Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Martin Michaud : S.A.S.H.A. (Kennes Éditions, 2015)

Un homme et un enfant attendent un avion à l'aéroport Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal, le jour de la Saint Jean-Baptiste, date de la fête nationale du Québec. Ils sont en avance, le vol n'arrivera qu'à 16h30. Elias est un colosse décharné, probablement âgé d'une quarantaine d'années. Avec lui, un gamin blond de sept ans à l'air angélique, portant un sac à dos vert : le petit Sasha. Ils ne sont visiblement pas très argentés. Dans l'atrium, l'enfant lit le livre qu'il a apporté avec lui, tandis qu'Elias se débrouille pour lui trouver à manger. Puis tous deux se cachent quelques minutes dans un local de service. Afin de se laver tant soit peu, et le temps de vérifier que la blessure d'Elias n'a pas suppuré.

Car l'homme et l'enfant qu'il protège sont en fuite. Ils ont vécu durant plusieurs années au cœur des bois, dans une cabane isolée. Abandonnant sa vie précédente, Elias Wallach a élevé Sasha aussi correctement qu'il le pouvait, lui inculquant une éducation de base. Les voix intérieures qui hantent Elias le culpabilisent parfois. Il se souvient que même avec sa compagne Suzanne, dans la banlieue de Washington, il avait beaucoup de mal à laisser poindre des sentiments affectueux. Dans son métier, Elias était le meilleur. Ça n'autorisait pas à manifester la moindre émotion. Et puis, il promit à Luana, la mère de Sasha, qu'il s'occuperait de l'enfant le temps qu'il faudrait. Parce que cette fois, il le fallait.

Ce jour-là, elle doit revenir auprès d'eux, mais sera-t-elle au rendez-vous ? “Luana avait manqué les deux rencontres précédentes, la première dans un petit aéroport du Vermont, la seconde dans une ville obscure du Missouri. Montréal était le dernier point de chute qu'ils avaient établi avant de se séparer.” Brièvement esseulé, Sasha est repéré par un agent de l'aéroport, l'androgyne Henri. Il le conduit à son collègue de la sécurité, le vieux Paul. Pas si grave, puisque l'enfant et Elias sont clairement un fils et son père. Mais il faut des pièces d'identité que l'adulte ne possède plus. Ils vont bénéficier des circonstances, tandis qu'Henri leur offre ce qu'il peut. Une sorte de porte-bonheur, peut-être ?

Toutefois, l'attente de Sasha et d'Elias risque de se prolonger. Elias a certainement besoin de se requinquer avec un peu de nourriture. Autant du fait de sa blessure qu'à cause de la nervosité qu'il éprouve. Il se peut que Luana ait oublié cet ultime rendez-vous. Surtout, il est bien conscient d'avoir encore des gens à leurs trousses. Ceux qui les pourchassent ne renoncent jamais : ayant été des leurs, il le sait parfaitement. Si on l'attaque par surprise, il espère être en mesure de réagir, de protéger Sasha, encore et toujours…

 

Né en 1970 à Québec, vivant à Montréal, Martin Michaud a été récompensé par le Prix Saint-Pacôme en 2011 et en 2013, par le Prix Tenebris en 2014. Il apparaît comme un des plus solides auteurs québécois d'aujourd'hui. Ses livres sont désormais bien diffusés en Europe francophone.

Ce roman court est un bon moyen de découvrir son œuvre. Selon la quatrième de couverture : “une intrigue au confluent du roman noir et de la science-fiction” ? Pas exactement, il s'agit d'un suspense anxiogène. Rapidement, on comprend que le sort d'un enfant, peut-être un peu différent de la moyenne, est en jeu. Les portraits de Sasha et celui d'Elias se dessinent progressivement, grâce à des retours sur leur passé. On se gardera d'en dire trop là-dessus, bien sûr. Condensée sur quelques heures, en un seul lieu (l'aéroport de Montréal), la narration à la fois fluide et percutante offre une tonalité fort excitante à cette histoire.