Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Jean-Paul Nozière : Des manches et la belle (Éd. La Branche, 2010)

10-NOZIERE-1Originaire du Tanganyika, Délicious Djembé écoule des bibelots africains made in China, tout en jouant au braqueur pour le compte de Manu Dobanga. Ce dernier lui a confié une nouvelle mission. Il s’agit d’intercepter le fourgon de trafiquants de faux-billets venus de Finlande. Le coup risque fort de foirer, car Délicious n’a pas compris. Sans doute est-ce à cause de médocs, dont il abuse pour calmer ses migraines persistantes. Globalement, il voit le topo, c’est l’essentiel pour lui. Près d’un restau d’autoroute, un fourgon avec deux Finlandais sapés bizarre dont l’un s’appelle Rouquin, ça doit être facile à trouver. Délicious repère sa cible supposée : deux croque-morts avec leur véhicule funéraire, faisant une pause dans une pizzeria sur l’aire d’autoroute. Le duo résiste peu quand il les braque. Il n’y a plus qu’à se tirer avec le corbillard. Sur le parking, un prêtre africain rôde autour du fourgon. Ce gêneur risque de contrarier la fuite de Délicious. En réalité, ce curé est en chemin pour prendre son poste au presbytère de Sponge. Ce qui inspire une bonne idée à Délicious. Il va garder les quatre millions d’Euros en faux-billets, et se planquer un temps dans le presbytère en question sous l’identité du prêtre noir. Il bute sans hésiter le curé, le planque dans le corbillard, et prend la direction de Sponge.

José Romero et Louis Rouquin ne sont ni les présumés Finlandais, ni même d’authentiques croque-morts. Ils sont chargés de convoyer le corps de Désiré Kabila jusqu’en Afrique, où la veuve l’attend. Suite au braquage, ils contactent leur “employeur”. Celui-ci se montre d’autant plus inflexible qu’il a pris en otage les compagnes des deux hommes. Romero et Rouquin n’ont d’autre solution que de retrouver au plus vite le corbillard. À Sponge, “un foutu bled perdu au fond d’une foutue vallée balayée par un foutu vent glacial”, un couple de gendarmes est en planque. Ils attendent l’arrivée du curé noir, en situation irrégulière, qu’ils doivent expulser. Le couple interrompt ses petits jeux érotiques quand Délicious et le corbillard se pointent au presbytère. Les gendarmes constatent que ce n’est pas le Noir prévu, mais celui-là ou un autre. Explorant le fourgon, Délicious s’aperçoit qu’il y a un cadavre dans le cercueil, et non le fric espéré. Il ne tarde pas à enterrer le curé Léopold et Désiré Kabila. Manu, au courrant de la guerre entre clans mafieux africains, ne lui apportera aucune aide. Le lendemain, la lumineuse Solea se met au service du nouveau curé…

C’est une comédie noire décalée, voire déjantée, que nous présente ici Jean-Paul Nozière. Quand un Africain à l’esprit embrumé et à l’allure la plus suspecte possible, hermétique au monde des toubabs, croise deux toquards guère plus futés que lui, ça fait des étincelles. Un récit humoristique et agité, bien sûr. Avec des passages ironiques visant certains Européens adoptant un enfant Noir comme si c’était un petit chien, la population française en manque de curés acceptant mal les prêtres venus d’Afrique, sans oublier les choix politiques de la France en matière d’immigration. Il est à craindre que même la désirable, pieuse et chaste Solea, n’ait aucune chance de sauver le pauvre Délicious Djembé. Un roman court et vif, un très agréable moment de lecture.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :