Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

M.C.Beaton : Agatha Raisin – Remède de cheval (Albin Michel, 2016)

Londonienne pur jus, Agatha Raisin n'avait que de cinquante-trois ans, quand elle vendit son entreprise de communication et s'installa à la campagne, dans les Cotswolds. Elle a eu un peu de mal à s'intégrer dans ce village de Carsely, où elle avait acheté un cottage. Mais en résolvant une affaire criminelle plus vite que son seul ami, le jeune agent de police Bill Wong, elle a gagné la sympathie. Fréquenter l'épouse du pasteur et les dames de son association caritative, c'est bien. Mais Agatha Raisin cherche surtout à séduire son voisin quinquagénaire, le colonel en retraite James Lacey. Sans être indifférent, celui-ci pourrait lui préférer Freda Huntingdon, nouvelle venue à Carsely, bien plus jeune qu'Agatha.

Agatha pense se relancer professionnellement à Londres, en s'associant avec son ancien collègue Jack Pomfret. Son épouse et lui ont vécu entre-temps en Espagne, mais le bar qu'ils y avait créé s'avéra une expérience décevante. Agatha s'aperçoit que Jack Pomfret n'est pas des plus fiables, et s'en retourne au village. Elle possède maintenant deux chats, Hodge et Boswell. Un bon prétexte pour tenter de charmer le beau vétérinaire exerçant ici depuis peu, Paul Bladen. Il serait divorcé, encore qu'Agatha n'en soit pas trop sûre. Après un premier rendez-vous raté, Bladen l'invite à dîner dans un restaurant grec médiocre. Il a sans doute besoin de financement pour mener à bien son projet de clinique vétérinaire.

Alors qu'il soigne un cheval dans les écuries de Lord Pendlebury, Paul Bladen est victime d'une seringue destinée à l'animal. Selon les premières constatations du policier Bill Wong, malgré une bosse sur le crâne du vétérinaire, il doit s'agir d'un accident. Agatha convainc son voisin James Lacey, qui s'ennuie quelque peu, d'interroger ensemble Lord Pendlebury. Celui-ci est un vieux gâteux pas aimable, estime Agatha. Néanmoins, les faits confirment la thèse accidentelle. Assistant aux obsèques du vétérinaire, Agatha note la présence de beaucoup de femmes du village. Pour elle, nul doute qu'il ait été un "coureur de jupons". Avec James Lacey, elle poursuit son enquête à Mircester, la petite ville des environs.

Agatha commence par saccager les toilettes d'un pub, avant de rencontrer des témoins. Ni l'associé du vétérinaire, ni l'ex-épouse de Paul Bladen, n'apparaissent troublés par le décès de celui-ci. Ça ne semble pas être une question d'héritage, le défunt n'ayant guère d'argent. James Lacey n'est pas loin d'admettre que leur enquête parallèle est inutile. Toutefois, le décès de la bibliothécaire Mrs Josephs va relancer les soupçons. Certes, elle était diabétique, mais Bill Wong remarque des indices suspects. Le corps a été traîné dans la maison, et bientôt l'autopsie va révéler une sorte d'empoisonnement. Le témoignage de Cheryl Mabbs, ex-employée de Paul Bladen, indique qu'il fricotait avec Freda Huntingdon, et qu'il courtisait d'autres clientes…

 

Après “La quiche fatale”, voici la deuxième aventure de Mrs Agatha Raisin, une série de romans à succès en Grande-Bretagne. On est ici dans la meilleure tradition des comédies policières à l'Anglaise, héritée d'Agatha Christie. Qui offre son prénom à la dynamique héroïne quinquagénaire s'improvisant détective amateur. Afin d'éviter de se morfondre dans son village, charmant car typiquement british mais plutôt endormi, elle imagine des mystères et des crimes. Ceux-ci ont effectivement eu lieu, quoi qu'en pense d'abord Bill Wong. Agatha va d'ailleurs faire la connaissance des parents du jeune constable, qui sont d'un abord assez peu engageant.

Émule de Miss Marple dans une version rajeunie, Agatha ne craint pas d'aller déranger des personnes qui, souvent, n'ont que faire d'investigations supposées farfelues. Pourtant, elle n'a pas tort de persévérer, de vouloir percer le mystère, de traquer la vérité. Tout cela nous est raconté avec beaucoup de drôlerie, bien sûr. Sa maladresse dans ses relations avec les hommes qu'elle vise y contribue largement. Un bouton sur le nez peut également engendrer des conséquences catastrophiques, et carrément humoristiques. Succession de péripéties agitées, narration très vivante et fluide, on passe un excellent moment en lisant les enquêtes de Mrs Agatha Raisin.