Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Naomi Hirahara : La malédiction du jardinier kibei (L'Aube Noir, 2015)

Âgé de soixante-neuf ans, Mas Arai est un jardinier d'origine japonaise. Il vit à Altadena, une localité californienne au pied des monts violets de San Gabriel, près de Los Angeles. Il est veuf de Chizuko, son épouse emportée par la maladie, et père de Mari. Celle-ci s'est installée à New York, loin de son père. Mas apprendra incidemment qu'elle s'est mariée avec un hakujin, un blanc, et qu'elle est enceinte. Mas fut un joueur invétéré, mais cette passion de flambeur s'est calmée avec le temps. Haruo, son ami au faciès disgracieux, a cessé de jouer lui aussi. Mas continue son métier de jardinier, avec son fidèle pick-up Ford de 1956 au moteur graisseux, bien équipé par ses soins. Mais des clientes depuis trente ans, telles que Mme Witt, risquent de le lâcher bientôt, vendant leurs propriétés.

Parce que leurs filles sont du même âge, Mas est resté ami avec le bricoleur Tug Yamada, un homme fiable, et son épouse Lil, fière de sa fille étudiante en médecine. Au magasin de tondeuses de Whisbone Tanaka, le vieux Mas retrouve des jardiniers de sa génération. Mais tous les jardiniers japonais de Californie n'ont pas le même parcours. Si certains sont des nisei, des Américains d'origine japonaise de deuxième génération restés aux États-Unis, Mas est un kibei. Né le 18 octobre 1929 sur le territoire américain, il a grandi au Japon. Au temps de son enfance, cette tradition kibei était assez habituelle. Mas ne tient guère à rappeler qu'il est un des survivants de la bombe d'Hiroshima. Pourtant, cet été-là, un détective privé venu du Japon s'intéresse de trop près à des rescapés d'alors.

Ce Shuji Nakane et son collègue américain Hawthorne n'inspirent pas confiance à Mas. Ils cherchent Joji Haneda, installé de longue date aux États-Unis, qui semble avoir disparu. Si Mas le connaît trop bien, il ne leur dira rien. Ils étaient copains adolescents, travaillant à la gare d'Hiroshima avant le jour fatidique. En 1972, Mas projeta d'acquérir une pépinière en Californie, mais Joji Haneda lui souffla l'affaire. C'est ainsi qu'ils sont fâchés depuis près de trente ans. Mas sait quelle est la véritable identité de cet homme : Riki Kimura. Il est plus prudent pour tous deux de ne pas la révéler. À peine Mas a-t-il débuté une petite enquête sur Joji Haneda, qu'on lui vole son bien le plus précieux : son pick-up Ford de 1956. Par ailleurs, quel rôle joue donc cette Junko Kakita, amie du soi-disant Haneda ?

Yuki est un jeune Japonais débarquant en Californie, cherchant des traces de sa famille, pour sa grand-mère Akemi Haneda. Mas garde le souvenir d'Akemi au temps où elle était une jeune fille : il la croyait décédée à cause de la bombe d'Hiroshima. Peut-être sont-ils appelés à se revoir ? Joji Haneda réapparaît à l'occasion d'une partie de poker organisée par Whisbone Tanaka. Mas et Tug Yamada sont présents, ainsi que Yuki. Un esclandre se termine en bagarre violente à l'issue de la partie. Mas culpabilise d'impliquer ses amis Tug et Lil dans cette sale affaire. Quand Junko Kakita est tabassée chez elle, c'est le jeune Yuki qui risque de sérieux ennuis avec la police. Le vieux Mas met tout en œuvre pour que cesse cette série de situations très contrariantes, voire dangereuses…

 

Bien que le vieux jardinier Mas ait déjà été le héros de cinq romans aux États-Unis depuis une dizaine d'années, on ne fait qu'aujourd'hui sa connaissance. Excellente initiative de nous le présenter en France, car c'est un personnage franchement sympathique. Il s'agit d'un travailleur manuel qui ne roule pas sur l'or, mais qui aime son métier. Malgré les secousses qu'il va subir, il s'estime en bonne santé : “Il avait survécu au bombardement, fumait un paquet de cigarettes par jour depuis l'âge de quinze ans, et pourtant sa femme et beaucoup d'autres étaient morts avant lui, dès la soixantaine.” Il pense à sa défunte épouse, et à sa fille qui s'est éloignée de lui. Son expérience de vie est assez vaste pour affronter les difficultés, pour ne pas accorder sa confiance à tort et à travers.

Ce roman, qui ne manque pas de péripéties, ne privilégie pas une enquête. C'est plutôt la sociologie qui est mise en valeur. Grâce à l'auteure, qui utilise ses propres références, on pénètre dans un milieu fort méconnu, chez les Américains d'origine japonaise : il semble que nombre d'entre eux devinrent jardiniers sur la côte ouest. Non sans un regard sur l'évolution urbaine de la Californie et du Japon, au passage. Derrière cette intrigue, plane évidemment l'ombre funeste du bombardement d'Hiroshima en 1945, qui fit une quantité mal calculable de victimes. Depuis, les autorités japonaises ont mené de multiples études, en particulier médicales comme on le voit ici, sur l'évènement et ses suites. Au-delà de l'aspect purement polar, on apprécie vivement tout le contexte autour du héros. On espère lire bientôt ses autres aventures.

 Chaque jour, mes chroniques et mes infos :

http://www.action-suspense.com