill l'accompagne dans ce repaire de supporters, cet antre où les fachos racistes sont rois. Le policier peut bien arrêter un des violents clients, le patron de ce bar contacte un intercesseur pour le faire vite libérer.

Si Metger remarque un inconnu sur la bicyclette volée à Danjela, Pospischill fait une trouvaille plus cruciale dans le casier de vestiaire du gardien de but Kreuzberger. Une fiole de poison à base d'aconit désigne le goal titulaire comme probable coupable, d'autant que ce dernier a disparu depuis peu. La police disposant d'un suspect, fils de pharmacien, on va pouvoir faire un grand ménage chez les habitués de l'Alte Mülhe. Pourtant, dans l'ombre, une personne joue avec perversité le rôle de manipulatrice, voire d'exécutrice. Pour le compte de qui ? Ce n'est pas sans prendre de risques que Metzger le découvrira…

 

Le brave Metzger est loin d'être un aventurier chevronné, un cador de l'investigation, un rival des meilleurs enquêteurs. Plutôt, un routinier mollasson se perdant volontiers dans ses pensées : “Chez Metzger, il n'y a pas de télévision, fixer le vide lui paraît largement suffisant.” Même amoureux, il appréhende la vie sans la moindre frénésie : “La journée s'annonce avec une telle lourdeur qu'à côté, les dimanches d'élection passeraient pour une sinécure”. Pourtant, s'il n'est pas un fonceur, puisqu'on s'en est pris à sa douce Danjela, Metzger avance à son rythme dans une enquête parallèle, collectant d'utiles éléments. Il peut compter sur ses amis fidèles : Pospischill et Wollnar, entre autres.

Le thème, c'est le football professionnel, ses équipes souvent artificielles. Ce qui gangrène l'ambiance autour de ces clubs, ce sont les supporters ultras. Il suffit de quelques lignes à l'auteur pour en dresser avec humour le portrait exact : “… surgit devant lui un crâne rasé à la musculature disproportionnée, vêtu d'un jean moulant, de bottes lacées et d'un blouson d'aviateur, les yeux aussi rapprochés que ceux du flétan, le visage cramoisi comme s'il avait passé la journée suspendu à une corde à linge la tête en bas...” Car c'est en nous invitant à sourire que Thomas Raab montre l'imbécillité raciste de ce milieu. Avec la bénédiction d'une partie des dirigeants de clubs, l'agitation violente leur semblant plus rentable que de faire jouer une équipe harmonieuse.

Malgré son air falot, Metzger est un personnage diablement sympathique et efficace. “Elle a plus d'une fois constaté que c'étaient les gens les plus insignifiants qui présentaient le plus de danger.” Après l'excellent “Metzger sort de son trou” (2013), ce nouvel épisode s'avère tout aussi réussi, mêlant drôlerie et véritable suspense. Si ce n'est pas encore le cas, il est temps de faire la connaissance du modeste Willibald Adrian Metzger.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :