Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Kââ : Silhouettes de mort sous la lune blanche (Pocket, 2003)

 

KAA-SILHOUETTESAvec Straub et les 3 frères Vila, il a attaqué un convoi de fonds à Saint-Cloud. Le jeune Vila paniquait : il a dû l’abattre. Straub est gravement blessé. Il le ramène et le soigne dans sa maison isolée, en Auvergne. Alfred Vila et son 2e frère les cherchent, pour les tuer et récupérer le butin. Il prépare leur défense. Il élimine Detwiller, un ami trop peu sûr. Il équipe une Land Rover, pour leur fuite. Il amasse des armes de précision. Straub va mieux. Corinne, la veuve de Detwiller, les rejoint.

Le premier affrontement avec les Vila vire au carnage. Alfred s’en tire. Le 2e frère est tué, ainsi qu’un gendarme trop curieux. Le trio se cache durant trois jours dans la Land Rover, évitant ou éliminant les gêneurs. Straub propose une halte chez un ami anar, dans une ferme. Quand l’anar et ses copains envient le butin, çà tourne au massacre. Corinne maîtrise bien son arme et y prend goût. Notre héros se procure des faux papiers à Carcassonne, sans laisser de témoin.

Le trio s’installe aux Saintes-Maries-de-la-Mer où, en cette saison, on les repèrera moins aisément. Il apprend que son fournisseur d’armes a été tué par Alfred Vila. Ce dernier est soupçonné par la police pour toute cette hécatombe. Notre homme officialise sa nouvelle identité andorrane, puis s’arrange pour obliger Vila à se découvrir. Aux Baux-de-Provence, le trio tue les comparses. Mais Alfred s’échappe encore.

L’hôtel de luxe de l’anglais Johnston accueille le trio. Mais le fourbe Johnston contacte le truand Genovesi, allié de Vila. La belle King les accompagne, quand le trio est contraint à un départ précipité. Ils se planquent en Italie, dans la maison de Straub. Après un détour par la Suisse, notre héros revient à temps pour affronter l’Anglais et ses sbires. Il découvre que Vila, à bout d’argent, prépare un braquage à Gérardmer, dans les Vosges. Le dangereux complice corse d’Alfred ne reste pas neutre, hélas !

« Lorsque j’ai expédié mon premier manus’ [ce roman] au Fleuve Noir en 1984, je devais avoir le sentiment confus d’une liberté que je ne trouverais pas ailleurs » disait Kââ dans Fleuve Noir, 50 ans d’édition populaire de J.Raabe (Bilipo, 1999). Car c’est bien en toute liberté que l’auteur nous raconte cette tumultueuse aventure de desperados sillonnant les routes françaises, trahis par tous, laissant de sanglantes traces de leur passage. C’est du pur roman noir, ironique et violent. De la « Litt’Crim’ » destinée au plus large public, tel était le but de Pascal Marignac, dit Kââ, aujourd’hui disparu. Serge Brussolo pense qu’il fut « LE meilleur auteur de roman noir de ces vingt dernières années ». Kââ fut assurément un écrivain singulier et libre qui mérité d’être réédité, lu et apprécié par les lecteurs actuels.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :