Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Jean-Louis Andreani : Plongeon à Bonifacio (L'Aube Noire, 2007)

ANDREANILa jeune, belle et blonde avocate parisienne Delphine Mailly revient en Corse, où elle a vécu de précédentes aventures. Cette fois, ses amies militantes Mado et Blanche veulent qu’on arrête les pyromanes sévissant dans la région de Quenza. Certains feux seraient causés par des bergers, ou dus à l’imprudence. Mais la plupart sont volontaires, et leurs conséquences risquent d’être dramatiques. Un commando de la police anti-terroriste arrête Dominique, nationaliste pacifique. On trouve chez lui du matériel incendiaire. Les amies de Delphine ne le croient pas pyromane. Le technicien de la télé qui a filmé l’opération policière émet aussi des doutes.

Maximilien Trèfaccie, nouvel homme fort de la cause nationaliste, a des ambitions politiques. Par hasard, Delphine s’aperçoit que celui-ci (qu’elle surnomme “Triple Face”) est un indic des policiers. Dominique était plutôt hostile à Trèfaccie. Un vieux dragueur pathétique, qui pensait séduire Delphine, est racketté par un trio de Corses. L’agent d’une réserve naturelle a reçu une lettre anonyme, menaçant son parc aux cerfs. Il tire sur le même trio, qui s’enfuit. Delphine est certaine de savoir qui dirige ce racket. Les indices ADN obtenus peu régulièrement sont insuffisants. Chez le juge anti-terroriste, elle ne peut établir l’innocence de Dominique. Delphine fait appel à son ami le commandant de gendarmerie Philippe Maréchal. Il met en œuvre de gros moyens pour piéger le suspect. Malgré une intervention rapide, celui-ci parvient à fuir. Alors qu’elle séjourne à Bonifacio, Delphine est agressée, frôlant un plongeon mortel. Elle va servir d’appât pour coincer le coupable…

Nationalisme, racket, incendies : les questions sensibles concernant l’Île de Beauté servent de base à l’intrigue. Ces sujets sont abordés avec plus de légèreté que de sérieux, le but n’étant sans doute pas de dénoncer une situation compliquée. L’auteur admet qu’il ne s’agit pas des “Mystères de la Corse”, façon Eugène Sue. Le tempo du récit est fort entraînant, la tonalité souvent souriante. Le personnage du “communicant” Jérôme de Bonconseil est savoureux, ainsi que les rapports de la belle Delphine avec les hommes. Ce petit voyage mouvementé en Corse est très plaisant.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :