Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Marc Villard : Corvette de nuit (Ed.Fayard 1981 – Série Noire 1994)

La France de 1980. Ex-batteur d'un petit groupe rock dans les années 1960, Harry est un modeste artiste peintre parisien. “Je devais me rendre à l'évidence : barbouiller des toiles, avec comme point de mire un accrochage rachitique dans un collectif au Grand palais, n'était pas plus glorieux.” Il vit avec Anna dans son atelier. Longtemps qu'on ne l'appelle plus de son vrai nom, Robert Languedonne. Ça, c'était quand il habitait à Lamberville, avant que Dany et les Princes Rouges connaissent un certain succès. Quinze ans plus tard, Harry entend de nouveau parler de son ami Dany Waxman. Il a fait une petite carrière dans le rock, depuis. Alors que sa compagne Édith Starsky a été poignardée dans leur chambre d'hôtel, Dany a disparu. Il est fortement soupçonné de ce meurtre.

Harry commence par chercher quelques infos sur les lieux, rue Myrha. Il peut s'agir d'une affaire de stupéfiants ayant mal tourné. C'est à Lamberville que, ressassant des souvenirs des sixties, Harry pense retrouver son ancien ami. Après un passage dans la maison où il vécut, il se remémore les répétitions de leur groupe dans une salle paroissiale, autrefois : “Ma préférée, c'était celle du dimanche après-midi. On carburait sur "Hound dog" alors que de l'autre côté de la cloison d'aggloméré, Don Camillo réglait des comptes avec ses ouailles perverties par les suppôts du collectivisme. Coté symboles, mon adolescence fut bien remplie.” Avec comme manager Franck Beltramini, le groupe de rockeurs de banlieue progressa effectivement.

À l'Eldorado, le bar de leur jeunesse, Harry retrouve Cathy. Il y a quinze ans, la jeune fille fut l'objet d'une rivalité amoureuse entre Dany et Harry. En guise de solution, on organisa un défi à moto entre les deux hommes. Pas une réussite, mais ça aurait pu se passer plus mal. Sur la piste de Dany, Harry rend visite à leur ancien ami Le Grec, aujourd'hui interné en psychiatrie. Autre ex-membre du groupe, Sylvain Cotrel est devenu prêtre. Peut-être celui-ci fut-il jadis le plus fasciné par le charisme de Dany. Chez Fred, ex-musicien de leurs amis, Harry déboule à un mauvais moment. La scène de ménage entre Lucette et Fred vire à la violence, y compris contre Harry. À Paris, l'enquête a progressé. Harry et Cathy ne renoncent pas à retrouver Dany…

 

Après “Légitime démence” signé Villard & Degliame (collection Sanguine, 1980), “Corvette de nuit” fut le premier roman publié en solo par Marc Villard. C'est, raconté à la première personne, l'évocation teintée d'amertume d'une jeunesse baignant dans la culture rock et les classiques du cinéma. “J'avais seize ans et j'étais derrière une batterie qui ne tenait debout que par la volonté de Saint Presley.” Entre 1964, l'apogée de Dany et les Princes Rouges, et cette année 1980, les temps ont nettement changé. Les jeunes d'alors ont mûri, ou prématurément vieilli. Certaines plaies d'antan ne sont peut-être pas refermées.

Après avoir publié de la poésie, l'écriture de Marc Villard pour ce quasi-premier roman est déjà d'une sacrée maturité. Pour s'en convaincre, la scène des retrouvailles entre Harry et Cathy en est le meilleur exemple : “Nous laissâmes le garçon remplir nos verre. [Cathy] sirotait le sien à petite gorgées en me regardant au travers, sans sourire. Chacun campait sur ses positions et nous restâmes pendant dix bonnes années à nous regarder dans le blanc des yeux, épiant la moindre ride sur nos visages défaits, le plus infime signe d'affaissement. Elle avait dû en voir de toutes les couleurs depuis le jour maudit où nous avions décidé de tirer un trait sur notre adolescence pour plonger dans l'univers dangereux des sentiments forts et des défis insensés. Un jour, une nuit, que j'aurais préféré laisser à leur place dans les grands fonds de ma mémoire.”

À travers la sombre nostalgie du héros, on sent le besoin pour lui inassouvi de tourner la page de cette époque. C'est avec une grande finesse que sont présentés les caractères. Rancœur d'un ancien copain contre le nouveau maire japonais qui ne vaut pas mieux que le précédent, un magouilleur. Humour aussi, quand leur ex-ami Le Grec est lancé dans ses délires. Et, comme dans tout bon roman noir, l'inexorable destin des protagonistes. Publié chez Fayard en 1981, réédité dans la Série Noire en 1994, un vrai polar d'anthologie.