Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Richard Lange : Angel baby (Éd.10-18, 2016)

La brune Luz est native de Tijuana, au Mexique. À l’âge de treize ans, elle est partie aux États-Unis, pour n’en revenir que six ans plus tard. Elle fut d’abord la maîtresse de Cesar Reyes, le caïd El Samurai, avant de devenir la compagne de Rolando, El Principe. L’un des mafieux parmi les plus redoutés de cette partie du pays. Luz a une fille, Isabel, quatre ans, qu’elle a laissée à l’abri chez sa tante Carmen, à Compton, près de Los Angeles. Il est temps pour la jeune femme de fuir la propriété de Rolando. Munie d’un Colt 45, elle abat sans états d’âme les deux employés qui la gardaient. Elle passe par le "barrio" où vit sa mère Theresa, une prostituée. Luz n’attend d’elle qu’une chose : qu’elle lui indique un contact lui permettant de quitter au plus vite Tijuana. Avant que Rolando réagisse.

Kevin Malone vit désormais sur la côte californienne, à Imperial Beach. Il fut un temps où il menait une vie normale, avec sa compagne Val et leur enfant Annie. Voilà déjà quelques années qu’il s’est marginalisé. Aujourd’hui, alcoolique et joueur, Malone participe au trafic de clandestins organisé à Tijuana par Freddy. C’est la vingt-deuxième fois qu’il cache des illégaux dans son véhicule. Deux mille cinq cents dollars par passage. Dès son retour chez lui cette fois, il est appelé d’urgence par Freddy. Une affaire spéciale : la jeune femme qui veut franchir la frontière ne manque pas de fric. Et puis, il n’y aura aucun problème car un des contrôleurs est complice avec Freddy. Ça n’enchante pas Malone, d’autant que Luz ne lui accorde que peu de confiance. Néanmoins, après une nuit dans un hôtel minable de Tecate, le couple passe la frontière. Peu après, les problèmes commencent.

Jerónimo Cruz, dit El Apache, est en prison à La Mesa. Né à El Paso, il débuta tôt dans la criminalité. Au Mexique, il entra bien vite dans le gang d’El Principe. Il éprouva la nécessité de changer de vie quand il tomba amoureux d’Irma. Elle lui a donné deux enfants, encore en bas âge. Jerónimo tenta une rupture en douceur avec Rolando et sa bande. Il serait chauffeur de taxi, et agirait ponctuellement pour le caïd. Ici, en prison, il est sous la protection de Rolando, qui aide aussi financièrement sa famille. Quand El Principe le fait extirper de la prison, c’est pour que Jerónimo retrouve rapidement Luz. Irma et ses fils étant otages de Rolando, il est obligé d’accepter la mission. Il ne tarde pas à dénicher une piste qui le mène jusqu’à Freddy. Les arguments de Jerónimo sont suffisants pour que ce dernier le renseigne. D’ailleurs, il y aurait peut-être un peu de fric à glaner pour Freddy.

Le gras quinquagénaire Mike Thacker est policier à la frontière mexicaine, traquant ceux qui essaient de passer le mur. Ayant de gros besoins d’argent, il rackette parfois certains clandestins. Par un de ses collègues, il est informé de l’opération destinée à faire passer Luz aux États-Unis. Flairant le coup juteux, Thacker se poste juste après la frontière, afin d’intercepter la BMW de Malone et Luz. Mais Jerónimo n’est pas loin, et le couple parvient à fuir. Malone et Luz mettront du temps à rallier Compton, à travers le désert. Thacker et Jerónimo peuvent s’entendre, l’un pour le fric, l’autre pour la fille. Rejoindre la région de Los Angeles et guetter l’arrivée de Luz, ça paraît une solution facile…

(Extrait) “Luz remet le Colt 45 dans le sac, mais reste là où elle est, dos collé au grillage. Un homme blanc descend de la voiture, le genre clochard des plages, grand et mince, sans doute un peu plus vieux qu’il n’en a l’air, dans les trente ou trente-cinq ans. Il porte un tee-shirt publicitaire pour un magasin d’articles de surf, un short écossais et des Converse noires. Impossible que ce soit le mec dont Freddy lui a parlé toute la journée, son meilleur chauffeur. Ce pendejo n’est même pas foutu d’écarter ses cheveux de ses yeux, il est obligé de se recoiffer chaque fois qu’il tourne la tête.”

 

Une course-poursuite entre le Mexique et la Californie, un marginal et sa belle passagère pourchassés par un truand et un flic véreux, il s’agit d’un thème classique du roman noir, traité maintes fois. Pourtant, cette intrigue sort nettement du lot, plus convaincante car plus nuancée que beaucoup d’autres. En toile de fond, le narcotrafic : Rolando El Principe est un caïd qui n’admet aucune trahison, dont la cruauté est flagrante, ne protégeant que ceux qui peuvent servir ses intérêts, tel Jerónimo. Sans caricature, ce mafieux exprime à lui seul la violence qui gangrène le Mexique. Une fois impliqué dans les cartels de la drogue, quasi-impossible d’en sortir. C’est néanmoins le souhait de Jerónimo : il ne craint pas de tuer, y compris en prison, tout en cherchant une porte de sortie.

Le parcours de Malone, l’Américain, a été chaotique. Là encore, grâce à un fin portrait, on s’apercevra qu’il n’est pas juste un de ces losers végétant sur les plages de Californie, se biturant à Tijuana en y claquant son fric. Quant à Luz, fille de prostituée, elle a cherché la vie facile auprès de narco-trafiquants. Il reste un espoir pour elle de quitter le cercle désastreux qu’elle fréquente. Le flic Mike Thacker, roi des corrompus abusant de son uniforme, c’est un pourri trop médiocre pour qu’on le déteste. Parmi les personnages annexes, on note le même soin du détail dans la présentation. La fuite de Luz, c’est le fil conducteur de l’affaire, bien sûr. Toutefois, ce sont les protagonistes et l’ambiance de l’histoire qui retiennent toute l’attention du lecteur. Si “Angel baby” a été récompensé par le prix Dashiell Hammett en 2013, cela ne doit rien au hasard. Excellent polar noir.