Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Noël Balen – Vanessa Barrot : La crème était presque parfaite (Éd.Fayard, 2014)

Accompagnée de son photographe Paco Alvarez, la critique gastronomique du magazine “Plaisirs de table”, Laure Grenadier, compte consacrer son prochain numéro aux produits fermiers de Normandie. Durant leur séjour dans cette région, ils vont loger dans les chambres d'hôtes du manoir de Charles Moreau. Cet esthète parisien est un admirateur de Marcel Proust, qui entend proposer à sa carte les plats évoqués par le grand écrivain. Pour débuter leur reportage, Laure et Paco ont fait halte dans une institution du pays d’Auge au cœur du Calvados, “Le Bocage gourmet”. Adrien Cornudet, le chef, y est intransigeant sur la qualité des produits. Il doit sa réputation à sa célèbre sauce à base de crème fraîche, dont la composition exacte reste secrète, accompagnant les escalopes.

Le repas prend des allures de massacre, quand neuf clients sont intoxiqués mortellement. Seuls rescapés avec les Varnetot, couple d'agents immobiliers, Laure et Paco doivent témoigner à la gendarmerie. Le capitaine Antoine Cadour montre une vraie froideur. Il est vrai que, outre le couple Eisenstein qui mangeait de son côté, plusieurs élus politiques français et allemands ont été atteints. Le duo rejoint Adrien Cornudet, qui n'y comprend rien. C'est plutôt son agneau de pré-salé qui lui pose un problème en ce moment, pas la crème. Toutes les suppositions sont possibles. Après un reportage-photos de Paco sur les traces de Proust à Cabourg, le duo continue à explorer la région.

Sur la Route du Cidre, ils font un arrêt à la Ferme des Billettes. C'est là qu'est produite la crème incriminée, dans laquelle on a relevé des traces de cyanure. L'exploitation est en péril. Déjà que, sur la même propriété ayant appartenu à un défunt comte, le haras voisin vient d'être acquis par des Qataris. Des haras, il est vrai qu'il existe sept mille en Basse-Normandie, première région française d'élevage de chevaux.

Laure et Paco poursuivent leur reportage à Bayeux et aux alentours. Sur un des sites du Débarquement, ils visitent le futur musée du neveu des agents immobiliers Varnetot. Celui-ci s'avère vindicatif contre les politiciens locaux qui lui auraient mis des bâtons dans les roues. Du cimetière de Colleville-sur-Mer à Isigny, en passant par la Tapisserie de Bayeux, les sujets ne manquent pas pour le duo. Quand Amandine, la fille adolescente de Laure les rejoint pour le week-end, elle émet une hypothèse qu'il serait bon de suivre…

 

Après “Petits meurtres à l'étouffée”, voici le deuxième épisode de cette série dédiée à des “crimes gourmands”. À la gastronomie lyonnaise, succède celle de la Normandie. Si l'on est au pays de Maupassant, c'est surtout Marcel Proust qui est à l'honneur du point de vue culinaire. De façon assez amusante, en effet. Laure Grenadier et Paco Alvarez ne sont en aucun cas des journalistes menant l'enquête sur un acte criminel. Il font leur métier, tout en fréquentant des lieux et des personnes impliquées dans l'affaire.

Des plages du Débarquement aux élevages de chevaux, en passant par les paysages du Pays d'Auge, ils ont beaucoup à découvrir dans ce secteur. Seize millions de litres de cidre (un million de plus qu'en Bretagne) sont produits en Normandie. Le lait, et donc la crème, sont encore une richesse économique pour la région. Bien entendu, on ne perd pas de vue le septuple meurtre initial. Un terroir de tradition, sa gastronomie et la grande Histoire, ça n'empêche nullement les enjeux financiers… et peut-être meurtriers. Un suspense très sympathique !