Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Frantz Delplanque : Du son sur les murs (Seuil, 2011)

11-DELPLANQUEJon est un paisible retraité âgé de soixante-huit ans, habitant à Largos, sur la côte landaise. Il partage avec son copain Jean-Luc, le patron du bar Le Cap’tain, la passion du rock puissant. Il flâne volontiers dans les dunes, où il croise tous les jours Al, le pêcheur. Pas très loquace, ce quadragénaire handicapé avec sa béquille se montre amical. Papy de substitution, Jon s’occupe avec tendresse de la petite Luna, la fille de sa voisine Perle, vingt-huit ans. Sans homme dans sa vie, la jeune femme passe pour une jeune paumée, aux yeux de certains. En réalité, elle exerce le métier de sapiteur. Le passé d’orphelins de Jon et Perle les a rapprochés, autant que la manière dont le retraité a débarrassé sa voisine d’un amant violent. Encore athlétique, Jon a trouvé son équilibre à Largos. Certes, il est un peu contrarié de la relation amoureuse entre Perle et Al. Mais lui aussi, il va trouver l’élue de son cœur, Louise, une bourgeoise de quarante ans.

Précédemment, Jon Ayaramandi a connu une vie agitée. Après avoir supprimé le fiancé de sa première petite amie, il est entré tôt au service du caïd mafieux Marconi. Il fut un des meilleurs tueurs professionnels de sa génération, bien plus habile que son collègue Burger, le mauvais. Jon a une trentaine de meurtres à son actifs, crimes parfaits puisque passant pour des morts naturelles. À part le jeune Valentin, il n’eut guère d’amis dans ce milieu. Pour en sortir à l’heure de la retraite, Jon exerça un honnête chantage sur Marconi, assurant ainsi sa sécurité. Perle est aujourd’hui la seule qui connaisse les compétences du papy de Luna. C’est pourquoi, quand elle s’aperçoit qu’Al a disparu, elle fait appel à lui afin de le retrouver. Jon est un ex-tueur, pas un détective, même amateur. On peut penser que cet ivrogne de Flamby a été témoin de la disparition d’Al. Flamby est introuvable, se cachant ou cuvant son alcoolémie quelque part.

Plus inquiétant, Jon a remarqué dans les parages son ex-collègue Burger. Faire le lien entre lui et l’absence d’Al apparaît plausible. Encore faudrait-il une bonne raison pour supprimer le pêcheur infirme. Al avait des connaissances médicales, curieux détail qui n’offre pas un indice probant. Retrouvé par Jon dans un bar mal famé, Flamby admet avoir assisté à l’agression d’Al par un inconnu. Sans nouvelles, Perle s’énerve contre Jon, qui finit par lui suggérer la probable mort d’Al. Chez les Gitans avec lesquels a sympathisé Jon, une voyante affirme que le disparu est vivant. Le caïd Marconi prétend ne plus avoir de contact avec Burger qui, malgré son incompétence, s’est trouvé d’autres employeurs. Néanmoins, le tueur à gages rôde toujours autour des proches de Jon, causant des victimes. Si Valentin s’est en partie reconverti dans la musique, il accepte d’aider Jon. Ils se renseignent sur le passé d’Al et sur les activités actuelles de Burger…

Raconter sur le mode sérieux les aventures d’un tueur pro sexagénaire n’aurait gère d’intérêt. L’auteur utilise donc une tonalité quelque peu ironique et décalée pour rendre crédible le récit. Puisqu’il ne s’agit pas d’un roman d’enquête, le méchant adversaire est vite identifié. Par contre, bien des précisions sont encore à découvrir. En particulier, savoir comment Al est mort plusieurs fois. L’histoire se déroule sur fond de rock très rythmé. Sympathique, oui, mais la play-list vire parfois au catalogue pour fan érudit. Le livre est aussi présent : J’étais en train de battre des records de vitesse de lecture, mais sans en perdre une miette. Je prétends qu’on peut savourer un livre sans «prendre son temps» : à mon âge, on s’inquiète pour tout ce qui reste à lire et qu’on n’a pas lu, alors autant dire qu’on n’a pas envie de traîner. Les lecteurs passionnés ne peuvent qu’adhérer à un tel point de vue. Ce premier roman de Frantz Delplanque, avec son intrigue sinueuse et sa narration enjouée autant que tonique, est réellement très réussi.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :