Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Janis Otsiémi : La vie est un sale boulot (Jigal, 2009)

09-OTSIEMIÀ Libreville, au Gabon. Chicano sort de la prison centrale du Gros-Bouquet, où il a purgé quatre ans pour un braquage. Il est surpris d’avoir été gracié, peut-être par erreur, alors qu’il lui restait trois années de tôle. Certes, il n’était que le chauffeur lors du casse visant un riche commerçant libanais installé ici. Mais ce Farrad fut abattu par ses complices, que Chicano n’a jamais dénoncés. Et les puissants Arabes vivant au Gabon ne pardonnent pas quand on tue un des leurs. Libre, Chicano ne veut plus de coups foireux. N’ayant pas oublié son amie Mira, il lui achète un modeste cadeau. La jeune femme n’habite plus chez sa mère. Un gamin indique à Chicano sa nouvelle adresse. Vivant aujourd’hui avec un autre homme, Mira a perdu sa splendeur. Chicano retourne vers son quartier, où il envisage de travailler dans le petit garage de son frère aîné, Gabi.

Chicano retrouve ses anciens amis, Ozone et Lebègue, avec leur nouveau complice, Petit Papa. La bande prépare un gros coup, le jour même. Vu le butin annoncé, Chicano se laisse entraîner dans l’affaire. Habillés en soldats, ils vont s’attaquer à la Trésorerie du camp militaire de Baraka, où l’on prépare la paie de la garnison. Face à Ozone et Lebègue, armés et déterminés, le colonel Odja ne peut guère opposer de résistance. Les truands s’emparent du pactole, et quittent le camp. Au moment de faire les comptes, au lieu des cinquante millions prévus, il n’y en a que vingt. La bande a engagé des frais, réduisant le bénéfice. Ses trois membres actuels se concertent, n’ayant pas l’intention de laisser sa part à Chicano. Peu après, ils le jettent de leur voiture lancée à pleine vitesse. L’intervention de témoins permet d’hospitaliser Chicano, gravement blessé.

Les policiers Koumba et Owoula ne sont ni plus efficaces, ni plus honnêtes que la moyenne des flics de Libreville. Bien que l’armée se charge d’enquêter sur le vol du camp de Baraka, Koumba ne tarde pas à comprendre le lien avec “l’accident” de Chicano. Rien à voir avec une vengeance des amis du Libanais Farrad. C’est bien du côté des anciens complices de Chicano qu’il doit chercher, motivant ses indics. Si les deux policiers récupère le fric, ils partageront avec leur chef. Ozone, le caïd de la bande, n’a aucune envie qu’on le trahisse. Si Koumba et Owoula sont sur la piste des truands, Gabi mène aussi sa propre enquête…

Janis Otsiémi avait déjà fait preuve de belles qualités dans “Peau de balle” (Éditions du Polar), ce qu’il confirme ici. Connaissant bien les classiques du polar, il adopte une intrigue confirmée : sortie de prison, casse fructueux, partage du butin. Soulignons que la structure du récit n’est pas pour autant linéaire. Et, si le vocabulaire est simple, il est agrémenté d’expressions locales fleuries. On s’attache vite à ce pauvre bougre de Chicano, dont le destin n’est pas guidé par la chance. Progressivement, s’installe une certaine noirceur meurtrière. L’autre élément favorable, c’est évidemment le contexte gabonais, l’auteur ne cachant pas les tares de son pays. “Petit Papa donnait de la voix pour crier son innocence. Les flics de Libreville étaient connus pour leur brutalité de chiens mal nourris. Et dans la population librevilloise, on n’appréciait guère leurs méthodes quand il s’agissait d’arrêter des petits délinquants pendant que les ouattara vidaient les caisses de l’État sans être inquiétés.” Ce court roman est une bonne manière d’apprécier la talentueuse sincérité d’écriture de ce jeune auteur.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :