Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Renaud Marhic : Le péril Groumf – Les Lutins Urbains, tome 4 (Éd.P’tit Louis, 2017)

Gustave Flicman est un jeune policier de la Grosse Cité, une métropole géante. Depuis ses récents exploits, il a été engagé dans le service de sécurité du Président. Ça le change du commissariat. Surtout, ça devrait logiquement l’éloigner des Lutins Urbains de l’Université d’Onirie. Le Professeur B., Loligoth et toute leur clique l’ont trop souvent entraîné dans des aventures non désirées. À cause de leurs pouvoirs, Gustave ne maîtrisait plus rien. Déjà qu’en famille, avec sa flopée de sœurs, il n’a guère de tranquillité. Agent de la sécurité présidentielle, ça sera certainement plus cool. Même si, ce jour-là, c’est le chef d’État du Pépettochistan qui est reçu au Palais. Avec son fiston, un caractériel infernal. Mais bon, il s’agit d’un pays-ami, vu qu’ils possèdent de grosses ressources en pétrole.

Évidemment, la cérémonie a été perturbée ! Un géant gris seulement vêtu d’une culotte de peau, armé d’un gourdin, a dérobé le jouet fétiche (un serpent en peluche) du prince-héritier, le fils du dictateur du Pépettochistan. Le voleur a des airs de Yéti, d’Abominable Homme des Neiges. Il disparaît bien vite. Aïe, c’est le genre d’incident qui n’est pas sans conséquence, peut-être une 3e guerre mondiale. Le chef de la Brigade de Répression de l’Onirisme, le "Supérieur Inconnu" de Gustave, exige que soit résolu le problème. Facile à dire. Voilà le Professeur B. et ses Lutins qui s’invitent à leur tour, Gustave aurait dû s’en douter. Qui le policier retrouve-t-il à l’Université d’Onirie ? Le fameux Yéti, qu’on appelle Groumf. Il s’exprime comme les humains, mais il est doté de pouvoirs étonnants.

Pour récupérer le serpent en peluche, Gustave est bien obligé de suivre Groumf et son petit ami, Le Troll. Il doit même leur servir de chauffeur, au volant de son 4x4. Les ennuis ne tardent pas : le duo cause quelques incidents dans un fast-food. Il vaut mieux prendre la poudre d’escampette. Ils se retrouvent dans une station-service au milieu de nulle part. Le vieux Skell et ses quatre fils ont l’air de zombies. Là encore, ça risque de tourner au pugilat. Puis, les voilà aux prises avec un camion-citerne ante-diluvien qui les pourchasse. Le conducteur est sûrement un agent secret au service du président du Pépettochistan. Il y a vraiment danger, pour Gustave, Groumf et Le Troll. Le jeune policier espère un peu de répit dans l’hôtel tranquille où ils font une pause. Sauf que c’est un hôtel hanté.

Gustave a le sentiment que le duo de joyeux compères si facétieux est en train de faire de sa vie une épouvantable hallucination perpétuelle. Son "Supérieur Inconnu" ainsi que le Professeur B. seraient bien avisés de venir lui donner un coup de main. D’autant que les voici maintenant menacés par un hélicoptère de combat. À force de semer la pagaille, Groumf s’est attiré un tas d’ennemis. Peut-être faudra-t-il que Don Quichotte et Sancho Panza interviennent dans la bataille ?…

(Extrait) “Gustave se retourna. Le Groumf serrait dans sa patte une énorme valise de cuir d’où dépassaient une manche de chemise et une jambe de caleçon à pois. Sur son dos, on apercevait un large sac supportant une paire de skis, une gourde, des godillots, un club de golf, cinq ou six casseroles et une pompe à vélo. (Pour sa part, Le Troll tenait sur une épaule un bâton au bout duquel pendait un balluchon ainsi qu’un superbe filet à papillons).

Gustave n’eut pas le temps de se frotter les yeux. Déjà, le Professeur B. l’attirait à lui.

Ah, mon jeune ami… Je crois que nos deux compères sont sur le départ. Il me semblait justement qu’ils préparaient un grand voyage.

Hein ? Sursauta Gustave. Et dans ce cas-là, je fais quoi ?

Mais… précisément ce que vous êtes en train de faire : leur emboîter le pas.”

 

Cette série de romans endiablés s’adressent aux jeunes lecteurs. Les trois premiers tomes (“L'attaque du Pizz'Raptor”, “Le dossier Bug le gnome”, “Les lutins noirs”) ne manquaient ni de fantaisie, ni de péripéties agitées. Il en est de même avec “Le péril Groumf”, aussi entraînant et amusant que les précédents. L’ambiance peut rappeler les westerns ou les road-movies, avec des rencontres toutes plus surprenantes les unes que les autres. Clins d’œil au camion-fou du film "Duel" de Spielberg, aux héros de Cervantès, ainsi qu’à cet "Hotel California" du groupe Eagles peuplé de fantômes captifs. Le brave Gustave Flicman est toujours autant dépassé par les événements. Mais on l’excuse, ce n’est franchement pas de sa faute. Et surtout, ses mésaventures sont très drôles. Le "Petit Reporter de l'Imaginaire" raconte tout cela avec beaucoup d’humour. Des romans vivement conseillés aux enfants (et, pourquoi pas, aux plus grands).