Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Marc Villard : La fille des Abattoirs (Rivages/Noir, 2016)

Recueil de dix nouvelles.

-“American gravity” : L'Amérique des années 1950, sur la côte Ouest. Âgée de vingt ans, Alexandra est une de ces jolies filles qui pullulent dans l'artistique marginal. Cette junkie participe à un show de strip-tease, fatigant et sans prestige mais lucratif. Ce n'est pas Warren, motard aventureux vivant à ses dépens, perdant le fric d'Alexandra au poker, qui la sortira de cette spirale miteuse. Terry, vaguement comédien, moins salaud que Warren, lui permettra de se poser quelque peu à Santa Monica. C'est plus près de Hollywood, l'inaccessible rêve. Des séries de photos dénudées, des prestations dans des films pornos ringards, montrer son cul et tout le reste, voilà ce que l'on attend d'une fille comme elle. Limiter les embrouilles et leurs conséquences, ce serait déjà pas mal pour Alex.

-“Tessa” : Trois jeunes hommes débarquent à Villeneuve-lès-Avignon. Outre Fly le Nîmois, qui se prénomme en réalité Olivier, il y a Julien le Parisien et Bertie l’Alsacien. Ils ont été engagés par Richard Prunier, le second de M.Keller, pour le braquage de la BNP locale. Le vigile étant leur complice, tout doit bien se passer, avec effet de surprise garanti pour le personnel et la clientèle. Le trio prend le fric, mais il y a un couac côté vigile. Celui-ci tire sur Fly, lui logeant une balle dans la clavicule. D’instinct, Fly réplique et abat le vigile. Puis les trois braqueurs quittent en urgence la banque, chacun pour soi.

Sanguinolent, Fly titube dans les rues chaudes de Villeneuve, se cachant dans un parking pour masquer sa blessure. Quand il repère une maison avec son jardinet, il commence par se terrer dans la cabane à outil. Puis il pénètre dans la maison, trouvant une bonne planque dans une pièce de débarras. La jeune femme chez qui Fly s’est introduit à son insu se nomme Tessa Livi. Elle est photographe. Souvent absente, ce qui laisse le champ libre au blessé pour se soigner, se reposer, se nourrir, écouter de la musique et les infos. Les trois complices du hold-up sont activement recherché par la police. Depuis sa cachette, Fly observe clandestinement la jeune femme, qui cache quelques secrets.

-“La route de Modesto” : Au volant de sa Mustang rouge, Carla erre de motel en motel, du côté de Modesto, en Californie. Avec le bébé Kevin, dont elle s'occupe aussi bien que possible. Sans le sou, Carla file sans payer les chambres de motels, squatte quelques heures une propriété vide. Elle et Kevin finissent par échouer dans une bourgade en fête, Torsada. Un certain Dave Parker est sur sa piste. Une mission pas bien compliquée. Pas tellement excitante, non plus.

-“La fille des Abattoirs” : Serge Dahan est un Toulousain âgé de soixante-deux ans. Retraité des assurances, il peint en amateur. Son épouse Sylvia est décédée. Leur fille Marie, trente-sept ans, est policière municipale. Divorcée, elle est la mère de Marius, dix-sept ans, qui a l'habitude de faucher un peu de fric à son grand-père pour le perdre au poker. Serge vit dans le quartier Reynerie, un ensemble de hauts immeubles peu accueillants, où il a ses habitudes. Il s'entend bien avec sa voisine quadragénaire, la gouailleuse prostituée Nadine. Il n'en profite pas sexuellement.

Un soir, Emma Silvano, la docteur du quartier, est assassinée par un trio de voyous qui cherchaient de la drogue. Serge a toujours apprécié cette femme-médecin compréhensive, en particulier dans le cas de Sylvia. Ayant assisté à la scène, il sait que c'est Dany et sa bande qui l'ont tuée. Mais ici, il est prudent de n'avoir rien vu, de se taire. Ce que fait Serge quand la police l'interroge, prétextant qu'il était en train de peindre. Même pour Nadine, il garde la même version. Sans doute lui faudra-t-il trouver un remède contre l'impunité de Dany, le moment venu. Mais une quatre question le taraude.

Sylvia avait l'habitude de se rendre au Musée des Abattoirs. Elle restait comme fascinée devant une toile de Roland Topor, “La jeune fille en pleurs”, datant de 1982. Un gardien confirme qu'elle venait une fois par semaine, ce qui est un peu trop souvent. Le visage de la fille du tableau rappelle quelqu'un à Serge : la jeune sœur de son épouse, Lily, décédée à cause d'un accident de voiture, bien avant leur mariage. Topor n'a pu la connaître mais elle lui ressemble. Serge et Sylvia n'ont jamais fréquenté son beau-père Antoine Marino.

-“El Diez” : Dès juillet 1984, un jeune Argentin va révolutionner la ville de Naples. Un magicien du ballon rond s'impose dans le football italien, offrant une meilleure image à cette ville peuplée de pauvres. Diego Maradona est une icône, un Dieu vivant pour les Napolitains. Sept années durant, il les fait rêver grâce à son jeu tout en fluidité et en précision. Indirectement, Maradona a influencé la vie de Claudio Manetti, employé dans une usine de saucisses, et de sa fille adolescente Laura. Car, malgré tout, Naples reste une ville de trafics, sous l'influence de la Mafia…

Il s'agit d'un recueil de dix nouvelles, écrites par cet expert en textes courts qu'est Marc Villard. Qu'il situe ces histoires dans l'Amérique d'hier ou d'aujourd'hui, en France ou en Europe, c'est toujours avec vivacité et inventivité qu'il nous entraîne dans ces récits. On constate le soin qu'il apporte à chaque nouvelle, qu'elle s'appuie sur le mythe américain ou sur les réalités françaises actuelles. La brièveté relative de ces textes n'empêche pas l'auteur de parfaitement dessiner des personnages crédibles, souvent touchants. Les épisodes dans la vie des protagonistes forment de vraies histoires, des moments forts. Dans “La fille des Abattoirs”, donnant son titre au recueil, le contexte est géographiquement situé dans la région toulousaine, sans masquer que certains quartiers y sont “sensibles”. Marc Villard reste le maître incontesté de la nouvelle, nous prodiguant un grand plaisir de lecture.