Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Anne Perry : Un Noël à New York (Éd.10-18, 2016) – Inédit –

Âgée de vingt-trois ans, Jemina Pitt est la fille de Thomas Pitt – policier britannique qui dirige les services secrets de la Spécial Branch – et de son épouse Charlotte. En ce mois de décembre 1904, elle accompagne à New York son amie Delphinia Cardew. Celle-ci va s’y marier avec Brent Albright, issu d’une des plus riches familles américaines. Le père de Delphinia, homme d’affaires fortuné, est l’associé des Albright. Jemina est consciente de ne pas appartenir à ces milieux aisés, de faire figure de dame de compagnie. Malgré tout, elle est fort bien accueillie par Harley Albright, frère aîné du fiancé, et par la "tante Celia", sœur du chef de famille. Au premier dîner chez leurs hôtes, Jemina note une certaine gêne quand est évoquée Maria Cardew, la mère de Delphinia, qui l’abandonna en bas âge.

Harley Albright emmène Jemina à la découverte de quartiers typiques new-yorkais. Mais un problème préoccupe le frère de Brent. Il pense que Maria Cardew se trouve à New York en ce moment, qu’elle peut représenter un danger pour le mariage à venir. Alors que la tante Celia semblait tolérante envers Maria, Harley la décrit comme une personne instable. Si elle voulait renouer avec sa fille Delphina, ça entraînerait probablement un vrai scandale. Ce que les Albright souhaitent éviter, eût égard à leur statut social. Jemina est prête à épauler Harley, tout en s’interrogeant autant sur la tante Celia que sur Maria. C’est dans Central Park enneigé qu’ils trouvent bientôt la piste de la mère de Delphinia. Harley ne tarde pas à dénicher l’adresse de l’immeuble où loge Maria Cardew.

Mais voilà que Jemina est étroitement mêlée à un meurtre : elle découvre la victime, qui a été poignardée peu avant. Le jeune agent de police Patrick Flannery sera le premier à intervenir sur les lieux du crime. Jemina est rapidement en position d’accusée : arrêtée, elle est incarcérée, avant que Flannery n’écoute sa version des faits. Jemina ne se sent guère soutenue par la famille Albright. Toujours cette hantise d’un scandale risquant de nuire à leurs intérêts, et au mariage de Brent avec Delphinia. Et puis Jemina n’est pas de leur rang social. Néanmoins, la tante Celia vient payer la caution de la jeune femme, qui reste suspecte aux yeux des Albright. Pour se dédouaner, Jemina enquête. C’est un ancien cordonnier quasi-aveugle qui lui donnera finalement les clés de cette affaire…

(Extrait) “Celia eut un petit geste de résignation.

J’en suis sûre. Maria ne lui manquera pas, puisqu’elle ne l’a jamais vraiment connue. C’est du reste regrettable, car c’était une femme magnifique… Oh, je ne parle pas de son physique, bien qu’elle ait été ravissante, mais de son courage, de sa bienveillance, de son rire… Quoi que vous entendiez raconter à son sujet, Miss Pitt, ne la jugez pas mal. Les émotions peuvent…

Elle chercha ses mots.

Disons qu’elles peuvent être parfois mauvais guide. Ce qu’on suppose n’est pas toujours la vérité.”

 

La réputation d’Anne Perry n’est plus à faire, ses polars historiques (les séries Charlotte et Thomas Pitt, William Monk, et autres titres) sont appréciés du public. C’est légitime, car il s’agit d’une "romancière populaire" au meilleur sens du terme. Elle est aussi l’auteure de fictions plus courtes, sortes de contes sur le thème de Noël. “Un Noël à New York” est le onzième roman de cette série-là. Jemina Pitt, qui en est l’héroïne, a hérité de l’esprit clair et indépendant de son policier de père, et n’est pas moins vaillante que sa mère face aux épreuves. Même si l’Angleterre et les États-Unis sont de culture proche, elle se trouve en territoire étranger. L’aide du jeune policier Patrick Flannery ne lui sera pas inutile.

On se gardera bien de dévoiler ici les secrets entourant la rupture entre Maria et les riches familles Albright et Cardew, vingt ans plus tôt. Toutefois, Anne Perry n’oublie jamais la sociologie dans ses livres. La société de la fin 19e et début 20e siècle conserve des valeurs victoriennes, y compris en Amérique. On sait faire sentir à Jemina qu’elle n’est qu’au bas de l’échelle, en comparaison du prestigieux mariage qui s’annonce, par exemple. Quant à la mère de la fiancée, est-elle moins honorable que les familles qu’elle a fuies jadis ? Une intrigue de bon aloi, un nouveau conte de Noël inédit très agréable à lire.