Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Jeanne Desaubry : L’incendie d’Halloween (Krakoen, 2011)

11-DESAUBRYArthur Villalonga est un garçonnet habitant Villéchard-sur-Ept, avec ses parents et sa sœur. Il est plutôt mécontent et déçu, Arthur. À l’école, il a fait campagne pour être élu au Conseil Municipal des Enfants. Contre tout résultat logique c’est sa rivale, la méprisante Célia Herbert, qui a été élue à sa place. Il pense que ses copains sont des traîtres. À moins qu’il n’y ait eu une erreur, ou peut-être une tricherie. Ses amis Indy et Fatoumata ne sont pas non plus convaincus. Il est très curieux qu’on ait changé l’urne du vote pour le second tour. Mais les soupçons ne sont pas des preuves. Sur le marché, Arthur et sa mère ont une vive altercation avec Célia et Mme Herbert, aussi peu sympathique que sa fille. À l’école, Arthur, Indy et Fatoumata ont le soutien de Mme Gervais, la gardienne de l’établissement. Elle aussi a été surprise par l’étonnant résultat du vote.

Voilà les vacances de Toussaint. Afin de collecter des preuves contre Célia et sa mère, le trio a un plan. Cachés dans une voiture, ils se relaient pour surveiller la maison des Herbert. Pas si facile pour les trois enfants, qui doivent trouver des prétextes à leur absence chez eux, mais ils y arrivent. Ils s’aperçoivent que la voiture du maire de Villéchard-sur-Ept vient tous les soirs chez les Herbert. Que la mère de Célia occupe un poste dans un service officiel n’explique pas ces trop fréquentes visites. D’autant que, d’après son agenda sur Internet, le maire est censé se trouver dans des réunions municipales. C’est louche ce faux emploi du temps, estiment les enfants. Le soir d’Halloween, c’est Arthur qui surveille la maison. Soudain, il remarque une lueur bizarre, un début d’incendie. Il tente d’intervenir pour sauver Mme Herbert, qui est forcément à l’intérieur.

Hospitalisé, Arthur fait figure de héros. La mère de Célia est encore dans le coma, mais elle s’en sortira. Un flic suspicieux interroge Arthur encore sous le choc. D’ailleurs, c’est un bien étrange policier, celui-là. Les enfants décident de ne pas dire toute la vérité aux adultes. Sauf à la gentille Mme Gervais, qui leur apporte un précieux indice. De retour chez lui, Arthur est questionné par le Lieutenant Boniface, de la police. Le garçonnet garde pour lui ses soupçons concernant le maire de la ville. Après les vacances, Arthur retourne à l’école, où on salue encore son héroïsme. Mais ses mésaventures ne sont pas terminées…

C’est un suspense qui s’adresse aux enfants à partir de neuf ou dix ans. Cette histoire est agrémentée par des illustrations d’Anthony Mundy. On connaît déjà les qualités d’auteur de Jeanne Desaubry, grâce à ses précédents titres : “Hosto”, “Le passé attendra”, et “Dunes froides”. Ces romans-là étaient destinés au public adulte. Elle est tout aussi convaincante quand elle raconte pour les plus jeunes. Sans être trop complexe, l’intrigue apporte son lot d’hypothèses et de surprises. “Pour régler cette affaire, quelque chose me dit qu’il vaudra mieux compter sur nous que sur les autres. Même si je n’ai pas la plus petite idée de la façon d’y arriver.” Arthur et ses copains sont bien des gamins vivant dans le monde d’aujourd’hui, avec ses injustices et ses méfaits. Le petit héros est sérieusement cabossé par les péripéties mouvementées et dangereuses auxquelles il doit faire face. Un très agréable polar pour enfants.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :