Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Brian Freeman : Las Vegas baby (Presses de la Cité, 2008)

08-FREEMANJonathan Stride a quitté son poste à Duluth, Minnesota, pour devenir policier à Las Vegas. Il a ainsi rejoint Serena Dial, dont il est tombé amoureux lors d’une précédente enquête ensemble. Son supérieur a attribué à Jonathan une singulière équipière, Amanda, transsexuelle avec qui il s’entend bien. Fils d’un producteur audiovisuel vivant au Canada, M.J.Lane a été abattu sur Flamingo Road. M.J. appréciait le luxe et le sexe. La starlette Karyn n’a jamais jalousé ses autres conquêtes - dont Tierney Dargon, 24 ans, épouse du colérique Moose Dargon, 80 ans, ancienne gloire de Vegas. M.J.Lane s’entendait mal avec son père Walker Lane, piste possible. Bizarrement, le tueur laisse volontairement des indices. Serena enquête sur la mort d’un enfant, tué par un chauffard qui s’est enfui. Un cas similaire s’est produit récemment à Reno, sans lien apparent.

M.J. Lane s’intéressait à la future destruction du Shéhérazade, hôtel et casino fondé par Boni Fisso. Octogénaire, Boni a de nouveaux projets. En 1967, l’enquête sur la mort de la danseuse star du Shéhérazade, Amira Luz, resta mal éclaircie. Le flic Nick Humphrey subit à l’époque des pressions. La grand-mère du gamin tué par un fuyard fut une des girls du spectacle d’Amira. Tierney Dargon est assassinée dans sa propriété sécurisée de Lake Las Vegas. Son vieux mari Moose est étranger à ces meurtres. Le tueur se moquant d’être reconnu, un portrait-robot est établi. Ancien bras droit de Boni Fisso, Léo Rucci ne veut pas entendre parler de cette histoire. Il fut pourtant concerné par la mort d’Amira. Chanteuse country-folk, Claire Belfort est la fille de Boni. Elle ne cache pas son attirance pour Serena, mais exclut d’aider la police à approcher son père qu’elle hait.

Jonathan est invité au Canada par Walker Lane. C’est parce qu’il aimait Amira que Boni et ses sbires l’ont chassé de Vegas, après une violente correction. Claire ayant quand même joué les intermédiaire, Boni reçoit cordialement Serena et Jonathan. Pour lui, la vieille affaire Amira est close depuis longtemps. On finit par obtenir le nom du tueur, Blake Wilde, agent de sécurité. L’’identité réelle de cet ex-mercenaire importe peu. C’est le fils qu’Amira dut abandonner à Reno vers 1967. Il supprime les proches de ceux qui furent mêlés à la mort de sa mère. Sa nouvelle victime est le fils de Léo Rucci, lequel promet de se venger avant la police. Grâce à un indice, la policière Amanda tente, seule, d’arrêter Blake Wilde. Mauvaise idée. Le criminel est bientôt repéré, son immeuble cerné par la police. Il a déjà filé quand ils donnent l’assaut.

Retrouvé par Léo Rucci, le tueur l’élimine à l’issue d’un combat mortel. Ayant kidnappé Claire et Serena, Blake Wilde oblige Boni a les rejoindre au Shéhérazade. Le vieux caïd n’avoue rien sur la mort d’Amira. Alors que Jonathan intervient, le tueur est abattu par un tireur d’élite sur ordre de Boni. Si celui-ci n’a jamais eu d’ennuis depuis 40 ans, c’est que le nommé Mickey (complice dans la mort d’Amira) est l’actuel gouverneur. Ils font pression sur Jonathan et Serena. Utilisant une fausse confession écrite par Léo Rucci, le couple de policiers force Boni et le gouverneur à prendre leur retraite. Blake s’était trompé : l’enfant d’Amira, c’était Claire, qui fut adoptée par Boni…

Quand un crime oublié entraîne une froide vengeance, le policier du Minnesota et sa compagne ontpeu de chances d’arrêter le massacre. Néanmoins, ils approchent finalement la vérité. Si Las Vegas évolue en permanence, elle mérite toujours son surnom de Sin City, la ville du péché. L’auteur joue avec la mythologie de Vegas, avec les images de l’âge d’or des années 1960. Maîtrisée, l’intrigue est tortueuse à souhait et riche en rebondissements, servie par une narration fluide. Puisque l’endroit s’y prête, on croise quelques personnages insolites, y compris chez les flics (et les anciens policiers). Même les mafieux âgés, pourris à l’extrême, restent convaincants. Après Jamais je ne reviendrai, ce deuxième suspense de l’auteur est absolument captivant.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :