Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CLN

 

13-BAUER

En Angleterre, dans le parc national d'Exmoor, autour du village de Shipcott, on a déjà vécu des affaires meurtrières. L'agent de police Jonas Holly reste suivi par une psy, depuis que son épouse a été assassinée, l'année précédente. L'inspecteur Reynolds n'est pas pressé de voir Jonas reprendre du service. Avec sa collègue Elisabeth Rice, il vont devoir revenir enquêter dans ce secteur dont Reynolds apprécie modérément les habitants. Âgée de treize ans, Jess Took a disparu en forêt, attendant son père qui pratique la chasse à courre. Il s'agit plus certainement d'un kidnapping que d'une fugue, le ravisseur ayant laissé un message écrit : Vous ne l'aimez pas. Il est vrai que John Took n'est pas des plus sympathiques. Endetté, il se peut qu'il compte quelques ennemis, ce que les deux policiers vont vérifier. Un deuxième rapt se produit peu après sur un parking. Pete Knox, neuf ans, attendait ses parents dans leur voiture. Le même message a été laissé à la place du petit Pete. Après cet autre enlèvement, Reynolds doit prendre l'affaire encore plus au sérieux.

Steven Lamb a dix-sept ans. Il habite avec sa mère, sa grand-mère, et son jeune frère Davey. Ce dernier va fréquemment jouer avec son copain Shane dans des endroits qu'on leur a interdit d'explorer. Steven éprouve une vive suspicion envers Jonas Holly. Il a connu son épouse, qui semblait malheureuse, et pense que l'agent de police l'a assassinée. Par ailleurs, Steven découvre l'amour. Si la jeune Emily attire d'autres élèves de leur classe, des garçons peu malins, elle leur préfère Steven. Elle va l'initier au monde du cheval, sa passion... La psy qui traite le cas de Jonas Holly n'exclut pas des réactions violentes de sa part. Ce qui ne l'empêche pas de signer pour qu'il reprenne son poste. Elle hésite à parler de ses doutes à Reynolds. Ce dernier organise une battue pour retrouver les enfants, qui dure trois jours et mobilise plus de cent personnes, dont les habitants des environs. Jonas Holly y participe, ayant repris ses fonctions. Malgré ces gros moyens, on ne repère aucune trace de Jess Took ou de Pete Knox.

C'est à l'occasion d'un salon du cheval que Charlie Peach, enfant handicapé, est à son tour enlevé. Comme Steven et Emily, Jonas est sur les lieux, mais sans doute est-il déjà trop tard pour retrouver le gamin. L'agent remarque que des vitres de voitures ont été cassées autour du lieu du rapt. Enquêtant, chez les propriétaires des véhicules, il comprend le sens de ces effractions, pas leur finalité. Le quatrième enlèvement est double : Maisie et Kylie sont kidnappées dans leur bus scolaire, le chauffeur s'étant absenté. Reynolds et Elisabeth Rice y voient un acte évidemment prémédité. L'association de parents des jeunes victimes n'est que l'occasion pour John Took de s'afficher. Davey Lamb, frère de Steven, et son copain Shane s'imaginent capables de piéger le ravisseur. Ces deux garnements n'ont-ils pas déjà trouvé des gros billets de banque, avec lesquels ils jouent. Steven voudrait parler à Elisabeth Rice de ses soupçons sur la culpabilité de Jonas, mais reste vague. Tandis que Davey frôle le kidnapping, Jonas Holly et Steven risquent de se mettre en danger...

Pour tout lecteur, il est bon de se laisser guider par la curiosité. Bien qu'elle ait déjà publié deux titres («Sous les bruyères» en 2010, et «L'Appel des ombres» en 2012), on connaît encore mal Belinda Bauer. Eh bien, il est temps de s'intéresser de près à ses romans. Car c'est une excellente surprise qui nous attend. La campagne anglaise, ses villages typiques et ses énigmes héritées d'Agatha Christie ? Non, sans dénigrer la pionnière, les ambiances et les portraits sont ici bien plus fouillés. À l'exemple de Steven et de son jeune frère, qui vivent effectivement des expériences de leur âge. Ou de la psy Kate Gulliver, si incertaine sur l'état mental de son patient, comme on devrait l'être dans ces cas-là.

Quant à la «ruralité» du contexte, elle montre réellement l'Angleterre non-citadine. Mais, au lieu d'un quotidien logiquement sans histoire, on s'y attaque à des enfants. La bonne interrogation est : dans quel but, quel travers psychologique anime le ravisseur, plutôt que de vouloir l'identifier formellement. Ce qui fait planer le mystère, présent sans la moindre lourdeur. Bien qu'il y ait enquête policière, avec Reynolds (et ses implants capillaires) ou Elisabeth Rice (quelque peu maladroite), c'est le fascinant tableau d'ensemble de Shipcott et des environs qui donne le ton de ce suspense subtil. Une très belle réussite.