Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Nadine Monfils : Elvis Cadillac King from Charleroi (Fleuve Éditions, 2016)

Le culte d'Elvis Presley a redoublé depuis le 16 août 1977, date de son décès. À travers le monde, il compte une multitude de sosies, dont la plupart présentent des spectacles en hommage à leur idole. On ne s'étonnera pas de trouver un de ses imitateurs en Belgique : Elvis Cadillac. Sa mère Raymonde Pirette lui avait réellement attribué le prénom du King. Quand elle disparut mystérieusement, le petit Elvis Pirette fut placée dans une famille qui admirait Georgette Plana. Si "Riquita jolie fleur de Java" fut la chanson la plus populaire de 1968, pas vraiment le même univers musical que Presley. Depuis quelques années, Elvis Cadillac et sa chienne carlin Priscilla mènent une vie entièrement dédiée au King, même si le sosie commence à ressembler à l'Elvis rondouillard des années 1970.

Tiens, Raymonde Pirette est de retour dans la vie de son fiston. Cette admiratrice d'Hervé Vilard s'avère vite envahissante, prétendant prendre en main la carrière d'Elvis Cadillac. Un programme plein d'ambition, qui passe par l'élimination de Priscilla, mais la chienne survit à cette épreuve. Quant à Elvis, il se concentre sur son prochain contrat. La famille Montibul van Piperzeel l'a engagé pour l'anniversaire de leur riche aïeule Olivia, qui fêtera ses quatre-vingt ans. Rendez-vous est pris au château de Tourinnes-Saint-Lambert, dans le Brabant wallon. Les chansons du King, ça rappelle à Olivia son amant Mario, et le fils qu'ils ont failli avoir ensemble. Quant aux héritiers de la châtelaine, ils sont gratinés : une belle bande de bons-à-rien, toutes générations confondues.

D'un côté, on trouve Philomène et son mari Philibert, dit Fifi. Leur fils Aurélien fréquente volontiers des petits voyous dans le genre de Joe, et des travelos comme Pepita (qui se prénommait précédemment Gérard). De l'autre, il y a Colette qui, malgré son flagrant manque de talent, se prend pour une poétesse. Avec son mari Charles-Henry, qui claque tout l'argent qu'il n'a pas en jouant aux courses et en entretenant une maîtresse. Leur fille Caroline a deux passions : le théâtre et son chat Houellebecq. Doter un chat du nom de ce littérateur, indique bien qu'elle n'est pas plus fine que les autres Montibul van Piperzeel. Néanmoins, la vieille Olivia et elle éprouvent une tendresse mutuelle. Philibert prépare de sombres projets (et un gâteau au chocolat) à l'occasion de cet anniversaire.

Le reporter Robert Bertache sera présent pour la fête, afin d'écrire un article élogieux sur Elvis Cadillac, une initiative de Raymonde Pirette. Homard et champagne sont au menu du repas d'anniversaire, histoire d'installer une dose de bonne humeur, avant le spectacle du sosie du King. Caroline est perturbée, car on la fait chanter. Aurélien ne l'est pas moins, à cause du drag-queen Pepita. Malgré tout, la fête pourrait se dérouler sans anicroche. Sauf qu'il y aura des cadavres. Pas sûr que le commissaire Cramik soit à la hauteur pour mener l'enquête. Le sosie pense qu'Elvis Presley essaie de lui donner un coup de main : “Et si c'était vraiment le King himself qui l'avait appelé de l'au-delà pour l'aider à résoudre cette affaire ?” Se mêler de tout cela n'a peut-être pas grand intérêt pour lui…

 

Avec les romans de Nadine Monfils, on entre davantage dans le domaine de la comédie que dans celui du polar. Même si l'intrigue comporte quelques éléments énigmatiques, qui pimentent le suspense. Avant tout, l'auteure fait preuve d'une fantaisie entraînante, dont le but premier est évidemment de nous amuser. Adepte de Frédéric Dard, elle inclut même ici un drôle d'oiseau qui connaît par cœur les pensées drolatiques du créateur de San-Antonio. Elle ne peut manquer d'évoquer l'hilarante Mémé Cornemuse, le personnage qu'elle créa pour une série de romans : vieille dame indigne devenue l'égale des people (ou presque), elle rêve toujours d'épouser un certain Jean-Claude Van Damme.

Cette histoire permet également de nous initier à la belgitude. On apprendra ainsi que les langages wallons et bruxellois, avec (entre autres) leurs stûûts, leurs clouches, leurs rawètes, leurs essuies, leurs slaches et leurs crolles, diffèrent sensiblement du parler académique français. Toutefois, on n'est pas obligés de boire de la Jupiler tout en lisant ce livre, aussi populaire que soit cette bière. On eût aimé un peu plus de respect pour Georgette Plana, et un peu moins pour Michel Houellebecq. Mais puisque c'est une Belge qui caricature ses compatriotes, ne boudons surtout pas notre plaisir : les tribulations d'Elvis Cadillac et de Priscilla nous offrent un très bon moment de lecture.