Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Hervé Jaouen : Les moulins de Yalikavak (Rivages/Noir)

JAOUEN-MOULINSdeyalikavakSerge Morvan est le jeune secrétaire de mairie d’une bourgade de la côte atlantique, Saint-Baptistain. Apolitique, il s’entend bien avec le maire de gauche, Jean Sybelle. Serge relève une annonce dans le “Bulletin des Communes de France” : des investisseurs cherchent un terrain de 50 hectares en bord de mer. Le site des Grèbes conviendrait parfaitement. Plaidant l’essor économique de Saint-Baptistain, Serge incite le maire à contacter ces financiers.
L’arrivée de Nélias Amalamelou secoue le tranquille microcosme. D’origine invérifiable, ce gros consommateur de café lance sans attendre le projet d’un complexe de loisirs aux Grèbes. Il présente des garanties, promet l’Eldorado. Serge sympathise avec le tourbillonnant Nélias, qui impressionne l’honnête maire. Nélias achète la “Villa aux Anglais” délaissée, où il s’installe avec sa fille Lou. Serge est immédiatement attiré par cette séduisante amoureuse des livres.
Les Renseignements Généraux et la Chambre de Commerce sont intrigués par Nélias. Les conseillers municipaux de gauche sont sceptiques et divisés. L’opposition de droite est hostile à un projet qui devait leur convenir. Dans les réunions, publiques ou non, les débats sont animés. Le bistrot local de Théo devient stratégique. Journaliste alcoolique, Le Scribe publie des échos mordants. Siguoli, des RG, suggère à Serge que la fortune de Nélias viendrait du trafic d’armes.
Serge et Siguoli se contentent d’observer la situation. Nélias pense que « Ah, ça va, ça ira ! » Pourtant, ses engagements et les discours langue de bois seront-ils convaincants pour tous ? Ne risque-t-on pas une crise municipale ? On parle déjà d’un nouveau projet local… Et les “Moulins de Yalikavak” ? Ce petit paradis côtier se trouve en Turquie. Mais n’en disons pas plus…
Ce portrait satirique de la société française est un pur bonheur. Mœurs politiques, rivalités et autres petits travers sont présentés sans concession, n’épargnant personne. Si caricature il y a, elle est toujours juste. Le pétulant Nélias devrait faire réfléchir les admirateurs des “décideurs charismatiques”. On lui préfère l’adorable Lou, passionnée de livres. Serge, le sarcastique narrateur, cynique démiurge, est guidé par le “syndrome des petits bateaux”. Pour lui, il ne s’agit pas de manœuvrer les gens. Sa méthode est plus subtile, plus excitante. L’humour d’Hervé Jaouen évite de sombrer dans la noirceur, tout en restant réaliste et crédible. Cette savoureuse réédition est un pur plaisir.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :