Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Danielle Charest : Conte à rebours (Éd.Sirius, 2012)

 

12-CHARESTÀ Montréal, Jocelyne Sauvageau est depuis très longtemps dévouée à la société qu l’emploie. Mais l’ambiance devient pénible chez Beaugrand-Courtois-Delors. Le mépris dont font preuve ses employeurs la révoltent sourdement. Elle a l’espoir de changer de vie, car son père est actuellement hospitalisé en très mauvais état de santé. Impresario réputé au Québec, Léon Sauvageau a été un homme aux principes moraux stricts. Jocelyne a un demi-frère, Michel, un marginal qui est dans la musique, proche du groupe de rock réunissant Lucky et ses amis. Michel contacte Jocelyne, affirmant que leur père est mort. Tous deux cachent à peine leur rapide envie d’hériter. Michel entraîne sa demi-sœur dans son appartement, avant d’aller à l’hôpital.

C’est un piège. Assommée, Jocelyne se trouve séquestrée et attachée sur un lit, dans une pièce insonorisée. Michel n’est pas seul. Il s’est dégoté une complice, Claude, sans doute d’origine française. Il lui a fait croire qu’il devait se venger de Jocelyne, qui l’aurait mis dans une situation délicate. Ils vont faire des photos compromettantes pour écarter Jocelyne de l’héritage. Un temps désorientée par les évènements qu’elle maîtrise mal, la prisonnière n’a pas le caractère à renoncer. Elle va devoir faire preuve de psychologie pour faire comprendre à cette Claude les mensonges de Michel.

Pendant ce temps, au bar-club L’Accès, où se réunissent quelques lesbiennes montréalaises, Lorraine attend en vain son amie intime, Jocelyne. Ce n’est pas en restant écouter les comédiennes de seconde zone et autres filles qui l’entourent ici, qu’elle pourra retrouver son amante. De son côté, Jocelyne gagne peu à peu des points contre son demi-frère…

Née en 1951, la Québécoise Danielle Charest est décédée en octobre 2011. Cette romancière fut une militante du lesbianisme radical, très active. De 1998 à 2002, elle avait publié quatre polars aux Éditions du Masque : L’Érablière, L’Échafaudage, L’Étouffoir, L’Entrave. Elle publia encore Conte à rebours aux Éditions Diesel en 2003. Roman qui est réédité aujourd’hui dans la collection Badgirls, des éditions Sirius.

Outre l’intrigue criminelle, il est évidemment beaucoup question de lesbiennes dans cette histoire. Quelques coups de griffes sont également destinés à souligner un certain ostracisme québécois: Les quelques mots glanés de la bouche de Josiane n’en confirmaient pas moins la réalité du conformisme ambiant et, plus effrayant encore, la vitesse avec laquelle les idées rabougries se répandent et grugent sournoisement les esprits. La douane canadienne se montre aussi assez tatillonne, semble-t-il, au point qu’une voyageuse s’énerve : Voulez-vous bien me dire de quoi le Canada doit se protéger ?. S’adressant à un public français, on a jugé utile de traduire quelques mots, tels ratoureuse, trop d’adon, s’enfarger ou rapailler.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :