Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CLN

 

13-MORRISUn double faits divers touche une petite bourgade tranquille, aux abords du Mont Ventoux. Cette nuit-là, un bûcheron nommé Georg Müller abat le Solitaire, arbre emblématique de ce village. On suppose que c’est sous l’effet de l’alcool, que ce fruste colosse d’origine alsacienne s’est attaqué au majestueux mélèze, proche de l’ancien monastère local. Il semble que ce soit l’arbre qui ait tué Müller dans sa chute, telle une vengeance immédiate et tragique. Le matin suivant, on s’aperçoit de la disparition du petit Jean-Paul Vernier, âgé de dix ans. S’agit-il d’une fugue, ou faut-il redouter un enlèvement ? Rien ne permet de le dire, les premières recherches n’ayant guère eu de résultats.

Cette affaire intrigue un scientifique quelque peu excentrique, le professeur Rémy Cauvin. Approchant des soixante-dix ans, il vit avec sa fille Samantha, âgée d’une vingtaine d’années. Cette dernière a hérité de l’intrépidité de son père, malgré la grande différence de générations. Elle partage aussi certaines conceptions avant-gardistes que Rémy Cauvin expose dans son dernier ouvrage, La Cinquième Force. Il s’agit d’une capacité psychique, d’un entraînement permettant à notre conscience d’améliorer la perception. Ainsi Cauvin et Samantha sont-ils capables de survision, de définir l’aura de leurs interlocuteurs, et parfois de pressentir un danger imminent. Mises en pratique par le père et la fille, ces théories intéressent Patrice Delorme, un jeune professeur d’arts martiaux.

Dans un premier temps, le professeur Cauvin et Samantha se rendent seul dans le village proche du Mont Ventoux. La jeune femme n’hésite pas à chercher des indices dans les feuillages du mélèze abattu par Müller. Elle retrouve quelques menus objets cachés là par le petit Jean-Paul Verdier. Mais la présence du duo a été signalée à la gendarmerie. Le capitaine Levasseur ne se montre pas hostile, mais reste strict sur le règlement. Quant à la mort du bûcheron, peu apprécié par ici, Levasseur ne voit aucune raison de remettre en cause la thèse accidentelle. Si Cauvin et Samantha ont été repérés, c’est forcément par une personne qui les observait depuis l’ancien monastère. Rénové, ce lieu abrite aujourd’hui l’IRPO.

L’Institut de Récupération Physique et Organique est bien protégé, cerné par une muraille hermétique. Le portail d’entrée est fermé par deux vastes vantaux en fer forgé, donnant à l’endroit des allures de prison. Curieux pour un site dédié à la relaxation de personnes riches et stressées. L’établissement est dirigé par un supposé médecin, Pierre Laforêt. Rien de vraiment négatif n’apparaît au sujet de l’IRPO, selon les infos qu’obtient Rémy Cauvin. Le professeur et sa fille s’installent chez les Vernier. Le petit Jean-Paul était plutôt secret, imaginatif, intelligent. Sans doute est-il devenu un témoin gênant ? Après avoir sympathisé avec le capitaine Levasseur, Rémy Cauvin appelle à la rescousse Patrice Delorme. Ils ne seront pas trop de trois pour démêler cette énigmatique affaire…

Né en janvier 1924, Gilles Morris-Dumoulin (dit G.Morris) est un vétéran toujours actif de la littérature policière. Ces dernières années, cet éminent traducteur a transposé en français (pour les éditions Le Cherche-Midi) quelques œuvres de Steve Berry, Donald Harstad, Robert James Walker, William Dietrich, Katherine Neville, Raj Rao, Inderjit Badhwar, Harold Nebunzal. En 2008-2009, les éditions L’Arganier ont proposé plusieurs rééditions et nouvelles aventures de Peter Warren, le héros fétiche de G.Morris.

Celui qui fut récompensé par le Grand Prix de Littérature policière 1955 pour Assassin mon frère a encore des inédits très sympathiques à nous présenter. C’est le cas de cette première enquête de Rémy Cauvin, un scientifique marginal. Ses théories sur la conscience et l’aura sont, pour le moins, étonnantes mais nullement absurdes. En compagnie de sa fille et de leur nouvel ami, le voici impliqué dans une enquête à hauts risques. Il va se retrouver face à un adversaire, dont il connaît la véritable dangerosité. G.Morris n’a rien perdu de son savoir-faire, de son inventivité, de son originalité. Il nous a concocté un suspense réellement captivant, très excitant. Voilà un auteur à redécouvrir au plus tôt, grâce à ce titre nouveau.