Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Brigitte Aubert : La mort au Festival de Cannes (Éd.Seuil, 2015)

Élise Andrioli est célèbre pour avoir vécu des aventures criminelles agitées, racontées par une romancière. Cette année, accompagnée de l'indispensable Yvette Holzinsky, Élise va pouvoir profiter de l'effervescence du Festival de Cannes. Car l'adaptation cinéma de “La mort des bois”, avec Jodie Foster et Vincent Cassel dans les rôles principaux, est projetée à cette occasion. On a invité Élise, qui va loger avec Yvette au Majestic, à faire partie du jury Jeunes Talents. Sur son fauteuil roulant high-tech, doté d'un ordinateur vocal, Élise en oublierait presque qu'elle est tétraplégique, aveugle et muette, capable d'utiliser sa seule main gauche. Non, elle ne risque pas de gommer ses handicaps, mais c'est bien excitant d'évoluer parmi les stars. À commencer par son chouchou, Hugh Laurie, le Dr House.

Dès l'arrivée, les mondanités s'enchaînent. Élise fait la connaissance des autres jurés et de trois ados marseillais surdoués, héros d'un film de Mehdi Boualem. À noter un incident sans gravité qui conduit la maman de la jeune Gwendoline à l'hôpital. Frissons pour Élise, à la montée des marches du Palais, avant un beau succès à la projection de “son” film. La poétesse et jurée Valeria Fortine meurt noyée dans une piscine lors de la fête qui suit. Fort étonnant pour une si bonne nageuse. Personne autour n'a rien remarqué. Le capitaine de police Kevin Isidore, fan du chanteur Sting, champion de boxe thaïe, s'occupe de l'affaire. Élise l'imagine sans mal, et ne tarde pas à le surnommer pour elle-même Fernandel Columbo. Selon la légiste Véra Martineau, la victime a été droguée.

Le lendemain, Élise et Yvette sont bloquées dans les toilettes par un cadavre qui entrave l'accès. Il s'agit d'un vigile du Festival, un certain Derek. La probabilité de deux décès consécutifs dans un même espace était pourtant infime. La mort de ce Derek s'explique mal, car il ne se droguait pas. Cocktails et visionnages de films se poursuivent pour Élise, sous la houlette d'Yvette. Celle-ci est sous le charme de Charles Moroni, un vieux barman cannois de belle prestance. Le troisième jour, se produit un accident : l'attachée de presse Maëva Osmond fait une chute mortelle. En attente de l'accouchement de son épouse, le policier Isidore tâtonne. Le jour d'après, c'est le jeune cinéaste Loïc Safran qui est, à son tour, supprimé. Une fléchette dans la carotide, ça ne pardonne pas.

Si Mehdi Boualem fait un bon suspect, toutes les hypothèses sont ouvertes. Est-il possible qu'Élise ne soit pas visée elle aussi, dans cette série de drames ? Elle y aura droit également. Mais ce sont d'autres victimes qui, les jours suivants, sont encore à déplorer. Nouveau papa, Kevin Isidore est perplexe : “Rien ne tient debout. À croire que quelqu'un s'amuse à bâtir un échafaudage branlant pour que je m'y casse la comprenette. Mais je tirerai le fil jusqu'à l'extérieur du labyrinthe.” Il serait bon que le policier se presse et qu'il garde un œil sur Élise, car l'ambiance va bientôt chauffer au Palais des Festivals…

 

C'est une magnifique comédie noire qu'a concoctée ici Brigitte Aubert, offrant de nouvelles aventures à l'héroïne de “La mort des bois” et de “La mort des neiges”, Élise Andrioli. Si elle reste lourdement handicapée depuis un attentat alors qu'elle n'avait que trente-six ans, Élise a un mental d'acier. Et une capacité à nous raconter ce qu'elle entend, ce qu'elle perçoit, ce qu'elle devine. Si elle accepte qu'on lui ouvre le chemin dans les méandres du Palais des Festivals, elle ne tient nullement à susciter la pitié. Surtout pas avec les stars qu'elle vénère autour d'elle. D'ailleurs, dans toutes les péripéties qu'elle traverse, Élise ne cesse d'évaluer une situation qui échappe autant aux policiers qu'aux invités.

On ne peut s'empêcher de citer deux ou trois délicieux extraits : “Nous autres, les Hercule Poirot de banlieue, on a toujours des suspects en réserve. C'est comme ça dans tous les bons polars. L'auteur sort les suspects de son clavier plus vite qu'un magicien les lapins de son chapeau.” Car Élise compte bien écrire elle-même un roman : “L'enquêteur de mon polar sera d'un calme à toute épreuve, en plus d'être beau, costaud, drôle et cultivé. À se demander pourquoi il se retrouve célibataire et alcoolique. Ben oui, tous les détectives sont mal rasés, pochtrons et ténébreux.” Si on la flatte, Élise pense : “Un compliment sur mon physique ! Je m'en ferais presque pipi dessus de joie, comme un chiot – eh oui, on ne dit pas "chiotte" pour les femelles, Dieu merci.” Quant à l'utilisation abusive du téléphone portable, elle en deviendrait nostalgique : “Et pourtant, nous n'étions pas plus angoissés qu'aujourd'hui… On est tous transformés en bébés qui pensent que leur mère a disparu dès qu'ils ne la voient plus. On n'a plus confiance dans le lien, dans la vie.”

Humour, noirceur et suspense, telles sont les qualités des meilleurs polars de Brigitte Aubert. Cette incursion ravageuse au Festival de Cannes démontre une fois de plus qu'elle est une romancière chevronnée et d'un grand talent. Une intrigue mouvementée, que l'on savoure avec un réel plaisir.

Chaque jour, toutes mes chroniques et mes infos :

http://www.action-suspense.com/