Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

p.g.Sturges : Les tribulations de l'Expéditif (Ed. Calmann-Lévy, 2016)

À Los Angeles, quand vous avez un petit problème à résoudre, adressez-vous donc à Dick Henry. Sous le surnom de l'Expéditif, c'est le multi-service des solutions rapides. Imaginez qu'un pseudo-Rasta blanc squatte devant votre commerce pour fourguer sa camelote, il ne faudra guère de temps à Dick Henry pour qu'il décampe définitivement. Supposez que ce soit un type à l'odeur pestilentielle qui chasse les abonnés de votre bibliothèque, Dick se charge de l'éloigner. Encore qu'un gars nauséabond tel Rutland Atwater puisse rendre des services à l'Expéditif. Si vous avez besoin d'une copie d'œuvre d'art à l'identique, Dick a aussi un faussaire dans ses relations. Les cas fâcheux ou limite légaux, il s'en occupe, tout en sillonnant L.A. au volant de sa Cadillac Coupé DeVille 1969.

Il y eut quelques femmes dans la vie de l'Expéditif. Georgette, la mère de ses enfants, bien sûr. Et en ce moment, la caractérielle asiatique Kiyoko. Son grand amour fut sans nul doute Nedra Scott, une Noire militante. À l'instar de son frère Charles qui fut très actif pour leur cause, avant de disparaître. Aujourd'hui, Nedra défend son quartier de Bledsoe contre un projet immobilier, Azure Gardens. Puisqu'elle est menacée, Dick lui donne un garde du corps, Bosto Ket, capable de dissuader les plus agressifs. Nedra trouve l'occasion de médiatiser son combat pour Bledsoe, même si Dick est convaincu que l'immobilier sera finalement plus fort qu'elle. Par ailleurs, la sculpturale strip-teaseuse Pussy Grace a aussi un urgent besoin des services de son ami Dick l'Expéditif.

Âgée de trente-deux ans, de son vrai nom Penelope Grafton, la belle Pussy était devenue l'amante d'Art Lewis. À soixante-quatorze ans, ce riche homme d'affaire a bien le droit de dépenser sa fortune avec qui il veut. Toutefois, il ne tient pas à dilapider son argent à tort et à travers. L'investissement dans le cinéma proposé par l'actrice Ellen Havertine et son mari le juge Harry Glidden, ce serait du pur gaspillage. Certes, même s'il participe à des productions télévisuelles, il s'agit d'un authentique juge en activité. Il a divorcé après vint-sept ans de mariage pour épouser la comédienne. Depuis son adolescence, Ellen n'a pas lésiné sur les moyens afin d'assurer sa carrière. Glidden et elle étant fauchés, l'actrice a un plan pour sortir de cette regrettable mauvaise passe financière.

Pussy n'arrivant plus à joindre Art Lewis, Dick et elle joue aux employés du gaz pour se renseigner chez l'amant de la strip-teaseuse. La drôle d'infirmière qui les reçoit n'est autre que la sœur d'Ellen. Drogué à mort, Art Lewis succombe sous les yeux de Pussy et Dick. Il est préférable qu'ils s'éloignent au plus vite. Conformément à son idée, Ellen demande à son ancien mari Bobby, ex-rock star éphémère, recyclé junkie, d'inviter Pussy à ne pas entraver le futur mariage d'Art Lewis. Les médias se sont fait l'écho de cette prochaine union. Sauf que ce fondu déchaîné qu'est Bobby se trompe de cible, et qu'il tue sans s'en apercevoir la victime. Aux obsèques de la jeune femme, Dick l'Expéditif va être fixé sur l'identité de ses adversaires. Auxquels il n'a pas l'intention de faire de cadeau…

 

Il est extrêmement plaisant de lire une telle comédie criminelle, dans l'esprit de celles que l'on publia longtemps dans les grandes collections dédiées au roman noir. C'est sous le signe de la plus sympathique fantaisie que se place cette histoire, deuxième aventure du héros imaginé par p.g.Sturges. On ne peut pas dire que l'Expéditif ait un métier défini. Agent intermédiaire, en somme, il agit en toute indépendance, contre rétribution ou pas. Il sait tirer parti des compétences de ses relations, flingueurs menaçants, faux-mafiosi ou vrais faussaires, si le besoin s'en fait sentir. Si nécessaire, Dick intervient en personne. Il se montre aussi téméraire ou perspicace qu'imaginatif pour contrer les malfaisants. Los Angeles et sa contrée n'ayant pas de secrets pour lui, il trouvera les bons remèdes.

Dès que l'on parle d'humour dans le polar, une moue dubitative apparaît sur le visage de certains lecteurs. Si c'est drôle (et peuplé de femmes au physique sensuel), c'est que l'intrigue doit être très légère, non ? Ne croyons pas cette assertion, dans le cas présent. Car "l'affaire Art Lewis-Pussy Grace" est fort mouvementée, la partie adverse n'étant pas décidée à lâcher prise. Or, l'Expéditif n'est pas du genre à se faire mordre sans répliquer. Quant à "l'affaire Nedra Scott", elle peut aussi réserver de sacrées surprises. Flegmatique ou fataliste, Dick Henry est un personnage dont on suit les tribulations avec grand plaisir. Un suspense souriant et très excitant.