Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Mark Zellweger : Double jeu (Éd.Eaux Troubles, 2016)

Fils d'un diplomate suisse, Mark Walpen est veuf. Son épouse Shannon et leur fille furent victimes des attentats du 11-septembre. Il élève ses jumeaux, Zoé et Elliott, aidé de son amie intime Anook, tandis que son père Ralph s'est exilé en Australie. Mark Walpen a créé le Sword, un service de renseignements géostratégiques indépendant et neutre basé en Suisse, qu'il dirige. Cet organisme s'est doté d'unités d'action, les Faucons, intervenant dans le monde entier. Prenant de l'ampleur, le Sword a engagé de nouveaux baroudeurs fiables et entraînés aux conditions extrêmes. Mark s'est également adjoint les services de quelques analystes de la situation mondiale. Prenant la succession de Ralph, c'est Barbara Apfelbaum qui assurera désormais l'interface avec les autorités suisses.

Dans notre époque en ébullition, Mark Walpen se doit d'être sur tous les fronts. Lors de son périple aux États-Unis, il rencontre le Président américain afin d'évoquer la situation en Syrie. Impossible d'envisager une intervention directe sur le terrain, mais il faut définir qui va bientôt livrer des avions de chasse et des hélicos à Bachar el-Assad. De retour en Suisse, Mark apprend que des ingénieurs de plusieurs nationalités ont été enlevés dans le Sahel, entre Tchad et nord-Niger. Comme d'habitude, la France payera sans l'avouer une rançon pour ses propres otages. Ce n'est pas le cas des autres pays, dont la Suisse, qui sont partisans de les récupérer manu-militari. Ami de Mark, le banquier Laurent Boissier risque le scandale et la prison, étant accusé par les Américains de pratiques illégales.

Le Sword doit encore garder un œil sur la Russie, dont le Président agit trop à sa guise, en prétextant la sauvegarde des intérêts de son pays. S'il a assaini une partie de l’Économie russe, quelques douteux oligarques gravitent toujours autour de lui. Il oppose son veto à toute remise en cause du régime syrien, pourtant soupçonné de massacrer une partie de sa population. Chargée par Mark d'un rapport sur l'Afrique actuelle, Alexia Pictet ne cache pas qu'après les Chinois, ce sont les Russes qui s'y implantent pour des trafics. Bien qu'enceinte, Anook a accepté d'aider une amie de MSF à comprendre les raisons de malformations constatées chez des populations du Kivu et du Katanga. Anook se rend en République du Congo (ex-Zaïre), dans la région bordant la rivière Lualaba.

Une équipe de quatre Faucons du Sword est envoyée dans le nord-Niger. L'un d'eux, ayant tenté d'infiltrer un secteur dangereux, est à son tour enlevé. Un autre groupe de Faucons a pour mission d'intercepter la livraison des avions et des hélicos pour la Syrie. Mark ne perd pas de vue le cas de son ami banquier, arrêté et promis à l'extradition vers les États-Unis. Pendant ce temps, le chaos règne en Ukraine et en Crimée, sous pression russe. Par le père ex-général de son agente israélienne, l'attention du Sword est attirée sur le cas de Viktor Grylov. Riche homme d'affaire appartenant à la sphère du Président de la Russie, il pourrait bien tirer profit de certains conflits. Alors que son père Ralph revient en Suisse, Mark a de réelles raisons de s'inquiéter pour la santé d'Anook…

 

Voici le troisième opus d'une série de romans d'action, où Mark Zellweger renoue avec les intrigues d'espionnage dans la plus agitée des traditions. Des auteurs tels les Américains Olen Steinhauer, Tom Clancy, Robert Ludlum, le britannique Jack Higgins, le gallois Ken Follett et bien d'autres, ont perpétué ce type de scénarios. On peut considérer que cet auteur suisse n'a rien à leur envier, qu'il est digne d'entrer dans le même club. D'autant que, si l'aventure est omniprésente dans cette histoire, il n'oublie pas la part personnelle de son héros, qui a aussi une vie privée. Belle façon de l'humaniser, sachant que Walpen est amené à prendre des décisions ayant un impact sur la situation planétaire. Certes, son organisation et lui sont neutres, mais pèsent sur l'imbrication des problèmes mondiaux.

Mark Zellweger “dédie ce livre à toutes les victimes de toutes les barbaries, quelle qu'en soit l'idéologie...” avec une pensée pour celles des attentats parisiens de novembre 2015. Hélas, l'actualité continue à déverser son lot d'horreurs : si le régime syrien est en grande partie évoqué dans cette fiction, le djihad islamiste poursuit son combat terroriste contre les Occidentaux, avec de nouveaux attentats. Rien de réglé non plus au sujet de la Russie imposant son diktat à l'Ukraine. Quant à l'Afrique, du Sahel jusqu'au sud du continent, c'est toujours un “terrain de jeu” où s'invitent trop de pays, au gré de leurs intérêts et de leurs combines, au détriment des peuples locaux. C'est bien dans ce contexte international d'une complexité inextricable que s'inscrit ce roman d'espionnage.