Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Hervé Mestron : Le clebs (Lokomodo-Asgard, 2012)

 

12-MESTRON-1Architecte, Pete est marié à Cath, prof de français dans un lycée technique. S’ils n’ont pas encore d’enfants, le caniche Paulo partage leur vie. Pete reste insensible face à ce chien quelque peu envahissant, mais son épouse l’adore plus que tout. En ce mois de juillet, Cath doit s’absenter une nuit pour une visite chez sa mère. Refusant ce soir-là l’invitation de son voisin Carl Marchal, Pete rejoint dans un restaurant ses collègues du bureau d’études. Il rentre ivre au volant de son 4x4. Dans son garage, il heurte et tue le chien Paulo. Un accident qu’il ne pourrait pas expliquer à Cath sans provoquer un drame. Aussi enterre-t-il le cadavre du chien pendant la nuit dans un coin de leur jardinet.

Au retour de Cath, Pete se sent définitivement incapable de lui avouer ce qui s’est produit. Le couple recherche Paulo dans les environs. Le voisin Marchal, dont la fantomatique épouse serait infirmière, se montre coopératif. Nulle trace du chien, mais Cath pense qu’il rentrera. Elle annonce à Pete que sa mère va bientôt passer quelques jours chez eux. Il réalise immédiatement le danger, car sa belle-mère est une férue de jardinage. Elle est bien capable d’aller retourner ce coin de terre où il a enseveli le chien mort. Autre incident, Pete s’aperçoit qu’il a failli perdre son alliance, certainement quand il enterrait Paulo. Le couple reçoit par erreur au courrier un collier identique à celui de leur chien. Maladresse de facteur.

Bien que Pete soit toujours contrarié, les choses pourraient s’arranger. Sa belle-mère annule finalement son séjour chez eux. De son côté, Cath s’est résignée à ne plus revoir son chien. D’autant qu’elle vient de vérifier qu’elle est enceinte, signe du début d’une nouvelle vie pour tous deux. Betty, la chienne du voisin Marchal, fait preuve d’une dangereuse agressivité à leur égard. À l’heure où le couple pense déménager, Pete envisage de déterrer le cadavre de Paulo. Mais voilà qu’il reçoit plusieurs appels téléphoniques d’un inconnu. La menace apparaît bien réelle à Pete. À cause de toutes ces situations déstabilisantes, la tension provoque chez lui des montées de fou rire, et le surmenage le guette…

Toute cette histoire repose sur la normalité, et c’est ce qui fait la force de son dénouement. Il nous est facile de nous identifier à ce contexte. Un petit couple ordinaire, dont le seul souci réel est de réussir à faire un enfant sans trop tarder. Un voisin plus casse-pieds que cordial, dont l’épouse est invisible. Des collègues pas très fins mais sympas, et une belle-mère que le héros apprécie peu. La vie quotidienne, basique et assez routinière. On n’y est pas à l’abri d’un incident, dont les conséquences peuvent s’avérer sérieuses. D’autant que le personnage central, présenté avec une part de dérision, n’a rien d’un héros aguerri. Ambiance empreinte de simplicité, prouvant qu’il n’est pas indispensable de multiplier les effets spectaculaires ou macabres. Ce qui ne nuit nullement à la progression dramatique, bien au contraire. Un suspense fort excitant.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :