Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Louarnig Gwaskell : Avenir radieux (Coop Breizh, 2012)

 

12-GWASKELLEn Bretagne, Gwendall Brañig est journaliste pour un hebdo local, L’Écho des Montagnes Noires. Jeune divorcé, c’est un amateur des standards musicaux rock des seventies. Il compte beaucoup d’amis dans les milieux culturels et militants du secteur, en particulier ceux de la revue L’Hermine Sauvage. Entre son meilleur copain Bernard et un marginal nommé l’Indien, Gwendall garde un peu de temps pour sa fille Julie et sa compagne Sandrine. S’il traite généralement des infos très ordinaires, il est cette fois intrigué par un accident mortel nocturne. Une sortie de route avant un virage, une voiture abîmée aussi à l’arrière dont l’épave est bien cachée dans une casse du coin, la gendarmerie moins coopérative que jamais, il ne lui en faut pas plus pour suspecter autre chose que la fatalité.

Face aux suppositions de Gwendall, la veuve de la victime Jean-Pierre Mahé reste incrédule. Pourtant, le journaliste se sent surveillé. Son article sur l’accident a été supprimé. Peu après, les locaux de l’hebdo sont clandestinement visités par des inconnus. Gwendall s’aperçoit que son ordinateur a été piraté. Au bar de Ronan, il apprend la disparition de Robin Kergoat, qu’il connaît peu mais qu’il sait militant. Un ami gendarme avertit officieusement Gwendall que sa petite enquête déplait, et qu’il court un danger direct. Son ami Bernard lui recommande aussi de laisser tomber, devinant un adversaire trop puissant. Enfin, c’est Julie qui est agressée à cause des investigations de son père. Pour Gwendall, lucide, plus question d’aller au-devant de nouveaux périls. Il le fait savoir aux autorités.

Un énigmatique M.Nobody, de la DGSE, donne rendez-vous à Gwendall pour lui révéler ce qui s’est produit cette nuit-là. S’il y a eu erreur de cible, le journaliste apprend que les services secrets français ne sont pas les seuls en cause. Car le groupe Sécurity, au service de l’industrie nucléaire, dispose de gros moyens pour écarter définitivement tous les gêneurs. Essayant d’entrer en contact avec Robin Kergoat grâce à son réseau d’amis, Gwendall tente de reprendre discrètement son enquête. Il peut s’appuyer sur Bernard, pour d’efficaces services. Posséder un revolver Silver Lady est plus rassurant dans sa situation. Direction Concarneau et le voilier Book of Kelts, pour en savoir plus. Les affrontements larvés avec ses adversaires pourraient maintenant devenir plus violents, peut-être meurtriers…

L’auteur a été récompensé par le Prix 2010 du livre insulaire policier, à Ouessant, pour son précédent titre “Mauvaises graines”, un épisode de la série Léo Tanguy. Après le lobby des semenciers, c’est l’industrie nucléaire qu’il évoque cette fois. Pour le démantèlement comme pour la construction de centrales, la France est prête à beaucoup de concessions. Occultant les terribles explosions de réacteurs nucléaires, gommant les multiples incidents dans les centrales en activité, on ne pratique guère la transparence dans ces milieux. Au nom de l’intérêt supérieur, il convient de museler ceux qui posent des questions. Ou d’utiliser des méthodes encore plus expéditives. “Tu ne savais pas encore que Marianne est une radasse vérolée qui vendrait sa mère pour même pas trente deniers de pétrole, de gaz ou d’uranium?”

Sujet sensible s’il en est, que Louarnig Gwaskell ne traite pas telle une démonstration militante. Bien sûr, l’histoire est mouvementée, riche en mystères et en suspense. Mais c’est bien la tonalité narrative que l’on retient dans ce roman d’aventures. Car l’auteur nous présente des personnages du quotidien, vivant dans leur normalité, s’exprimant dans leur langage courrant. Gwendall est juste un peu plus curieux que la moyenne de nos compatriotes, ce qui nous entraîne avec lui dans toutes ces péripéties. Humour et clins d’œil sont aussi de mise (le capitaine Paul Barril est ici incarné par un certain Pierre Tonneau; et on rencontre un M.Gallouzeau, soucieux des Affaires Étrangères de la France). Voilà un polar extrêmement agréable à lire, sur un thème toujours d’actualité.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :