Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Aurélien Molas : Les fantômes du Delta (Albin Michel, 2012)

12-MOLAS-2Au Nigeria, début des années 2000, le Delta du fleuve Niger est l’endroit le moins accueillant du monde. C’est un vaste champ pétrolifère surexploité, dévasté par les marées noires causées par des plateformes et des pipelines mal entretenus. La manne financière du pétrole ne profite pas aux populations installées là. Elles ne peuvent ni pêcher, ni cultiver dans ces terres polluées. Mouvement de résistance local, le MEND est dirigé par Yaru Aduasanbi et Henry Okah. Le premier s’appuie sur les efficaces guérilleros du second. Bien qu’il s’agisse à l’origine de s’opposer à l’état nigérian qui les traque, le MEND a aussi des objectifs moins avouables. Ils vont bientôt kidnapper une petite fille, Naïs. L’enfant en bas âge fut confiée à l’orphelinat du père David. Ce missionnaire marxiste est un homme qui dérange. Les autorités trouvèrent un prétexte pour faire fermer l’établissement. Pourtant, les années suivantes, il poursuivra ses activités sous d’autres formes.

Benjamin Dufrais et Jacques Rougée appartiennent à Médecins Sans Frontières. Parmi leurs missions, ils interviennent dans l’ex-orphelinat du père David. Sous le contrôle de l’état, on y garde aujourd’hui des enfants fragiles. C’est ainsi qu’ils découvrent le cas de Naïs, mieux suivie médicalement que les autres. Différence génétique, ou mythe de l’enfant-sorcier, en font une sorte d’objet rare. C’est sans doute pour sa grande valeur qu’elle est enlevée, avec les deux médecins de MSF, par le commando d’Henry Okah. Ils sont retenus comme otages au QG du MEND, avant d’effectuer un échange contre une forte somme. En réalité, les médecins doivent être supprimés. L’opération est un échec, quand les forces armées nigérianes affrontent les hommes de Okah. Le duo de MSF est libéré, sauvant en même temps Forman Stona, un faux rebelle infiltré chez les guérilleros. Yaru Aduasanbi est en fuite avec la petite Naïs. Henry Okah est finalement arrêté.

Après quelques mois, Dufrais et Rougée sont de retour au Nigeria, dans le secteur de Damasak. Megan, infirmière divorcée de 32 ans venant de Chicago, a rejoint la mission MSF. Ayant perdu prématurément sa fille, elle va se consacrer à la pédiatrie. Parmi des réfugiés admis au dispensaire, Benjamin Dufrais reconnaît la petite Naïs. Yaru Aduasanbi et elle sont désormais recherchés par plusieurs chasseurs. Représentant la police officielle, Forman Stona n’est pas le pire. Ancien du MEND, l’albinos Umaru Atocha s’est mué en mercenaire pour les retrouver. Il ne craint pas de faire des victimes, telle la prostituée Kéziah qui sera soignée au dispensaire. Ayant négocié sa libération, Henry Okah est également sur la piste de Naïs et Yaru Aduasanbi. Le nouveau poste de Megan la conduit à l’hôpital de Baganako, du côté du lac Tchad. Chacun des poursuivants espère être le premier à repérer Aduasanbi et l’étrange petite fille…

Ce pourrait être un roman d’action, un thriller d’aventure. Il apparaît rapidement qu’Aurélien Molas a souhaité construire une histoire plus ambitieuse. Un portrait de cette région africaine, avec ses terribles contradictions. Les personnages sont tous nuancés, exprimant à la fois force et faiblesse. Quant aux ambiances, elles sont restituées avec une belle densité. On se passionne bientôt pour ce récit, dont les péripéties et les points de vue sont multiples. Avec ce deuxième roman, très convaincant, l’auteur confirme ses évidentes qualités.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :