Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Jean-Pierre Alem : Le crocodile dans l’escalier (1967)

 

12-ALEM-1967Michel Verrier est un agronome âgé de vingt-six ans. Après cinq années passées en Indochine, il est de retour à Marseille dans les années 1960. Pour sa première nuit, il va dormir chez ses grands-parents, au 17 boulevard Gazzino, non loin du cours Pierre-Puget. Ce quartier fut celui de son enfance, avec ses cousins et cousines, au temps où les collections de son aïeul et le mystère des cochons de Saint-Antoine excitaient sa curiosité. Son grand-père Alphonse, ex-enseignant de soixante-seize ans, est quelque peu contrarié par la disparition d’un spécimen rare de scorpion. Le vol d’un tel objet de collection, non sans habileté, n’est pas si anodin aux yeux de Verrier. Si le grand-père soupçonne un de ses voisins, des membres de la familles ne sont pas moins suspects. L’état d’esprit de la branche des Sénac, son oncle et sa cousine Catherine, s’est parfois avéré malintentionné.

Le jeune agronome fait la connaissance de la nouvelle employée de maison de ses grands-parents, Julia. Cette beauté de dix-neuf ans, il la trouve à la fois fuyante, captivante et troublante. Il ne tarde pas à l’inviter, en tout bien tout honneur. Une étrange énigme vient troubler la quiétude de l’immeuble du boulevard Gazzino. Une dame a vu un crocodile vivant dans l’escalier. Verrier vérifie immédiatement que c’est exact. La bête féroce longue de trois mètres a déchiqueté un voisin, l’ex-commandant Robert Carreyas, un vrai carnage. Les Verrier abattent le crocodile et appellent la police. Le grand-père Alphonse est ennuyé, car c’est Carreyas qu’il suspectait du vol du scorpion. En outre, il a reçu le même jour un crocodile, empaillé celui-là. Le commissaire Perrin voudrait bien savoir d’où vient le reptile tueur, qui l’a amené là, car ce n’est quand même pas un animal d’appartement.

Selon un des locataires, le scaphandrier Combernous, Robert Carreyas n’était pas un type honnête, en témoigne son comportement durant l’Occupation. Plus tard, Combernous livrera à Verrier des précisions essentielles pour comprendre cette affaire. La séduisante Julia risque maintenant d’avoir des ennuis avec la police, mais Verrier va lui fournir un alibi. Jeune orpheline plutôt riche, elle a trouvé le moyen de s’infiltrer au 17 boulevard Gazzino, une place d’employée de maison se libérant chez les grands-parents Verrier. Il semble que son idée était d’approcher son oncle, avec lequel elle n’avait pas de relations. Les amours de Verrier et Julia vont être perturbés par la présence d’un marin, Yves Le Guennec. Ancien soutier du navire Malacca, qui navigua dans les eaux de Malaisie, il est aussi concerné par ces mystères…

Le Dictionnaire des Littératures Policières nous apprend que Jean-Pierre Alem était le pseudonyme de Jean-Pierre Callot, né il y a cent ans à Nancy, en 1912. Dans le domaine de la fiction, il fut l’auteur de romans d’espionnage (Cartes sous table (1959), La péniche aux berlues (1961), Tu reviendras Thomas (1976). Il a écrit deux romans policiers, La sourde (1946) et Le crocodile dans l’escalier (1967).

Ce suspense de Jean-Pierre Alem fut récompensé par le Grand Prix de Littérature Policière, ce qui ne fut nullement usurpé. C’est une intrigue d’excellent niveau que concocta l’auteur. Le petit larcin concernant un scorpion n’est qu’une mise-en-bouche, avant l’apparition meurtrière du dangereux crocodile. S’improvisant enquêteur, le jeune homme s’interroge et collecte les indices. Je me laissais aller à imaginer de fantastiques histoires de sortilèges malais s’avoue l’imaginatif héros de cette énigme. Bon nombre de scènes sont destinées à faire sourire. On peut se figurer l’acteur Noël Roquevert dans le rôle du grand-père, ou la jeune actrice de l’époque Dany Carrel dans celui de Julia. L’auteur utilise aussi certains décors marseillais, se référant à l’enfance de Verrier. Ce qui ajoute de la consistance à la crédibilité du récit. Un suspense parfaitement convaincant et bien écrit, même si quelques passés simples ne sont plus de mise aujourd’hui.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :