Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Jo Nesbø : Du sang sur la glace (Série Noire, 2015)

À Oslo, c'est l'hiver, bientôt Noël. Selon Olav Johansen, il exerce le métier d'expéditeur. La réalité est plus prosaïque : il est tueur à gages. Conducteur trop repérable, braqueur raté, dealer incompétent, proxénète risquant de tomber amoureux, mauvais en maths, c'est le seul métier à sa mesure pour Olav. S'il aime écrire, c'est laborieusement qu'il réussit à traduire en mots ses sentiments. Pourtant, il n'est pas inculte : il a même lu une version abrégée des Misérables, de Victor Hugo. Derrière son style british, Daniel Hoffmann est un caïd redoutable, régnant sur le "milieu" norvégien. Bien qu'un autre mafieux, Le Pêcheur, lui fasse de la concurrence, Hoffmann dispose des meilleurs atouts. Quand il a besoin de faire supprimer quelqu'un, c'est au professionnel efficace Olav qu'il fait appel.

Cette fois, Daniel Hoffmann est prêt à payer cinq fois les honoraires habituels pour qu'Olav élimine sa seconde épouse. Nettement plus jeune que lui, Corina a un amant. S'installant dans l'appartement d'en face, le tueur commence par surveiller celui des Hoffmann. Olav est rapidement séduit par l'allure de Corina. Elle reçoit effectivement des visites d'un homme, un amant qui se montre brutal. Imaginant qu'il la fait chanter, Olav prend seul l'initiative de le buter. Une très mauvaise idée, qui ne convient absolument pas à Daniel Hoffmann. Pour protéger d'urgence Corina, qui risque d'en subir les conséquences, Olav l'accueille chez lui, une adresse qu'il n'a jamais donné à personne. Ils vont bientôt devenir intimes, ce qu'il n'osait espérer. Et avoir des projets de fuite ensemble, vers Paris.

Depuis la disparition de son père, un bon-à-rien, Olav est quelqu'un sachant conserver son sang-froid. Bien qu'il ait supprimé trois des sbires du Pêcheur, pour le compte d'Hoffmann, il n'hésite pas à contacter l'adversaire de son ex-client. Le mafieux n'apparaît pas hostile, car ce serait l'occasion pour lui de mettre la main sur l'ensemble du marché de la drogue, et autres activités illégales. S'il a besoin d'un coup de main, Olav a déjà son plan, basé sur l'utilisation de cercueils. Certes, les hommes d'Hoffmann sont à ses trousses, mais il met KO l'un d'eux dans le métro, et fait preuve d'encore davantage de prudence. Son objectif reste d'abattre Hoffmann, puis de filer avec Corina. À défaut, il y a aussi Maria, ancienne prostituée handicapée à laquelle il est très attaché depuis qu'il l'a aidée…

 

Depuis le temps que les polars nous racontent des histoires de tueurs à gages, on ne peut rien espérer d'innovant sur ce thème. Par contre, certains auteurs sont capables d'installer une tonalité particulière en utilisant le sujet. C'est le cas de l'expérimenté Jo Nesbø, dans ce suspense. Malgré la relative brièveté du roman, il réussit à nous faire adhérer à cette intrigue de très belle manière. Olav, le narrateur-tueur autodidacte, n'avoue-t-il pas avoir des difficultés avec l'écriture ? Non pas qu'il manque d'intelligence, au contraire, mais il a coutume d'aller droit au but, d'agir en fonction des circonstances. Son métier est singulier, mais c'est un brave type. Sa timidité envers les femmes, qui pourrait passer pour une faiblesse ou de la naïveté, est également assez touchante.

Olav a été très marqué par “Les Misérables”. Au point de comparer quelque peu sa vie à celle de Jean Valjean, qui avait lui aussi enfreint la loi, si romantique dans sa relation avec la pauvre Fantine. Même les malfaiteurs ont du cœur, parfois. Une allusion à un nom de famille français figure parmi les aspects souriants de ce récit, qui n'est pas simplement sombre. L'auteur nous présente même un double dénouement, un final à apprécier à sa juste valeur, ce qui démontre une sacrée maîtrise. Autant d'éléments réunis pour que les lecteurs apprécient ce fort sympathique suspense.

Chaque jour, toutes mes chroniques et mes infos :

http://www.action-suspense.com/