Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Karine Giebel : Chiens de sang (Pocket, 2010)

10-GIEBEL-PocketRémy est un SDF parisien âgé de trente-six ans. Avoir couché avec la femme de son patron, c’est ce qui l’a entraîné dans la dèche. Hasard de la vie, il est engagé comme jardinier par un homme riche, qu’il surnomme le Lord. En effet, le Lord possède un château et une vaste propriété en Sologne. Mais c’est un piège dans lequel Rémy vient de tomber. Il se retrouve enfermé avec Hamzat et Eyaz, deux frères Tchétchènes, et un Malien nommé Sarhaan. L’explication ne tarde pas. Ils vont être les proie d’une chasse à l’homme sur le vaste domaine. Le Lord organise ce divertissement payant pour des clients fortunés. Il laisse une demie heure d’avance aux quatre prisonniers pour fuir. Bien peu de temps pour le groupe désorienté. Néanmoins, Rémy et les autres parviennent jusqu’à la muraille cernant la propriété. À cause de la clôture électrifiée, Hamzat est blessé et affaibli. Pourtant, les quatre traqués restent solidaires, espérant tromper le Lord et ses clients. Bientôt, Hamzat n’en peut plus. Il se sacrifie pour permettre au trois autres de gagner du temps. Pour Rémy, Sarhaan et Eyaz, pas question de renoncer, de se laisser abattre tels des bêtes. De son côté, le Lord n’est pas vraiment inquiet. Il ne laissera aucune chance aux fuyards.

Loin de là, en Lozère. Diane est une photographe venue effectuer un reportage sur les Cévennes. Elle entend parler d’un récent crime non résolu, le meurtre de la jeune Julie, mais ne se sent pas concernée. Dépressive après une relation amoureuse tourmentée, Diane est sûre que ce séjour lui fera du bien. Alors qu’elle débute son reportage-photo, la jeune femme est témoin d’une terrible scène. Une poignée de chasseurs locaux s’attaquent à un homme, vaguement suspect d’avoir assassiné Julie, allant jusqu’à le tuer. Repérée par les chasseurs, Diane est blessée par un de leurs tirs. Elle s’enfuit dans les Cévennes, bientôt pourchassée par le groupe. Bien que perdue dans ces terres sauvages, Diane surmonte sa faiblesse de caractère pour leur échapper. Le pharmacien Margon fait figure de chef des chasseurs, lui qui les domine depuis lontemps. Des amis? Disons plutôt des potes. Compagnons de beuverie et de chasse. Rien de plus, au final. Ils le redeviendront, d’ailleurs. N’auront pas le courage de se détourner de lui. Quant à Roland [Margon], il continuera à se servir d’eux, comme il l’a toujours fait. Malgré la nervosité qui règne entre eux, il continue de motiver les chasseurs afin de supprimer ce témoin gênant, cette femme dangereuse.

En Sologne, Rémy et les deux autres espèrent renverser la situation, devenir prédateur et non plus gibier. Sans doute Sarhaan est-il le plus solide, plus apte à résister que Eyaz et Rémy. Dans les Cévennes, Diane rate une occasion d’être sauvée, s’éloignant d’un vieux chasseur n’ayant rien à voir avec les autres. Elle mobilise toutes ses forces pour survivre…

Le récit se compose de deux histoires parallèles et similaires. Une cruelle traque, tel est leur point commun. Il en existe un second, non moins important : le cynique caractère dominateur du Lord et de Roland Margon. C’est par besoin d’expériences excitantes que le premier organise ces chasses dont il reste le seul maître. Manipulateur, brutal et possessif, le second dirige égoïstement son petit monde. Tous deux sont animés par les plus bas instincts de la nature humaine. Pour le groupe du SDF comme pour Diane, la fuite désespérée nous offre des péripéties fiévreuses et mouvementées. Avec une réelle intensité, Karine Giebel nous fait partager leur sort, leur espoir. Un magnifique (double) suspense !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :