Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Jan Thirion : Lavocam (Atelier In-8, 2009)

09-THIRION-LavocamC’est un sportif de haut niveau, préparé, entraîné. Il est de la race des grands champions, pour lesquels seule prime la compétition. Si sa scolarité a été très moyen, il l’abordait déjà dans cet esprit : “En classe, je me motivais en transformant devoir et interros en épreuves sportives. J’ai fait collège et lycée professionnel, coureur à pied l’automne, skieur l’hiver, et cycliste au printemps. Je respectais le calendrier des vraies compètes.” Aujourd’hui, c’est pour Lavocam qu’il tente chaque jour l’exploit. C’est bien le champion du nettoyage haute pression pour camions de toutes catégories. Son collègue Ben fait de bons résultats, lui aussi. Mais Ben, c’est un littéraire qui a besoin de thunes et qui fait son job de laveur de camion. Le champion, c’est pas son truc à lui, la lecture. Par contre, il aime bien écouter à la radio la belle Coralie, qui officie à la compta de Lavocam. Coralie, il en est amoureux, même si elle ne le regarde guère. Elle est autrement attirante que sa voisine du dessus, une bêcheuse.

L’important pour notre champion, c’est la performance quotidienne. Dès huit heures du matin, commencent les épreuves comparables à des sélections. S’agit de se donner à fond, de ne pas ménager sa puissance, de prouver qu’il est le meilleur. Même fantôme, son public exigeant n’acclame que les records. La pause de midi, sans quitter les lieux, est indispensable pour récupérer des forces. Il se motive encore en pensant à Coralie. L’après-midi, il redescend dans l’arène pour les phases cruciales de la compétition : “En huitième de finale, le combat prend une autre dimension. On gagne ou on perd. À la moindre défaillance, la sanction tombe, c’est l’élimination. L’adversaire ne fait aucun cadeau, puisqu’il s’agit désormais d’une question de vie ou de mort.” Parvenir en finale, son rêve ne se concrétise pas tous les jours. Et il rentre chez lui, claqué, vidé, tel le sportif ayant donné le meilleur de lui-même…

Certes, ce texte de Jan Thirion n’entre pas dans la catégorie du polar. Pourtant, c’est bien le portrait d’un personnage que l’on pourrait croiser dans un roman noir, qu’il nous présente ici. Ce serait un jeune type plutôt inculte, assez commun, sans grand avenir. Mais il a trouvé une manière de sortir du lot, de ne pas être un médiocre. Il s’imagine champion sportif. Dans ce récit largement souriant, qui ne manque pas d’inventivité, attendrissant par certains aspects, on reconnaît la qualité d’écriture de l’auteur. Par exemple, à travers le décor et les seconds rôles autour du héros, dessinés par petites touches. Sans oublier le sympathique dénouement. Cette nouvelle, une des facettes du talent de Jan Thirion, est à découvrir.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :