Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Jean-Bernard Pouy : Nycthémère (Les Contrebandiers, 2004)

NycthémèreVisionnons les évènements ayant conduit à la journée du 5 octobre. (Reward, vitesse lente) Ces derniers mois, l’effervescence a régné dans me PIF, Paysage Idéologique Français. Le chaos destructeur a sévi. Les diverses maisons politiques ont fait le ménage. Disparues la passéiste “Maison Blanche” vendéenne, la fascisante “Maison Brune”, les “Maisons (plus ou moins) Rouges”, la “Verte” du Jura, la “Jaune” de Belfort, la “Mauve” de Pau. Toutes ont été éliminées, décimées. Plus hypocrites que jamais, les responsables de l’Hexagone ont pris des mesures inutiles et sécuritaires. Les maisons “Bleue” et “Rose”, principaux copros du pouvoir, se sont alliées sans se faire confiance. La “Bleue”, mieux armée, reste bientôt seule.

Sinon, pour un mec qui lit, écoute, et regarde les médias anesthésiants, tout va bien.

Pendant ce temps, les disciples d’Adonis Klakos se préparent. La stratégie araisonnable du nettoyage complet se précise. Ils sont tous là : Raymond le Camion de Voirie, Artus et sa sœur Pola, Crizzy la Lente Ardeur, Marion, Platé le Mythe Décisif, et tous les autres. Ils patientent encore, jouant au Blank Point. Les allumés de la Synergie Urubu Spinoziste les rejoignent à leur rythme. Ceux-ci s’emplissent de sélénité, et croisent de maudits chasseurs ou des amateurs de corridas. Le Comité s’occupe des enfants : Dominique, le fugueur ; Maurice, le pilote intersidéral, gosse maltraité que Marion va soigner.(Play) Au petit matin du 5 octobre, la “Maison Bleue” est cernée. Les copros bunkerisés ne réagissent pas aux premières attaques...

N’étant pas formaté, J.B.Pouy n’entre jamais dans les cases ordinaires. Toute définition pour qualifier ce livre serait imparfaite ou inexacte. Ce récit éclaté en courtes scènes, avec ses retours et ses pauses, n’est pas une simple politique-fiction schématique. Le propos est à la fois pessimiste et souriant, critique et poétique. Les héros font figure de résistants, hostiles aux dogmatismes. Ils ne crient pas victoire quand leur mission est accomplie, car ils n’ont rien à offrir de mieux. Avec son style si personnel et son ton ironique, J.B.Pouy explose les militantismes dans un roman jouissif, plus structuré qu’il n’y paraît...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :