Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Fabrice Bourland : Le diable du Crystal Palace (10-18 Ed., 2010)

10-BOURLANDNovembre 1936, à Londres. Les détectives Andrew Singleton et James Trelawney rentrent de l’étranger, où ils étaient en mission. Une semaine de vacances sera la bienvenue. Pourtant, une nouvelle cliente se présente, Alice Grey. ­“C’était un ange qui venait d’apparaître. Un ange vulnérable qui réclamait de l’aide” se dit Singleton. Frederic Beckford, le fiancé de la jeune femme, a disparu depuis deux semaines. Entomologiste au British Museum, c’est homme sérieux. On ne peut imaginer qu’il soit parti avec une autre femme, ce que pense la police. Beckford semblait troublé par un article du Star, évoquant un accident entre un taxi et un fauve, dans le sud-est de Londres. Le duo d’enquêteur interroge le pigiste ayant écrit l’article. Il a reçu la visite de Beckford et d’un curieux couple. Ils retrouvent le chauffeur du taxi, qui témoigne avoir percuté un étrange félin. Ce chat à dents de sabre était un machairodus, un animal disparu depuis vingt mille ans.

Singleton et Trelawney contactent l’éminent et original Professeur Winwood. “Un petit homme efflanqué, vêtu d’un complet de drap noir au gilet mal boutonné, apparut bientôt dans l’escalier, sautillant de degré en degré, malgré ses soixante-neuf ans. Une crinière blanche ébouriffée et une grosse moustache de même teinte, qui recouvrai sa bouche comme un auvent de broussaille, lui donnaient l’air de s’être roulé dans les blés.” Depuis que l’affaire du Monstre du Loch Ness a fait la une des journaux, il n’est pas rare qu’on parle ici ou là d’animaux incroyables. Le scientifique Winwood en cite d’éloquents exemples, mais les preuves d’authenticité sont rares. Le duo de détectives rencontre le policier Staiton, le priant de ne pas clore trop vite l’affaire Beckford.

Après une visite à l’appartement du disparu, ils avisent Alice Grey de leurs premières investigations. Elle évoque un certain Alan, ami de son fiancé quand ils étaient étudiants. Les détectives s’intéressent au quartier de Bayswater, où Beckford a été vu peu avant sa disparition. Quand un grand primate est signalé du côté de Bricklayers Arms, un secteur ferroviaire, Singleton rencontre des témoins qui confirment. Il aperçoit bientôt la créature, aux allures d’homme sauvage. Quand Singleton est menacé, Trelawney intervient et abat le primate supposé. Le Professeur Winwood ne tarde pas à donner son étonnante opinion sur ce cadavre. Les deux enquêteurs ont repéré une villa rouge, récemment déménagée. Dans la cave, ils trouvent les traces d’un laboratoire. La maison était occupée par un Dr Drake, dont les théories sur la régression dérangeaient. Mais il n’est probablement pas le principal responsable des faits récents…

Inédites chez 10-18, les aventures des détectives Singleton et Trelawney débutèrent avec “Le fantôme de Baker Street”. Ils s’affichent comme des émules de Sherlock Holmes et Watson. D’ailleurs, Conan Doyle est ici évoqué, mais plutôt pour “Le monde perdu” ayant pour héros le Professeur Challenger. On pense aussi à “L’île du docteur Moreau” (1896) de H.G.Wells, ainsi qu’à toutes les légendes sur les créatures fantastiques. Confronter ces mythes avec Londres, déjà très urbanisée en ces années 1930, offre une belle singularité. Le duo est entraîné dans une enquête riche en mystère et en péripéties, dans la meilleure tradition. Que le fiancé soit ou non retrouvé vivant, il est improbable que l’idylle entre Singleton et Alice Grey soit durable. L’essentiel reste d’identifier le vrai criminel, qu’il s’agira d’arrêter avec l’aide du policier Staiton. Un très agréable suspense !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :