Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Tony Hillerman : Le peuple de l'ombre (Série Noire, 1981)

En 1980, au Nouveau-Mexique, Jim Chee est un policier de la réserve indienne, en poste à Crownpoint. Appartenant à une tribu Navajo, il reste fidèle à leurs rites et traditions. Jim Chee estime encore mal connaître les Blancs, leur état d'esprit. Comme le lui a conseillé son oncle et tuteur, Hosteen Nakai, sorcier de leur clan, Chee observe le comportement de la population blanche. En l'absence de son riche mari, Rosemary Vines fait appel à Chee, car un coffret précieux a été dérobé chez eux. Grand chasseur, B.J.Vines s'est enrichi grâce à l'uranium, il y a une bonne vingtaine d'années. Au lointain temps où il employait un Navajo nommé Dillon Charley, B.J.Vines s'intéressa à la secte dirigée par cette Indien. On pense même qu'il finança ces adeptes du Seigneur Peyotl. Pour Mme Vines, si le voleur était si bien informé, c'est qu'il pourrait s'agit d'Emerson Charley, le fils du défunt Dillon.

Shérif du canton de Valencia, Lawrence "Gordo" Sena garde une forte rancune contre B.J.Vines. Ça remonte à un accident dû à une explosion de nitroglycérine autour d'un puits de pétrole, dans les années 1950. Il a toujours pensé que ni le rôle de Vines, ni celui de Dillon Charley n'étaient clairs dans cette affaire, où Gordo Sena perdit son frère Robert. Le shérif dissuade Jim Chee d'enquêter sur le vol du coffret, sous prétexte de juridictions trop compliquées dans le secteur. Quant à Emerson Charley, cancéreux, il est mourant dans un hôpital d'Albuquerque, ayant peu avant échappé à l'explosion de son véhicule. Par contre, son fils Thomas Charley apparaît cinglé, dangereux. B.J.Vines convoque Jim Chee, afin de relativiser la gravité du vol commis chez lui. Les babioles dérobées, c'est juste le passé. Il ne cache pas sa rivalité avec le shérif Gordo Sena, qu'il accuse pour l'accident à la nitro.

Le blond Colton Wolf est un inquiétant voyageur, à la recherche de ses origines, payant une agence pour retrouver sa mère. Des missions particulières, il en accepte de son côté. Comme de faire disparaître le corps du défunt Emerson Charley à l'hôpital d'Albuquerque. Un cas dont la police locale sera à peine informée. Colton Wolf reste dans la région, car son rôle n'est pas terminé. À une vente aux enchères de tapis indiens, Chee contacte Thomas Charley. Celui-ci admet implicitement le vol du coffret, qui ne contenait que des morceaux de roches et des souvenirs de B.J.Vines. Ce serait Vines qui, selon Thomas, a commandité le vol du cadavre d'Emerson Charley. À cette même vente, Jim Chee fait la connaissance de Mary Landon, jeune enseignante blanche curieuse de la culture Navajo. Le policier ne masque guère son attirance.

Dès le lendemain, espérant y trouver le coffret, le couple se rend dans les terres volcaniques du Malpais près du Mont Taylor (Mont Turquoise). Colton Wolf vient d'y passer, causant une victime. Échange de tirs et incendie de la voiture de patrouille lui permettent de prendre la fuite. Il lui faudra forcément supprimer ces témoins gênant que son Jim Chee et Mary Landon. Le policier Martin, du FBI, est sur sa piste, mais sans grand espoir. Le sergent Hunt, de la police d'Albuquerque, voudrait aussi comprendre le lien avec l'attentat qui visa Emerson Charley. De son côté, suite à l'incident, le shérif Sena est plus acharné que jamais contre B.J.Vines et les méfaits qu'il impute au Peuple de l'Ombre. Jim Chee et Mary Landon retrouvent la trace d'un certain Lebeck, dont le rôle néfaste explique nombre de morts…

 

Si ce n'est pas le premier qu'il écrivit, c'est avec “Le peuple de l'ombre” que les lecteurs français découvrirent l'œuvre de Tony Hillerman (1925-2008). Polar ethnologique, s'il faut y accoler une étiquette, il s'agit avant tout d'une histoire riche de culture et d'humanité. Enquêteur encore débutant, Jim Chee est un observateur qui se refuse à juger les faits et les gens. Le scénario, qui ne manque pas de péripéties, nous initie à la tradition du peuple navajo. Exemple souriant : Jim ne présenterait pas Mary sous son nom et son métier car “ce serait considéré comme impoli” par la coutume. On nous rappelle également que le peyotl, cactus hallucinogène, fait depuis toujours partie de la culture indienne de cette région des États-Unis.

Plus tard, ce roman a été retraduit par Danièle et Pierre Bondil sous le titre “Le peuple des ténèbres”, pour les Éditions Rivages, où tous les romans de Tony Hillerman figurent au catalogue. Il n'y a pas là matière à polémique, chacun défendra "la meilleure version" qu'il veut. L'essentiel reste de ne pas négliger la lecture des aventures de Jim Chee, et de Joe Leaphorn, d'entrer dans l'univers de cet écrivain. Dernière minute : le 8 octobre 2015, réédition chez Folio policier de “Le peuple de l'ombre”, présenté par Thierry Bourcy.

Chaque jour, mes chroniques et mes infos : http://www.action-suspense.com