Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

A.Malherbe / V.Perriot : Belleville story-1.Avant minuit (Dargaud, 2010)

BELLEVILLE STORYFreddy est un petit caïd parisien, sillonnant les rues de Belleville en rackettant quelques habitants. N’hésitant pas à jouer au dur avec les faibles, ce jeune voyou est au service du colérique Jadzek. Cette nuit-là, tous deux livrent un camion volé à une bande locale, des violents. Au lieu des cinquante télés dernier cri prévues, le véhicule cache un groupe de clandestins asiatiques. Chargement qui n’est pas du goût de la bande d’excités. Jadzek et Freddy savent à qui s’adresser pour se débarrasser des sans-papiers. M.Wang est le puissant patron d’une mafia du quartier, hermétique à toute pitié. Acceptant de prendre en charge les clandestins, Wang demande à Jadzek de lui prêter Freddy pour une mission. Un Chinois vient de débarquer à Paris, en provenance directe de son pays. Il s’agira pour Freddy de retrouver ce M.Zhu, afin de lui donner une arme.

Freddy repère aisément M.Zhu. C’est un piège : les sbires de M.Wang sont aussi présents, cherchant à abattre le Chinois. Rattrapé par les mafieux asiatiques, Freddy est torturé avant d’accepter de buter M.Zhu contre une forte somme. Peut-être que s’il réussit un gros coup pour Wang, le jeune caïd gagnera assez pour que son amie Larna cesse de se prostituer. Éviter qu’elle s’enlise comme sa copine Sacha. Freddy reprend contact avec M.Zhu. Peu après qu’il se soient retrouvés dans un bistrot, une descente de police les oblige à fuir. Freddy finit par convaincre le Chinois qu’il peut l’aider. Car celui-ci n’est pas à Paris pour une courte visite touristique. Il cherche la trace d’Hibiscus, jeune Chinoise de quinze ans. M.Zhu pense qu’une prostituée peut leur apporter des informations…

Sentiments mitigés à la lecture de cette BD. Le scénario semble vouloir refléter une réalité actuelle de la criminalité parisienne. Caïds pas si courageux, bandes de délinquants nerveux pratiquant le trafic d’objets volés, organisation mafieuse chinoise, tels sont les protagonistes habituels des histoires de truands. Quant à la romance entre Freddy et Larna, rien d’innovant. On trouverait à peu près les mêmes éléments dans un vieux polar des années 1950. Néanmoins, l’histoire est correctement construite, plus proche d’un téléfilm que de Martin Scorcese. Côté graphisme, le meilleur côtoie ici le moins bon. Le décor citadin nocturne est assez bien rendu, la vitesse de certaines scènes convainc à peu près. Toutefois, on déplore que bon nombre de passages soient dessinés avec un minimalisme regrettable. Sous prétexte d’intimisme, le fond de décor s’efface. Idem pour certaines scènes de nuit en extérieur. On peut imaginer que ce soit volontaire, mais ça méritait d’être un peu mieux fignolé. Surprise finale : vous êtes priés d’attendre le tome 2 pour connaître la suite de cet album.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :