Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Pascal Martin : La Reine Noire (Éd.Jigal, 2017)

Chanterelle est une petite ville de Lorraine, dans les environs de Bar-le-Duc, préfecture de la Meuse. La raffinerie de sucre, que l’on surnommait la Reine Noire, constitua longtemps la principale activité industrielle locale. L’usine était dirigée par l’austère M.Durand, qui prenait à cœur sa fonction, employant quantité d’habitants de Chanterelle. Quand M.Spätz hérita de la raffinerie, il en ferma très bientôt les locaux, délocalisant la production en Indonésie. Ce qui n’avait pas empêché pas M.Spätz de devenir maire, poste qu’il occupe toujours. Débarqué, M.Durand ne survécut pas au transfert de l’usine. Ces dernières années, Chanterelle ressemble à une ville-fantôme. Il n’y a guère qu’au Bar du Centre que l’on croise des natifs d’ici. Ils y sont servis par la jeune Marjolaine, une enfant du pays.

En ce mois de juin 2017, deux hommes originaires de la commune sont de retour. L’un se présente, pipe à la bouche, comme psychiatre. D’allure distinguée, ne buvant rien qui soit alcoolisé, il est vite reconnu par les habitants restés vivre à Chanterelle. Il s’agit de Michel Durant, le fils de l’ancien directeur de la raffinerie. Il va loger à l’auberge de Joe, vieux bonhomme qui détestait M.Durant et vécut d’autres revenus. C’est la mère Lacroix, bonne du curé tant qu’il y en eût un, qui assure le ménage à l’auberge, avec sa fille handicapée mentale. Ni la mère Lacroix, ni les autres ne semblent hostiles envers Michel Durant. Sans doute parce qu’ils ignorent le véritable métier de celui-ci. Il est policier pour Interpol. Son retour à Chanterelle concerne une enquête, mais avec quelques aspects personnels.

L’autre revenant fait autant penser à un fantôme qu’à un vampire. Tout vêtu de noir, il s’est installé dans la maison la plus singulière de la commune. Certains l’appellent Mata, un nom dont il a hérité en Indonésie. Mais il se nomme Thomas Wotjek, qu’autrefois tout le monde surnomma Toto. La réputation de sa famille, Polonaise d’origine, était exécrable. Le père de Wotjek était un alcoolique, qui connut une mort très particulière à l’usine. Sa mère ne valait pas grand-chose, si l’on en croit les rumeurs. Si Wotjek respecte les chats et admire les pylônes, chacun sent qu’il reste un homme dangereux. Cela n’a pas échappé à Marjolaine, pas fâchée de rencontrer un personnage aussi insolite. Le vécu de la jeune fille n’a pas toujours été facile à ce jour, peut-être peut-il lui procurer un certain bonheur.

Bien que le maire, M.Spätz, ait décidé de faire raser les ruines de l’ancienne usine, est-ce vraiment pour en bâtir une nouvelle ? Des poules ont été égorgée à Chanterelle, puis c’est le cimetière qui est profané. Ce sont là des signes inquiétants pour les habitués, au Bar du Centre. Voilà déjà quelques temps que la folie a touché plusieurs personnes ici, et pas seulement la fille de la mère Lacroix. En adversaires affichés, Michel Durant et Thomas Wotjek se jaugent, l’un sachant pertinemment ce que fait l’autre et inversement. Quand un double meurtre est commis, ça paraît être un suicide…

(Extrait) “Le soleil s’éteignait doucement à l’horizon, découpant dans la campagne des ombres grises. Mata sortit de la maison du fada. Il était entièrement nu et, curieusement, alors que la peau de son visage était pâle, le reste de son corps était hâlé. Il portait toujours ses petites lunettes opaques sur le nez. Il se dirigea vers le pont […]

Mata porta les mains à son visage et, lentement, prenant soin de ne pas blesser l’arête de son nez, il ôta ses lunettes. Ses yeux étaient d’un bleu opalescent, presque translucides, au milieu d’une cornée diaphane. Ses pupilles semblaient baigner dans une lumière d’aquarium céruléenne. Il plongea son regard dans les eaux limoneuses du canal avec une telle intensité que ses prunelles elle-mêmes prirent la couleur de la tourbe.

Un grand sourire éclaira brusquement son visage. Que voyait-il sous la surface des eaux boueuses ? De grosses larmes, claires et limpides, virent rouler sur ses joues empourprées. À ce moment-là, son visage était d’une beauté lumineuse…”

 

Une bourgade et ses secrets, un thème en apparence classique dans le polar et le roman noir. Pour peu que le contexte économique ait eu de sévères conséquences sur l’emploi, entraînant son lot de rancœurs, le climat se prête à une intrigue criminelle bien sombre. Toutefois, Pascal Martin n’est nullement un néophyte en matière de noir suspense. Deux de ses précédents titres ont été récompensés par le Prix Charles Exbrayat (2005) et le Prix Intramuros (2009). Il est l’auteur d’histoires pleines de singularité, d’une part d’étrangeté, énigmatiques à souhaits. Voilà pourquoi, si Chanterelle est effectivement une petite ville traversant une crise durable, le décor n’est pas le seul élément apportant de l’intensité.

Au centre du sujet, nous avons un duo de héros fort originaux. Tous deux ont de bonnes raisons de revenir dans cette commune. Le policier est sur les pas du tueur ? Certes, mais le lien entre eux est fatalement plus complexe. Beaucoup de nuances également dans les descriptions du vieux Joe, de la mère Lacroix, de la jeune Marjolaine, de Milos Spätz, et de l’ensemble des protagonistes. On ne cherche pas à nous imposer une ambiance stressante à l’excès : les faits parlent d’eux-mêmes, dévoilant des drames masqués, des projets de vengeance. À travers des chapitres courts et une narration claire, Pascal Martin fait preuve d’une très belle subtilité, entretenant le mystère et la noirceur. Un vrai polar de qualité.