Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Val McDermid : Lignes de fuite (Éd.Flammarion, 2015)

Anglaise, Stephanie Harker arrive au États-Unis pour des vacances avec son fils Jimmy. À l'aéroport de Chicago, elle doit repasser les contrôles. C'est à ce moment que le gamin de cinq ans est kidnappé sous les yeux de la jeune femme. Créant un esclandre, elle est vite calmée au Taser par les agents de sécurité. Un peu de temps passe avant que Stephanie soit interrogée par Vivian McKuras, agente du FBI affectée à l'aéroport. Pour la procédure habituelle, il est déjà trop tard. Les vidéos de surveillance confirment que Jimmy a bien été enlevé, par un homme en (faux) uniforme d'employé de sécurité. Vivian est quelque peu surprise d'être chargée de ce kidnapping. L'Alerte Amber est activée, tandis que la policière interroge Stephanie afin de mieux comprendre ce qui vient de se passer.

Plus de cinq ans auparavant, Stephanie exerçait le métier d'écrivain fantôme, de nègre littéraire. Une émission de télé-réalité venait d'offrir la gloire à une jeune femme originaire de Leeds, Scarlett Higgins. Fille d'un père mort du sida en prison et d'une mère alcoolo, elle sut se faire remarquer. La candidate idéale pour cibler un public populaire. D'autant qu'elle provoqua un clash dans un second programme, le scandale la médiatisant encore davantage. Écrire "l'autobiographie" de Scarlett, Stephanie était d'accord, à condition que ce soit sur des bases saines. Vivant avec Joshu, un DJ indo-pakistanais allumé, Scarlett était enceinte. Le livre serait publié autour du mariage programmé avec Joshu, et de la naissance de l'enfant. Stephanie et Scarlett devinrent bientôt amies.

Même si ça énervait son petit ami à elle, Pete Mattews, Stephanie resta proche de la jeune star : “Scarlett était en réalité beaucoup plus futée qu'elle ne voulait bien le montrer aux caméras. Elle savait très bien qui elle était et en privé, quand personne ne la regardait, elle essayait de changer… Je respectais aussi le fait qu'elle ne se soit pas laissée détruire par son milieu.” Stephanie fut même présente quand, peu après la publication du livre et son mariage, Scarlett accoucha de son bébé. La rupture avec Pete ne fut pas sans heurts. Chez elle, la jeune mère fut bientôt entourée de sa cousine amie d'enfance, Leanne, et de Marina, employée de maison roumaine. Pour les sorties n'amusant pas Scarlett, Leanne lui servait de doublure. Quitte à s'apercevoir, dans ces soirées, que Joshu trompait Scarlett.

Scarlett étant décédée prématurément d'un cancer, elle confiait officiellement la garde de son fils Jimmy à Stephanie. Celle-ci n'hérita toutefois pas de son pactole financier, dont un orphelinat roumain bénéficia via une association gérée par Marina. La cousine Leanne partit vivre en Espagne, son rêve de toujours. L'agente du FBI Vivian McKuras réalise un peu mieux la situation. Stephanie lui suggère de contacter un policier de Scotland Yard, Nick Nicolaides. Pour ce dernier, il y a un suspect principal et deux ou trois autres pistes possibles. Son amie psy Charlie Flint est de bon conseil. Aux États-Unis, on va mener des investigations sérieuses et productives. Néanmoins, ce sont Stephanie et Nick qui devront, de retour en Europe, trouver la vérité…

 

On ne prend pas le risque d'en dire trop en résumant un tel roman. Une multitude de détails précis, de situations particulières, émaillent le récit et lui offrent une tonalité qu'on ne peut traduire à travers les grandes lignes de l'histoire. Certes, un enfant a disparu dans un lieu public. Auteure chevronnée, Val McDermid a l'habileté de ne pas s'arrêter à une simple traque du ravisseur, à la recherche du gamin. C'est en explorant le passé, avec le parcours personnel de Stephanie, que l'on va approcher du cœur de l'intrigue. Évoquer une starlette vulgaire issue de la télé-réalité, de celles qu'on aime détester, on peut se dire que Val McDermid y a pris un certain plaisir : Scarlett est présentée avec ironie, tout en étant parfaitement crédible. Oui, il faut être assez maligne pour plaire au public.

Passons sur un fâcheux “cartes d'embarcation” (d'embarquement) et sur la non-traduction de Amber Alert ("Alerte Amber" se dit en français). L'essentiel, c'est la très belle subtilité – et même la qualité supérieure – de ce polar. Il est sinueux, entre les confidences de Stephanie et les faits présents. Une magnifique construction, n'ayons pas peur des mots. Les portraits des personnages et leur psychologie s'avèrent totalement réussis. On pourrait parler d'un roman addictif, tant on prend plaisir à le dévorer, à en suivre les moindres méandres. Les passionnés, lectrices et lecteurs d'excellents suspenses, vont fatalement adorer.

Chaque jour, toutes mes chroniques et mes infos :

http://www.action-suspense.com/