Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Christa Faust : Money shot (Éd.Gallmeister, 2016)

Angel Dare fut une célèbre actrice de films pornographiques. Depuis quelques années, elle s’est reconvertie. Son agence fournit des strip-teaseuses pour des clubs et des filles pour des films X. Assistée de son employée Didi et de l’ancien flic Lalo Malloy, Angel Dare offre ainsi aux jeunes femmes des contacts sérieux dans ce milieu souvent malsain. Ce jour-là, ayant reçu une visiteuse prénommée Lia, d’origine roumaine, c’est le début de graves ennuis pour Angel. Deux types menaçants viennent lui réclamer la mallette pleine d’argent que Lia, partie entre-temps, avait avec elle. Ils fouillent, mais ne trouvent rien. Plus tard, son ami cinéaste Sam Hammer la supplie de venir tourner un film X avec l’acteur Jesse Black, un service qu’Angel ne peut lui refuser. Victime d’un piège, elle est maltraitée, torturée et violée, par ceux qui sont passés à son bureau. Cible de plusieurs coups de feu, Angel est laissée pour morte dans un coffre de voiture.

En mauvaise posture mais pas morte, la jeune femme appelle Malloy à l’aide. Le premier conseil qu’il lui donne est de se cacher. Elle est recherchée par la police pour le meurtre de Sam Hammer : c’est l’arme d’Angel qui a servi à le tuer. Si elle reçoit quelques soins chez une dominatrice SM, ses hématomes sont visibles et encore douloureux. Angel et Malloy font un détour par Vegas, afin de contacter Zandora, une amie de la visiteuse Lia. La strip-teaseuse a été tuée par les deux brutes qu’Angel connaît déjà. Retour à Los Angeles pour le couple. Angel s’installe discrètement dans l’appartement de Malloy. Pour Angel, il faut de changer d’aspect, avoir l’air d’un homme, quitte à ressembler à un homo. Malloy la fait passer pour un jeune neveu qu’il protège, tabassé par des voyous (afin d’expliquer les traces sur son visage).

Traduit du roumain, le message de Lia destiné à Zandora évoque un réseau de prostitution utilisant des filles venues des pays de l’Est. Fort possible, car certains films auquels participa Lia, ressemblent à des catalogues de jeunes prostituées. La cassette de vidéosurveillance des bureaux d’Angel a été subtilisée, certainement par ceux du réseau en question. L’énigme de mallette pleine d’argent est bientôt résolue, une autre visiteuse s’en étant emparée ce matin-là. Angel et Malloy espéraient trouver Lia à un point de rendez-vous, mais ce sont les tortionnaires d’Angel qui sont là…

 

Une précision s'impose : si vous avez lu L’Ange du porno (coll.Outside, Éd.du Rocher, 2011), il s'agit du même roman, dans une nouvelle traduction. On eût aimé que ce fut indiqué. L'essentiel reste qu'une nouvelle chance soit offerte à ce très bon livre. Dans la puritaine Amérique, la place de l’industrie du film X est complexe. Moralement réprouvée, commercialement acceptable, elle s’est organisée un milieu à part, celui du divertissement sexuel. Angel Dare y baigne depuis de longues années. Il faut avouer qu’elle était précoce. Elle se retrouve au cœur d’une sinistre affaire, battue, accusée, poursuivie.

C’est du roman noir nerveux, au tempo vif, aux scènes-choc. La crudité du langage et le franc-parler d’Angel ne doit pas donner le sentiment que le sourire prime sur la sombre intrigue. Même si elle assume une certaine dérision, placée dans l’illégalité, la jeune femme est contrainte de surmonter de nombreuses épreuves. Péripéties rythmées, ambiances marginales, tonalité décalée de la narratrice, voilà une histoire réjouissante.