Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Hervé Sard : La mélodie des cendres (Krakoen, 2008)

08-SARD-MélodieDans la région nantaise, un corps est retrouvé enterré parmi les vignes, à deux pas des rives de l’Erdre. Ce sont les restes calcinés d’une jeune femme non identifiable, morte depuis des années. Policier expérimenté, au raisonnement assez singulier, le commissaire Czerny s’occupe de l’affaire. L’inconnue est baptisée Marie Diamant, à cause du bijou bleu qu’elle portait. Deux pistes s’offrent à Czerny, deux jeunes femmes prénommées Marie, disparues vingt ans plus tôt à Carquefou. Après le décès accidentel de sa mère, Marie Chevalier n’a plus donné signe de vie. Quant à Marie Caron, qui perdit sa mère peu après sa naissance dans l’incendie de la maternité, elle a disparu à la même époque.

Nicolas Moulin est un jeune médecin québécois de 26 ans qui, du côté maternel, a des origines nantaises. Bien qu’il soit sujet à des troubles psychologiques bipolaires entraînant de pénibles crises, Nicolas veut en savoir plus sur le passé de sa mère, Marie. Ses ancêtres français, elle lui en a parlé, mais conserve des secrets. Sous une fausse identité, Nicolas mène sa propre enquête à Nantes. Il ne tarde pas à découvrir les noms de Chevalier et de Caron, dont l’un est sûrement son grand-père, et à s’informer sur l’incendie de la maternité. Son Papy des Hêtres, c’est sans doute M.Chevalier. Marguerite, une vieille dame usée mais à la mémoire claire, lui montre une photo de M.Caron en 1960. Nicolas lui ressemble trait pour trait.

Avant ou après Nicolas, le commissaire Czerny et ses collègues ont questionné les mêmes témoins. Avant de disparaître, Marie Caron se renseignait sur le passé de sa famille. Jeune femme sans histoire, elle ne semblait plus s’intéresser qu’à cela. Fournier, le chercheur de trésor qui - avec son appareil de détection de métaux - a trouvé par hasard le corps n’est finalement pas suspect. L’alcoolique M.Chevalier n’a que peu de souvenirs d’autrefois. Maxime Caron, qui fut jadis bel homme, reste un solide gaillard. Il n’avoue que ce qu’il veut bien révéler. Czerny évalue les minces indices dont il dispose, telles les facettes d’un cube. L’identité de Marie Diamant est toujours aussi incertaine.

Les policiers ont fini par s’apercevoir que Nicolas enquêtait en parallèle. Après s’en être pris à M.Chevalier et avoir subi une fiévreuse crise, le jeune québécois se rend compte qu’il est repéré. Il est temps de rentrer au Canada. C’est dans un état second qu’il a vécu cette expérience nantaise, mais son influent père veillait sur lui. En France, la légiste confirme que la victime était Marie Caron, ADN à l’appui. Alors que le commissaire Czerny cogite toujours sur diverses hypothèses, sa mère livre ses secrets à Nicolas...

Ici, le postulat ne consiste pas à chercher un éventuel coupable, mais à définir qui fut la victime. Plus encore que son identité, ce sont les faits datant de vingt à cinquante ans qu’il faut déterminer. La méthode fort personnelle du commissaire l’aidera-t-elle vraiment à sortir de cet imbroglio labyrinthique ? On le verra. On avait déjà noté qu’Hervé Sard aimait à jouer avec ses lecteurs, présentant des situations supposées impossibles. Pour ce troisième roman, il maîtrise de mieux en mieux son intrigue et son écriture. Outre quelques personnages dont la caricature est réussie (tels le brigadier Colin ou le policier Mazurelli), soulignons de savoureuses scènes (celle opposant la légiste et Czerny est un régal). Un suspense pas ordinaire, c’est certain.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :