Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Jacques Expert : Deux gouttes d'eau (Sonatine Éd., 2015)

Le commissaire divisionnaire Robert Laforge et son adjoint Étienne Brunet en ont vu “des vertes et des pas mûres” en trente ans de carrière. Pourtant, dans cette affaire-là, ils sont “restés comme deux cons”. Le rondouillard et caractériel Laforge autant que le grand et fidèle Brunet, ils croyaient tenir le coupable dès le départ. Élodie Favereau, vingt-sept ans, prof de français, a été assassinée chez elle avec une hachette. Le tueur l'a mutilée, posant en vue la tête décapitée de la jeune femme. Mise en scène sordide, perverse. Grâce à des caméras de surveillance, le suspect est très vite identifié. Antoine Deloye, vingt-huit ans, est le fiancé d’Élodie. Il a des vêtements identiques à ceux des vidéos, et son ADN est sur les lieux du crime. Pas d'empreintes, à cause dune maladie génétique, l'adermatoglyphie. Les yeux très clairs d'Antoine, captés en vidéo, suffiraient presque de preuve.

Bientôt arrêté et interrogé, le suspect accuse son frère Franck. Ce serait un être malsain, jaloux, qui aurait autrefois tué un chien à la hache, et entraîné la mort prématurée de leurs parents. Ce Franck est effectivement son jumeau, à l'identique : les policiers en sont tout surpris quand il se présente à leurs bureaux. Franck a l'air affable, bouleversé quand il apprend le crime. Quand le commissaire Laforge se montre affirmatif, Franck refuse de croire en la culpabilité de son frère Antoine. Non seulement ils ont le même ADN, mais le jumeau n'a pas d'empreintes non plus. Pour Laforge et Brunet, les deux pistes sont autant valables, à suivre à égalité. Franck est pris en filature par un flic. Si Antoine réclame son avocate, rien d'urgent pour Laforge. D'abord comprendre comment le tueur a éliminé tout le sang qui a dû gicler sur lui, et pourquoi il est entre-temps sorti acheter des roses.

Le lieutenant Hervé Pauchon, trente-et-un ans, blessé en service, est un maladroit aux yeux du colérique Laforge. Brunet l'envoie dans l'immeuble d’Élodie pour une enquête de voisinage. L'appartement de la jeune femme donne une impression d'abandon. Ça faisait plusieurs jours qu'elle en était absente. Les Marchand, couple de vieux voisins, ont-ils vraiment eu le pressentiment qu'un malheur devait arriver à côté ? Pauchon persiste à chercher témoignages et éléments sur place, tandis que Laforge consigne noir sur blanc pour son équipe tout ce qu'on sait déjà. Un des deux frères a un alibi : il a passé la soirée dans un bar avec Fabrice Peyrot, collègue d'Antoine, connaissant également Franck.

Sans doute les policiers ignorent-ils que, dès l'enfance, les jumeaux se montrèrent plutôt joueurs, mais aussi très turbulents. Ils brouillaient les pistes pour que leurs parents ne puissent pas les identifier. À l'âge de cinq ans, ils eurent une sœur, Claire, dont le décès subit ne leur causa pas d'émotion visible. En grandissant, les parents ne furent plus en mesure de maîtriser Antoine et Franck, sans qu'on sache lequel était le plus méchant. Le docteur Catherine Daout, gynécologue aujourd'hui âgée, avait fini par être effrayée par cette famille, par ces jumeaux monstrueux. Pour les policiers, le premier face-à-face des frères ne sera guère concluant, chacun accusant toujours plus ou moins vivement l'autre…

 

Dans la réalité, ce type d'affaire serait un casse-tête pour n'importe quel enquêteur. Nul doute qu'un vrai policier ou un juge d'instruction n'auraient qu'une envie, être dessaisi du dossier au plus vite. Peut-être même, de quitter le métier. Tenir le coupable, tout en étant dans l'impossibilité de désigner lequel d'eux, terrible dilemme. Mais l'expérimenté Robert Laforge n'est pas de ces flics qui renoncent, quitte à éclater de rage ou a accuser un de ses subordonnés (ici, le jeune Pauchon) quand le cas est difficile à résoudre. Son adjoint ne sait trop sur quel pied danser, non plus. L'un et l'autre ont un suspect différent.

Le théoricien du polar S.S.Van Dine recommandait (règle n°20, alinéa F) d'éviter comme procédé de présenter “le coupable frère jumeau du suspect ou lui ressemblant à s'y méprendre”. Certes, mais en affichant cette gémellité ou l'aspect identique dès le début, on contourne aisément ladite règle. G.J.Arnaud le démontra déjà dans “Les imposteurs” (Fleuve Noir, 1980). Notons la présence furtive d'un Professeur Mesplède (spécialiste des maladies orphelines), ce qui ressemble fort à un clin d'œil à Claude M. On l'aura compris, c'est la notion de jeu que Jacques Expert cultive dans cette histoire. Jeu entre l'auteur et le lecteur, entre le commissaire Laforge et ses collègues, et bien sûr entre les jumeaux. Bien malin qui dira quel est le criminel. Une intrigue solidement racontée, ce qui n'exclut pas de belles occasions de sourire.