Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Jan Thirion : Rose blème (Ed.Krakoen, 2007)

09-THIRION-2007-roseA Saint-Gaudens, en Haute-Garonne. Eric Lebalait est un policier véreux. Il rackette aussi bien des prostituées roumaines que des trafiquants de meubles anciens. Il use de violence avec les unes comme avec les autres. Fiona, son amie de jeunesse, aujourd’hui gagnée par la cécité, a été victime d’un cambriolage sans effraction.

Gaétan Lamproie, l’auteur du vol, a été sérieusement mordu par des chiens avant de réussir son coup. S’il craint une infection, il redoute d’être dénoncé et se soigne seul. Il avait besoin d’un apport de trois mille Euros, afin de devenir franchisé de la société MKD. Il a la somme, espoir d’un avenir meilleur. Ses copines putes roumaines transformeraient volontiers Gaétan en distribanque. Son rendez-vous avec le recruteur de l’entreprise se déroule sans problème. Gaétan est prêt à placer son coûteux matériel médical chez des personnes âgées, pour lesquelles “la santé n’a pas de prix”. Il rencontre même le grand patron de MKD. Dans des circonstances bizarres, il est vrai. Bientôt, il cible sa première cliente.

Eric connaît déjà Mme Rose Orion, vieille dame à la mémoire fragile. Son singulier univers se compose de souvenirs tonkinois. L’aide ménagère de Mme Orion porte plainte pour abus de faiblesse. Retrouver la trace de l’escroc supposé est simple pour Eric. Gaétan Lamproie loge dans un Village-Vacances. Le minable se laisse embarquer. On n’est pas loin de la garde-à-vue. Gaétan profite de l’inattention des flics pour s’enfuir. Il trouve la planque idéale, chez Mme Orion.

Gaétan réalise que MKD et ses appareils bidons, c’était une arnaque pour tirer trois mille Euros à des pigeons. A l’abri dans la chambre secrète du défunt mari de Mme Orion, il voit la dame confier ses ligots d’or à Eric. Le policier élimine l’aide ménagère, témoin trop curieux. Gaétan tente de faire chanter Eric, réclamant 25% des lingots. Le policier cède, mais c’est un traquenard. Ses collègues et complices n’ont pas autant de chance qu’Eric lors de l’arrestation. Légitime défense face à un coupable : son honneur est sauf, et Eric croit pouvoir profiter de la vente des lingots d’or…

Ironique destin qui s’amuse à confronter cyniques et paumés. Héros typiques du roman noir, Eric le flic et Gaétan le perdant s’avèrent trop gourmands. Par avidité, il s’engagent sur un mauvais chemin jalonné de chiens méchants, de putes roumaines, de trafiquants maltraités et d’escrocs malins. Sans oublier une sympathique toquée, perdue dans son passé colonial. Autant de personnages réussis. Une belle inventivité compense l’âpre tonalité du récit. Le tempo narratif est entraînant, rapide et précis sur les détails, rythmé dans l’action. Cette solide intrigue captive immédiatement. Vraiment excellent !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :