Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

François Thomazeau : Les anneaux de la honte (L’Archipel, 2012)

 

12-THOMAZEAUMarseillais d’origine, Albert Grosjean fut un as de l’aviation durant la première guerre mondiale, engagé très jeune. En 1936, il est reporter pour un journal sportif proche du Parti Communiste. Il préfère couvrir l’Olympiade de Barcelone, en juillet, plutôt que les Jeux Olympiques de Berlin en août, qui seront à la gloire des nazis. Hélas, dès leur arrivée en Catalogne, Albert et la délégation française sont confrontés aux prémices sanglants de la guerre civile. Soutenus par les services secrets anglais, des généraux lancent une insurrection nationaliste contre les Républicains. Si la violence gagne toute l’Espagne, on ne sait pas encore qui les Anglais comptent imposer comme chef. Ils emploient un tueur anonyme, qui a déjà fait ses preuves quelques mois plus tôt en Autriche. L’Olympiade annulée, les Français sont rapatriés en bateau vers Marseille. Grosjean n’ignore pas que la ville est tenue par des politiques et des truands mafieux proches du fascisme.

À Paris dès son retour, Albert Grosjean cherche à se rendre au jeux de Berlin. En Espagne, son ami Ernst Sorman l’a chargé d’une mission : transmettre une bague à sa fiancée Anna Meyer. Ayant des chances d’être médaillée, cette athlète juive a été admise dans l’équipe allemande. Pourtant, c’est une toute autre mission qui va permettre à Grosjean de se rendre aux Jeux. L’ex-préfet Jean Moulin le charge de découvrir quels sont les plans des nazis, pour le ravitaillement en armes des généraux espagnols. De son côté, le gouvernement Blum qui envoie discrètement de l’armement aux Républicains, a besoin de savoir jusqu’où va l’ingérence des nazis et des Anglais dans les affaires espagnoles. Albert accompagne sous un faux nom la délégation sportive française à Berlin. La presse internationale y est la bienvenue, pour célébrer la grandeur du Reich et les exploits des aryens.

Après la soirée de Goering dédiée aux champions de l’aviation, Albert est invité à la fête que Goebbels organise au zoo de Berlin. Le reporter comprend vite que les espions, traficoteurs et truands de toute l’Europe se sont donnés rendez-vous à Berlin. Y compris son ex-copain d’enfance Sauveur Santoni, au service des mafieux marseillais. Albert courtise Olga Riegele, la sœur du puissant Hermann Goering, afin de tromper l’ennemi. Il côtoie également Unity Mitford, l’admiratrice la plus ardente d’Hitler, l’esthète cinéaste Leni Riefensthal, ou la vraie-fausse maharani Sonja Vitashi qu’on dit espionne. La compétition débute dès les premiers jours d’août. Si Albert la suit peu, il remarque l’exceptionnel Jesse Owens. Prendre contact avec Anna Meyer n’est pas si compliqué. Albert finit par réaliser qu’il a été manipulé par Ernst. Néanmoins, il transmet des dossiers secrets à Jean Moulin. Sa mission est loin d’être terminée pour autant…

C’est une admirable reconstitution de l’atmosphère de cette année-là, que nous propose François Thomazeau. Certes, nous savons ce qu’ont symbolisé ces Jeux Olympiques de 1936 dans la montée triomphante du nazisme. De même, on sait quels enjeux représentait la guerre civile espagnole. Malgré tout, il n’est pas inutile de souligner que l’Europe d’alors grouillait d’espions, souvent doubles ou triples. Ni que les exécutions sommaires n’étaient pas rares, au nom de troubles intérêts plus ou moins politiques. C’est dans cet infernal panier de crabes que l’auteur plonge son héros. Ça nous permet de croiser bon nombre de personnages historiques. Dont quelques-uns fort peu fréquentables, mais aussi Jean Moulin et d’autres proches du gouvernement de Front Populaire. Il faut lire attentivement le bel éloge concernant Jesse Owens. S’il dominait les autres athlètes et ridiculisait le régime hitlérien, c’était avant tout un authentique gentleman. Son principal adversaire Lutz Long ne s’y trompa point. On est donc entre fiction et réalité, si près des faits tels qu’ils se déroulèrent. Roman d’aventure baignant dans un contexte d’espionnite aigue, ce suspense restitue par petites touches un épisode essentiel et dramatique du passé. Une juste illustration des évènements qui, trois ans plus tard, menèrent à la seconde guerre mondiale.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :